Magazine

Les incontournables du Savim de printemps

Une douce odeur de fromages de chèvre hante les allées, mêlée à celle des jambons crus et autres saucisses. Ici, le domaine de la Ferme blanche donne à découvrir les vertus des vins blancs de Cassis qui viennent en écho à la soupe de poissons de roche de Daniel Gomar, producteur à Port-de-Bouc. Le Savim de printemps vient d’ouvrir ses portes et accueille jusqu’à lundi soir le top des amateurs de gastronomie, vins et mets compris. Avant d’aller arpenter le salon, le Grand Pastis vous suggère quelques uns de ses coups de coeur…

Accueil souriant au domaine Oltremonti, les champignons de Florimond, les meilleures guimauves du monde et Mathieu Taborcia

Un chocolatier avignonnais à suivre
Il s’appelle Mathieu Taborcia ; ce natif du Pays basque installé à Avignon depuis novembre 2015, compagnon du devoir et demi finaliste du concours MOF en 2014, est certainement la valeur montante à suivre. Cet artisan de 32 ans travaille, entre autres, les chocolats de la chocolaterie de l’Opéra à Châteaurenard ou ceux de Belcolade. Il propose une tablette de noir à 70% pure origine de Java, magnifique pour ses tanins enrobés et délicats et ses notes fumées en finale. Boîtes de truffes, pâtes à tartiner aux noisettes, caramel au beurre salé-vanille fève de tonka comptent parmi ses multiples trésors. Pour les amateurs de lait, les tablettes à 40% figurent parmi les moins sucrées et le pure origine lait-vanuatu à 44% sont incontournables.
Livraisons gratuites pour 30 € d’achats en ligne ; http://chocolat.taborcia.fr

tiroir savimDes huiles 100% corses, 100% authentiques
Emilie et son mari Ivo, issu d’une famille de mouliniers de père en fils, commercialisent une huile d’olive AOP en agriculture biologique. Les olives de leur domaine, sis « juste au-dessus d’Aléria », sont ramassées à la main ou au peigne juste au début de l’automne. « Nous proposons 4 gammes, dit Emilie, issues d’une même variété d’olives : la ghjermana de casinca. Les huiles sont issues des mêmes arbres mais cueillies à des moments et sur des terroirs différents ». En résumé : au plus les olives sont vertes, au plus les huiles seront intenses, ardentes. L’huile est extraite par centrifugeuse, sans ajout d’eau, signe ultime de qualité. « Cette variété d’oliviers a été menacée d’extinction, alors nous contribuons à sa préservation en la cultivant » complète Emilie. Un produit d’un extrême raffinement.
Domaine et moulin Oltremonti, lieudit Tristani – Bravone, 20230 Linguizzetta ; 04 95 33 55 52 et 06 29 54 02 65

Les meilleures guimauves du monde
Vous aimez la guimauve ? Vous adorerez celles de cette entreprise familiale alsacienne exceptionnelle. Toutes molles, fondantes, douces, parfumées comme un nuage, on goûtes ces guimauves telles quelles, nappées de chocolat noir, en réglettes ou panachées… En goûter une est impossible car il vous faudra obligatoirement finir la boîte. Et n’en donnez à personne ; si vos amis en veulent, ils n’ont qu’à aller en chercher.
Douceurs des Rohan, 11, rue A.-J.-Konzett, 57820 Lutzelbourg ; 09 75 43 86 90

Ses champignons ont tout bon
Florimond Chevalier arrive de Mende en Lozère, il se qualifie de « collecteur de champignons » : « J’achète les champignons que des particuliers ramassent en Lozère et qu’ils m’apportent. Je ne me fournis qu’auprès des particuliers à l’exception des morilles qui arrivent massivement de l’Ariège ». Mousserons, cèpes, girolles, lactaires, trompettes de la mort, chanterelles sont proposés séchés, en poudre (pour les sauces, salades, viandes), au vinaigre… on peut les cuisiner partout ! « Je propose une huile aromatisée naturellement aux cèpes » ajoute Florimond qui garde pour lui le secret de fabrication, mais il paraît qu’il faut faire bouillir l’huile pour une bonne infusion…
champilozere.com et 06 83 41 14 83 et 06 52 06 07 82

Savim de printemps, du 18 au 21 mars de 10h à 20h au parc Chanot, Marseille 8e arr., métro rond-point du Prado.
Entrée : 8 € et/ou 4 € avec un verre à dégustation gravé. Pour les cours d’initiation à la dégustation de vin (13h, 15h et 17h),
s’inscrire auprès des hôtesses à l’entrée.

 

 

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • un pur délice les truffes croquantes au premier coup de dent et fondantes à souhait juste après ! !du chocolatier Mathieu Taborcia

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.