Bouches-du-Rhône

Prix Agricole des Produits de Provence.- La Métropole AMP vient d’organiser la première édition du prix agricole des produits de Provence afin de valoriser l’excellence et la diversité de son agriculture et de ses productions. Vins, huiles d’olive, miels, bières et calissons : au total, onze catégories de produits ont été soumises à l’appréciation du jury composé de chefs, d’élus du Projet alimentaire territorial, de référents du réseau « Nos cantines durables », d’agents métropolitains (y compris de son directeur général des services), du président de la chambre d’agriculture Monsieur Levêque et du Grand Pastis. Etait aussi présent Christian Burle, 15e vice-président de la Métropole délégué à l’Agriculture, la Viticulture et ruralité, à l’Alimentation et Circuits courts et maire de Peynier. Chaque table a dégusté 3 produits différents, soit entre 15 et 20 échantillons au total. Un expert produit a accompagné la dégustation de chaque table sans jamais intervenir dans les notations et commentaires du jury. Les lauréats ont reçu leur prix mardi 28 mai.
Vin rouge AOP :  cuvée MIP collection AOP Côtes de Provence, Made in Provence, Puyloubier
Vin rosé AOP : Rose Bon Bon AOP Côtes de Provence, domaine des Diables, Puyloubier
Vin rosé IGP : Terre de passion IGP Méditerranée, vignobles du Roy René, Lambesc
Vin blanc IGP : cuvée tradition IGP Méditerranée, domaine Richeaume, Puyloubier
Huile d’olive AOP fruité vert vierge extra : AOP Provence château Montaurone, Saint-Cannat
Huile AOP d’olive maturée fruité noir : AOP Provence château Calissanne, Lançon-Provence
Miel de Garrigue IGP Provence :  les Ruches du Roy à Simiane-Collongue
Bière blonde :  Pacific Ale, brasserie artisanale de Provence à Rousset
Bière ambrée :  Thymbrée, brasserie Epicentre à Pertuis
Bière blanche : Gaby brasserie Zoumaï, Marseille
Calissons d’Aix :  calissons aux amandes de Provence, confiserie du Roy René, Aix-en-Pce.

Bollène

Le bronze pour Révélations. Installée dans le petit village de Bollène, l’épicerie Révélations gérée par le torréfacteur Nicolas Avon, a remporté la médaille de bronze au concours des Quintessences 2024 ! Cette distinction sera officialisée lors du salon Gourmet international qui se tiendra en septembre à Paris. « Chez Révélations, nous avons créé un lieu unique mêlant épicerie fine, bar à vin et salon de thé avec une offre de petite restauration atypique, où nos produits locaux et régionaux sont à l’honneur. Nous avons à cœur de cultiver une atmosphère chaleureuse et accueillante, propice aux échanges et aux liens sociaux », se réjouit Nicolas.
6, place Henri-Reynaud de la Gardette, 84500 Bollène ; infos au 04 90 61 86 53.

Suis-nous sur les réseaux

La Barasse

Les halles de producteurs de la Barasse fêtent leurs 5 ans. Rendez-vous jeudi 13 juin pour retrouver une trentaine de paysans-producteurs. De 17h à 19 heures, goûter offert : jus de fruit frais ou sirop, biscuits colorés d’Emacréa, et des fruits. Grande tombola gratuite, avec des produits du marché à gagner et ambiance musicale. Les halles de la Barasse, ont accueilli près de 40  000 visiteurs en 5 ans (en intégrant la fréquentation du début de saison 2024 de mars à juin). + 20% de fréquentation en 2023 par rapport à 2022. Et un très bon début de saison 2024. Le marché des 5 ans sera le 165e marché organisé depuis l’ouverture en 2020 avec près de 200 tonnes de produits vendus depuis 2020 (dont 70 tonnes en 2023). Plus de 750 000 € de chiffre d’affaire ont été générés depuis 2020 (270 000 € pour 2023). 58 paysans ou artisans ont participé à au moins 1 marché depuis 2020. En 2024 : 27 producteurs ou artisans se relaieront sur la saison. Les producteurs exercent dans un rayon de 45 km autour de Marseille depuis 2020.

Magazine

Le foodtruck Michel d’Alexandre Mazzia, campera à Bagatelle

foodtruck MichelLe foodtruck Michel aurait dû servir ses premiers clients au mois de juin mais le confinement a repoussé la fête au mois d’août prochain. Alexandre Mazzia n’en fait plus mystère et annonce l’installation de son foodtruck dans le périmètre proche de la mairie de Bagatelle (6e-8e arr). « Il reste à nous assurer du respect de quelques conditions de sécurité requises comme les mesures de circulation/stationnement sur la voie publique », se réjouit le chef de la rue Rocca qui voit enfin la concrétisation d’un « projet qui [lui] trottait en tête depuis 2 ans ». Les huit semaines de confinement « m’ont permis de réfléchir. J’ai aussi profité de ce temps pour voir mes enfants grandir et mesurer notre fragilité à tous, explique Mazzia. Ce foodtruck me permettra d’apporter un flux différent à AM » (son restaurant de la rue Rocca, dans le 8e arr., NDLR).

Ce camion aura aussi pour fonction de « sécuriser les équipes car il faut être lucide, un restaurant ramené à 16 couverts pour une équipe de 19 personnes, ce ne sera pas tenable » reconnaît le cuisinier qui confiera le camion à deux membres de son équipe. Ils seront eux-mêmes appelés à se relayer car « ce serait bien que tout le monde y passe, c’est bon pour la brigade », estime-t-il. Les fans de l’univers AM seront rassurés, l’ADN demeure : – Ce seront les mêmes produits avec une accessibilité ouverte à tous », assure le chef qui vibre à la simple évocation des cosses de petits pois en tempura à tremper dans une béarnaise aux algues, des gros sandwichs de pain viennois fumés à l’épaule d’agneau confite aux épices ou de ces poissons vapeur brûlés au satay, des glaces à italienne chocolat-piment d’Espelette et des sablés aux farines de pois chiches, noix de coco et sarrasin… « Mon fils m’a même dit : – Papa, je pourrai vendre mon gâteau au chocolat ? Alors je lui ai promis que oui, on vendrait un gâteau au chocolat » s’amuse Mazzia avec tendresse. Les tarifs tourneraient autour de 20 €, repas complet.

« La valeur ajoutée, c’est la création », Alexandre Mazzia

Assurant que l’équipe donnera le meilleur d’elle-même, Alexandre Mazzia est très heureux de ce nouvel exercice qui l’intéresse : – L’identité sera respectée avec un esprit ludique toujours teinté de respect pour le client ». Revenant sur son foodtruck Michel, Mazzia confesse avoir encore quelques travaux de peinture à faire sur ce Citroën entièrement retapé et adapté. Le camion s’appellera Michel, du prénom de son grand-père maternel, pêcheur du village de Sablanceaux sur l’île de Ré : « Les restaurants du coin lui achetaient les poissons. J’ai choisi le même modèle de camion parce que c’était lui qui nous apportait le pain et le lait, chaque matin ». Entre souvenirs et hommage mêlés. foodtruck Michel

A Aix, ça bouge aussi pour le Pointe Noire

Quant à son deuxième restaurant, le Pointe noire, place des Tanneurs, à Aix, il va changer de concept. « Mon frère en est parti voilà 8 mois, raconte Alexandre Mazzia. Moi, je suis retenu au restaurant de Marseille et ne peux me partager en faisant des allers-retours épuisants. Alors je vais confier le restaurant à un nouveau directeur d’exploitation. Le chef est en cours de recrutement et je validerai les cartes que ce dernier me soumettra avec l’appui d’un second déjà là-bas. Mon énergie créative doit se concentrer sur une seule adresse, pas plus. Je ne veux pas me disperser. J’ai beaucoup refusé de propositions, souvent prestigieuses, préférant toujours me concentrer sur mon restaurant marseillais ».

1 Comment

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Bonjour à tous !
    Ma belle mère en visite à Marseille, nous a offert le déjeuner à emporter chez food truck “Michel par AM”. Je peux vous dire que ça fait bel et bien la rue Michel ! Bravo à vous et à votre équipe cher Monsieur Mazzia. Bravo pour l’audace et le tallent. Mais aussi pour la générosité dont vous avez fait preuve dans vos “dwichs” et à la volée quand vous nous avez offert le hot dog revu et corrigés par vos soins. Au plaisir de vous revoir au food truck er bientôt je l’espère dans votre restaurant.
    Je vous estime.
    Gérald