Mes recettes

Une côte de boeuf comme on la mangeait à la Villette

côte de boeufPréparation : 15 min / Cuisson : 40 min.

Votre marché pour 2 personnes : 1 côte de bœuf d’environ 1 kilo ; 500 g de farine ; 150 g de gros sel et 1 cuillerée à café d’huile ; une botte de ciboulette ; un petit bouquet de persil plat ; 4 cuillères à soupe de crème fraîche épaisse.

On y va : poser la côte de bœuf sur une grille allant au four et placée sur la lèche-frites. Ne pas assaisonner, ni ajouter de matière grasse. Laisser “croûter” une face avant de retourner la côte pour “croûter” l’autre face. Sortir la côte de bœuf du four et la réserver. Préparer une pâte souple : malaxer la farine avec le sel et verser de l’eau petit à petit. L’étaler pour envelopper la viande, sans laisser de vide. À l’aide d’un pinceau, badigeonner les bords de la pâte avec un peu d’eau et les souder. Placer la côte ainsi préparée sur une plaque allant au four et légèrement huilée. Laisser cuire 15 minutes par livre à four chaud (thermost 6/7, soit 180/200°C).
Pendant ce temps, laver la ciboulette et le persil ; bien sécher. Hacher finement les fines herbes et les mélanger avec soin à la crème fraîche. Sortir la viande du four, casser la croûte, couper la côte de boeuf en fines lamelles. Dans chaque assiette, disposer les lamelles de boeuf et les servir accompagnées d’une pomme de terre nappée de crème fraîche aux fines herbes.

Bonus : le boeuf à la provençale aux olives et anchois comme on le mange à Manosque.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu

In memoriam.- Claude Criscuolo s’est éteint samedi 23 janvier dernier, à 79 ans, victime de la Covid-19. Cette figure de la nuit marseillaise était le fils de Vincent qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avait fondé la pizzéria éponyme dans le quartier des Cinq Avenues à Marseille. Claude avait pris la succession de son père en 1977 transformant ce restaurant de quartier populaire en rendez-vous du Tout-Marseille où comédiens, chanteurs et politiques se pressaient. Les années 70 et 80 marqueront son heure de gloire, les stars de l’OM, Johnny Hallyday et autres chanteurs qui venaient de se produire sur scène, rejoignaient la pizzéria pour y dîner et festoyer jusqu’à très tôt le lendemain matin… Claude avait quitté le restaurant en 2003 pour se consacrer à bien d’autres passions. Linda, sa veuve, ses enfants Isabelle, Marie, Thomas et Stéphane ainsi que tous ses proches pleurent aujourd’hui la dernière “figure” de Marseille.

Terre Blanche annonce la nomination de Christophe Schmitt au poste de chef des cuisines.- Le Resort de Terre Blanche Hotel Spa Golf Resort 5 étoiles, a nommé Christophe Schmitt au poste de chef pour prendre les rênes des différents restaurants, dont Le Faventia, étoilé au guide Michelin (le guide rigolo qui décerne des étoiles aux restaurants fermés). Christophe Schmitt succèdera ainsi au Chef étoilé et meilleur ouvrier de France, Philippe Jourdin, qui prend sa retraite et dont il était le second, pour perpétuer une cuisine aux saveurs du Sud. Dans la continuité de cette philosophie qui allie tradition et touches innovantes, Christophe Schmitt proposera une cuisiné axée sur les meilleurs produits locaux rendant hommage au terroir. “C’est un honneur pour moi et un très grand défi de succéder à Philippe Jourdin. A Terre Blanche, ce Mof a marqué l’histoire de la gastronomie, et il m’a aussi beaucoup appris. C’est avec beaucoup d’émotion que je lui succède aujourd’hui, plus que jamais conscient des responsabilités qu’il me lègue” a déclaré Christophe Schmitt.