En direct du marché

Gault & Millau 2016 : un joli millésime pour Paca

collage gault millau 2016
De haut en bas, de g. à d. : Arnaud Donckele, Jérôme Roy et Pierre Hochart

Le guide Gault & Millau a rendu public, ce jeudi 22 octobre, son palmarès 2016. En région Provence, c’est Arnaud Donckele (La Vague d’Or à Saint-Tropez) qui rejoint le club très fermé des 5 toques avec une note de 19/20. Dans son éloge, le GM affirme :  « Donckele est aussi un prodigieux inventeur, de plats et de saveurs. Qui semble tirer d’une guitare à trois cordes des mélodies incroyables, jamais entendues, des chants lyriques qui envoûtent les marins. Arnaud Donckèle travaille certainement beaucoup, il lit énormément, des vieux grimoires, il goûte, il répète, mais quel talent ». Sans oublier la personnalité et l’humanisme qui caractérisent le jeune cuisinier : « une crème d’homme, le chef le plus gentil de la terre » qui soudain devient « un guerrier quand il entre en cuisine ».

Aix (13) et Mane (04) : deux cuisiniers heureux, les éloges du guide

Jeune Talent : Pierre Hochart s’est installé dans un bistrot autrefois baptisé « le Carton Rouge ». Le jeune chef passé par les cuisines du Westminster du Touquet avec William Elliott et le Louis XV affiche une cuisine claire, lisible, la tête bien faite et les mains agiles. Il défend les circuits courts, entretient un réseau de producteurs dévoués et imagine une carte excitante dans laquelle on mesure autant le travail que le plaisir.
Les vieilles canailles, 7, rue Isolette, 13100 Aix-en-Provence ; 04 42 91 41 75

Grand de Demain : Jérôme Roy mitonne dans ce cloître reconditionné en palazzo pour happy few en retraite campagnarde, une cuisine de haut niveau, reconnue, assise sur une infaillible maîtrise. Pari gagné pour ce jeune chef très prometteur, passé naguère chez Pierre Gagnaire, qui a redonné un coup de fouet au couvent des Minimes. La cuisine est à la fois vive, assurée et pleine de finesse, une cuisine de chef moderne qui utilise toutes les facettes de son talent, ce qui inclut autant la technique que la recherche de produits locaux et leur mise en avant. Par chance, le coin est prodigue et, s’il n’a pas le bord de mer, l’agneau de Sisteron, les herbes et les légumes ont ici tous les parfums du Sud.
Le couvent des Minimes, chemin des Jeux de Maï, 04300 Mane ; 04 92 74 77 77

Le palmarès Paca

3 Grands de Demain (sur les 6 promus en France)
Jimmy Coutel – Château de Valmer – La Croix-Valmer (83)
Jérôme Roy – Le Cloître – Mane (04)
Yoric Tièche – La Passagère – Juan-les-Pins (06)
Trophée Directeur de salle
Thierry Di Tullio – La Vague d’Or – Saint-Tropez (83)
Trophée pâtissier
Steve Moracchini – La Passagère – Juan-les-Pins (06)
2 Jeunes Talents
Pierre Hochart – Les Vieilles Canailles – Aix-en-Provence (13)
Martial Merlino – L’aromate provençal – Toulon (83)
1 nouveau « 5 Toques » (sur les 3 promus en France)
Arnaud Donckele – La Vague d’Or – Saint-Tropez (83) 5 Toques et la note de 19/20.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter