Magazine

Isabelle Brémond, les premières pistes sur le contenu de MPG2020

Isabelle Brémond, la directrice de Provence tourisme, l’organisme en charge de l’organisation et de la promotion de MPG2019 révèle au Grand Pastis quels seront les événements qui ont eu le plus de succès cette année et lesquels seront reconduits l’an prochain. Entre points forts et points faibles, elle explique, bien au-delà de la gastronomie, quels sont les enjeux environnementaux, économiques et sociétaux qui sous tendent ces manifestations.

Isabelle Brémond
Isabelle Brémond (au centre, veste verte) : « Il faut continuer ce que nous avons entrepris, c’est important »

Quel est l’événement dont vous êtes le plus fière ?
Isabelle Brémond : Je dirais… Il faut vraiment que je n’en donne qu’un  ? Les Dîners insolites car c’est un projet qui a irrigué tout le territoire, c’était une initiative qui valorisait tout à la fois un chef et sa brigade, des producteurs du cru et le patrimoine naturel… Trois valeurs très MPG2019. La mise en scène revêtait un aspect culturel, les cuisiniers ont été mis dans des situations extrêmes, c’est quelque chose qui a été unanimement apprécié. Et puis il y a eu le plus grand cours de cuisine avec ses 1000 participants. C’était fantastique de voir des jeunes, des vieux, des touristes, des grands, des néophytes se mélanger, la rencontre de l’autre c’était aussi une valeur forte pour nous.

Avez-vous un regret ?
J’ai beau réfléchir, non, je n’ai pas de regret. Probablement sur le terrain de la communication avons-nous peut-être été perçus un peu confus ? Mais c’était inhérent au déroulé de cette année qui, au plus elle avançait, au plus elle s’enrichissait de manifestations partout dans les Bouches-du-Rhône. MPG2019 a été une année d’accueil d’expérimentations, nous avons vécu ensemble une année d’aventures collectives. Il est très difficile d’être lisible lorsqu’il faut communiquer sur 1102 événements.

Isabelle Brémond : « De MPG2019, je retiendrai notre engouement pour être ensemble »

Y aura-t-il un MPG2020 ?
Oui, dix fois oui ! C’est absolument sûr car nous avons beaucoup travaillé sur la question des circuits courts et c’est primordial pour les populations du département. Les Bouches-du-Rhône sont le premier département français producteur de salade, de tomates, de riz, notre agriculture est très diversifiée et de très bonne qualité. De gros efforts sont faits pour maintenir le foncier agricole ; nous avons mené des projets fantastiques auprès des collèges et des maisons de retraite alors pas question de tout arrêter au bout d’un an. Nous avons pour ambition de devenir un département pilote en France sur les thèmes agricoles, de l’alimentation durable et responsable. Penser circuits courts c’est aussi penser à la planète !

Quels événements allons-nous revivre cette année ?
Avant de révéler quelques pistes, je peux annoncer que nous allons continuer à œuvrer pour l’attractivité du territoire en envoyant nos chefs à l’étranger. Sur place, nous allons rééditer le plus grand cours de cuisine du monde, non pas avec 1000 participants mais avec 4000 personnes. Peut-être pourra-t-on l’organiser sur la Canebière ? Les Dîners insolites seront maintenus et passeront de 18 à 30 soirées. Les pique-nique en vue seront reconduits également avec 3 dimanches programmés en septembre. Le festival de la pizza, les cooking shows seront aussi reprogrammés et optimisés. Allez, on va se remettre au travail…

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Arles

► Céline la camarguaise. Elle s’est fait connaître en chantant les charmes du nomadisme en cuisine mais, finalement, Céline Pham a posé ses valises à Arles, l’été dernier. Suivant à la lettre les conseils de l’ami Armand Arnal qui lui a conseillé l’adresse, face à l’hôtel Voltaire, la cuisinière a jeté son dévolu sur une ancienne chapelle de 1224, ouvrant sa cuisine sur la salle. Fini le pop-uping et les restos éphémères : bistrot à la mi-journée, Inari se fait bistronomique en soirée. En référence à la déesse japonaise du riz et de la fertilité, Inari sert une cuisine inspirée des origines vietnamiennes de Céline. Thon rouge de ligne, aji verde, riz de Camargue soufflé, cébettes, shiso rouge, matcha et huile de sésame expliquent son succès.
Inari, 16, place Voltaire, 13200 Arles ; 09 82 27 28 33. Déjeuner 21, 35 et 41 € ; soirée, 51 €.

Var

Automne des Gourmands.- Le samedi 8 octobre, la 7e édition du festival sera parrainée par Pascal Barandoni, vainqueur d’Objectif Top Chef et chef au Mas du Lingousto. Cette journée mettra à l’honneur la saisonnalité, le terroir local et la découverte du goût. Rendez-vous esplanade Charles De Gaulle où seront installés la cuisine des chefs, le Bar des Gourmands et le marché de producteurs et artisans. L’après-midi, la cuisine accueillera Magali Armando,chef à domicile, et Guillaume Lecomte, chef chez Olives & Beurre Salé à Sanary-sur-Mer. A ne pas manquer non plus, de 10h à 13h, des ateliers peinture avec des ingrédients de cuisine animé par « Avec les mains » (3-6 ans). De 10h à 17h, ateliers sur le recyclage alimentaire et la confection de pâtes de fruits. Toute la journée, commerçants, producteurs et artisans proposeront leurs produits du terroir à savourer sur place ou à emporter. Au déjeuner, les visiteurs savoureront leurs trouvailles à l’espace pique-nique ou dans les restaurants du village.
Samedi 8 octobre 2022 de 10h à 18h au Beausset dans le Var, accès gratuit, infos au 04 94 90 55 10.

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Une mozzarella 100% marseillaise.-  La Laiterie marseillaise reste fidèle à sa vocation pédagogique visant à voir et comprendre comment on fabrique des produits laitiers. Aussi, la boutique s’est-elle dotée d’un laboratoire visible depuis une grande baie vitrée. Nouveauté de la rentrée, la Laitterie lance des ateliers de fabrication de mozzarella et burrata pour adultes. À travers la fabrication de ces deux fromages, toutes les étapes de la transformation fromagère seront abordées et réalisées par les participants. Audelà de l’aspect ludique, c’est une vraie acquisition de savoirfaire qui est proposée : après ces 2 heures d’atelier, chacun repartira avec ses réalisations et un livret récapitulatif. Inscription sur le site web de la Laiterie Marseillaise ou se rendre en boutique !

www.lalaiteriemarseillaise.fr Tarif : 55 € par personne.