En direct du marché

Grande España a la Pequeña Bocqueria

« Ramener Madrid à Marseille ». Voilà le défi que ce sont lancés Laetitia Bertolino et son compagnon. C’est au retour d’un voyage dans la capitale espagnole que cette ex-comptable pense à développer ce projet : ouvrir une épicerie fine ibérique. L’idée fait son chemin, lentement mais sûrement. Les aller-retour en Espagne s’enchaînent, le couple fait le tour des foires et salons pour partir à la pêche aux fournisseurs et producteurs indépendants. A Marseille, les étagères se remplissent petit à petit : riz de Valence, légumes de Navarre, paella made in Barcelone…

bocqueriaAujourd’hui on trouve de tout ou presque a la Pequeña Boqueria. Un magnifique et diablement appétissant jambon pata negra trône au centre de la boutique. Des dizaines de bouteilles de vins côtoient les saucissons et autres bières artisanales à l’instar du « Cochon volant », blonde légère originaire de la Catalogne. Tout ici est un plaisir pour les yeux, à un tel point que l’on veut se hâter de passer à la dégustation. « On privilégie le beau et le bon ! » explique Laetitia, sourire aux lèvres. La quasi-totalité des produits, hormis quelques biscuits, sont les fruits de petits artisans indépendants. « Nous tenons à proposer à nos clients des produits sains, bio et sans conservateurs » rajoute Laetitia.

De plus, a la Pequeña Boqueria, il est possible de tout goûter à l’avance, comme ça pas d’achats sans mauvaise surprise. Parce que mine de rien, la cuisine hispanique est loin d’être connu de tous. « A Marseille, il y a des restaurants italiens et corses absolument partout… Les gens ne connaissent pas forcément ce qui fait notre gastronomie. C’est pourquoi selon nous, avant d’acheter , il est essentiel de goûter » assure le compagnon de Laetitia. A partir du mois de septembre, les clients pourront venir déguster directement sur place leurs mets préférés. Des soirées apéros nocturnes seront également organisées. Enfin pour toutes les personnes pressées entre midi et deux, l’épicerie propose des sandwiches réalisés à la minute, à l’aide d’ingrédients frais, entre 6 € et 8€ selon la composition.

Kevin Dachez (photos K.D.)

La Pequeña Boqueria, 18, rue Edmond-Rostand, Marseille 6e ; infos au 06 28 77 12 30.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.