Magazine

Happy Birthday Ariel Lorin ;-)

CafeBorely+1Le café Borély conduit par le bobo à casquette, Ariel Lorin, fête sa première année d’activité et comme d’hab’, c’est le Grand Pastis qui vous le dit. Rendez-vous le 13 juin pour une fiesta comme seul le maître des lieux sait les organiser.

Mais qui est Ariel Lorin ?

“Je suis né à Winchester en Grande-Bretagne par pur hasard, s’amuse Ariel Lorin. En réalité mes parents étaient de passage et ça s’est fait comme ça”. Une famille nomade qui a couru le monde mais qui a posé ses valises à Nans-les-Pins puis à Marseille pour que le jeune Ariel grandisse dans une ville ouverte sur le monde. “Ma formation en école de commerce a été très classique, raconte le restaurateur de 43 ans. Ensuite, j’ai bossé pour une boîte d’événements qui organisait des salons, des lancements de produit…” Mais les 15 années passées dans cet univers n’ont pas rassasié Ariel Lorin qui sentait le besoin de plus en plus fort de mettre en adéquation idées avec vie professionnelle. “Je suis végétarien de naissance et j’ai toujours cuisiné pour moi et les copains, dit-il. Je voulais proposer une restauration de produits fermiers, sains et bios ; j’avais des choses à raconter, je me sentais légitime pour ça”.
cafe borely 3En janvier 2012, Ariel Lorin crée son activité de traiteur de réception à La Ciotat et y rencontre un certain succès : “J’ai ensuite répondu à un appel d’offres pour diriger le café Borély, mon ambition c’était de servir tous les Marseillais et tous les touristes sans exclusive”. Le 15, juin, 2013, Ariel Lorin inaugure “son” café et met en pratique les idées auxquelles il croit : “racourcir les circuits d’approvisionnements, servir des produits bio, de saison, de qualité, donner du travail à des exploitations agricoles à taille humaine”. Le résultat ? Une assiette atypique, sans tape à l’oeil, une évidence !

134, avenue Clot-Bey, Marseille 8e ; résas au 04 91 22 46 87. Fermé le lundi et le soir.
Je conseille l’assiette du jour (veggie ou pas, soupe chaude, salade carottes-betterave, croustillant chèvre-épinards), les poissons de la ferme aquacole bio du Frioul, le hamburger de boeuf.
Tarifs assiette 15€ (semaine) et 18 €. Brunch le dimanche 25 €. Le prix du café, 2 €.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.