Magazine

Isabelle Brémond, les premières pistes sur le contenu de MPG2020

Isabelle Brémond, la directrice de Provence tourisme, l’organisme en charge de l’organisation et de la promotion de MPG2019 révèle au Grand Pastis quels seront les événements qui ont eu le plus de succès cette année et lesquels seront reconduits l’an prochain. Entre points forts et points faibles, elle explique, bien au-delà de la gastronomie, quels sont les enjeux environnementaux, économiques et sociétaux qui sous tendent ces manifestations.

Isabelle Brémond
Isabelle Brémond (au centre, veste verte) : “Il faut continuer ce que nous avons entrepris, c’est important”

Quel est l’événement dont vous êtes le plus fière ?
Isabelle Brémond : Je dirais… Il faut vraiment que je n’en donne qu’un  ? Les Dîners insolites car c’est un projet qui a irrigué tout le territoire, c’était une initiative qui valorisait tout à la fois un chef et sa brigade, des producteurs du cru et le patrimoine naturel… Trois valeurs très MPG2019. La mise en scène revêtait un aspect culturel, les cuisiniers ont été mis dans des situations extrêmes, c’est quelque chose qui a été unanimement apprécié. Et puis il y a eu le plus grand cours de cuisine avec ses 1000 participants. C’était fantastique de voir des jeunes, des vieux, des touristes, des grands, des néophytes se mélanger, la rencontre de l’autre c’était aussi une valeur forte pour nous.

Avez-vous un regret ?
J’ai beau réfléchir, non, je n’ai pas de regret. Probablement sur le terrain de la communication avons-nous peut-être été perçus un peu confus ? Mais c’était inhérent au déroulé de cette année qui, au plus elle avançait, au plus elle s’enrichissait de manifestations partout dans les Bouches-du-Rhône. MPG2019 a été une année d’accueil d’expérimentations, nous avons vécu ensemble une année d’aventures collectives. Il est très difficile d’être lisible lorsqu’il faut communiquer sur 1102 événements.

Isabelle Brémond : “De MPG2019, je retiendrai notre engouement pour être ensemble”

Y aura-t-il un MPG2020 ?
Oui, dix fois oui ! C’est absolument sûr car nous avons beaucoup travaillé sur la question des circuits courts et c’est primordial pour les populations du département. Les Bouches-du-Rhône sont le premier département français producteur de salade, de tomates, de riz, notre agriculture est très diversifiée et de très bonne qualité. De gros efforts sont faits pour maintenir le foncier agricole ; nous avons mené des projets fantastiques auprès des collèges et des maisons de retraite alors pas question de tout arrêter au bout d’un an. Nous avons pour ambition de devenir un département pilote en France sur les thèmes agricoles, de l’alimentation durable et responsable. Penser circuits courts c’est aussi penser à la planète !

Quels événements allons-nous revivre cette année ?
Avant de révéler quelques pistes, je peux annoncer que nous allons continuer à œuvrer pour l’attractivité du territoire en envoyant nos chefs à l’étranger. Sur place, nous allons rééditer le plus grand cours de cuisine du monde, non pas avec 1000 participants mais avec 4000 personnes. Peut-être pourra-t-on l’organiser sur la Canebière ? Les Dîners insolites seront maintenus et passeront de 18 à 30 soirées. Les pique-nique en vue seront reconduits également avec 3 dimanches programmés en septembre. Le festival de la pizza, les cooking shows seront aussi reprogrammés et optimisés. Allez, on va se remettre au travail…

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Mas de Cadenet ouvre ses portes Pour célébrer la fin des vendanges, la famille Négrel vous ouvre les portes du Mas de Cadenet pour un repas champêtre et des ateliers autour du vin le 16 octobre prochain. Accueil à partir de 11h avec des ateliers des cépages (dégustation des mono-cépages tout juste sortis de fermentation) et des ateliers assemblage (jeux d'assemblages à la découverte des équilibres et personnalités des vins). Apéritif et repas champêtre à 12h30 : Cédric Aubert, du restaurant La Place à Puyloubier sera à la manoeuvre avec sa cuisine éco-responsable. Au menu du jour, un spectaculaire agneau rôti sur place, à la broche et au feu de bois et bien entendu du Mas de Cadenet pour l'accord parfait ! Le vignoble est ouvert à ceux qui le souhaitent pour une balade digestive. Mas de Cadenet, D57, 13530 Trets ; infos et inscriptions au 04 42 29 21 59.

Giuseppe Ammendola invité du Môle Passédat Le chef espagnol du restaurant Índigo cocina vegetal à Bilbao répond à l'invitation de Gérald Passédat et vient cuisiner toute la semaine du 11 octobre. Il proposera un menu végétal au tarif de 55 € par personne. Menu composé d'une mise en bouche (Truffe pas truffe, croquette de shiitake, caroube, émulsion à la truffe, salicorne), d'une entrée (betterave et célerie rave au vin rouge et jus d'orange, guacamole et pain grillé au sarrasin), d'un plat (risotto aux légumes du marché et aux algues, crème au beurre d’amande et fenouil, herbes aromatiques) et d'un dessert (caprese cacao et et aux amandes, ganache chocolat, framboise). Photo Richard Haughton. Infos et réservations ici.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la cité, implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit... 9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Abonnez-vous à notre newsletter