En direct du marché

James Leduc, un Aixois champion de France des écaillers 2018 !

James Leduc
A droite, James Leduc et son compère Ludovic Guichard (à gauche)

La 18e édition du championnat de France des Écaillers vient de s’achever ce mercredi 5 décembre à Paris et a décerné le titre de champion de France des écaillers à James Leduc, un Aixois de 25 ans. Exerçant chez Toinou, le jeune champion a suscité un sentiment de fierté auprès de tous ses collègues et de son employeur, Laurent Carratu, le dirigeant de Toinou coquillages à Aix (ave Henri-Malacrida) et Marseille (cours Saint-Louis). Ils étaient huit candidats issus de toute la France à concourir pour ce titre remis en jeu chaque année. L’occasion de valoriser plus que jamais un savoir-faire artisanal, et d’apporter un éclairage sur une filière ostréicole, dont l’excellence des produits se retrouve sur les tables du monde entier.
Au travers de ce concours, qui voit l’aboutissement de finales régionales, ces huit candidats devaient réaliser le plus beau plateau de fruits de mer, dans un temps imparti de 20 minutes. Le jury était composé de Sonia Bichet (meilleure apprentie de France), Alain Merle (maître écailler), Raymond Bourgeois (poissonnier à Paris), Guy Onno (poissonnier à Paris) et s’est tenu sous la présidence de Bernard Gonthier (recordman du monde d’ouverture d’huîtres).

Qui étaient les deux Provençaux en lice ?

James Leduc
Toinou coquillages / Aix-en-Provence
Historique : a participé à toutes les éditions du championnat de France des écaillers depuis 2013 et a toujours terminé sur le podium.
Parcours : Auxerrois d’origine, il est arrivé à Aix à l’âge de 15 ans. Après un bac auto mécanique qui l’orientait vers une formation d’ingénieur, il a pris les chemins de traverse par hasard. Ce fan de vélo est un jour passé devant la maison Toinou qui recrutait… C’est ainsi qu’il a démarré le métier d’écailler à la suite d’un coup de coeur et qu’il n’a jamais plus quitté le monde des coquillages. Quant à la Maison Toinou, il s’en est absenté un an pour mieux la retrouver…
Les qualités d’un bon écailler selon lui : il faut voir au-delà de la simple notion d’ouverture, savoir gérer au mieux les produits et dans le plus grand respect, monter intelligemment son rayon, bien gérer la chaîne du froid, ouvrir avec rapidité et efficacité sans oublier de garantir un certain esthétisme, pour valoriser son travail.
Objectif : il est atteint, il est champion de France !
Ludovic Guichard
Toinou coquillages / Marseille
Historique : participe depuis 2006 au championnat de France des écaillers, année où il a obtenu son meilleur classement en finissant 1er ex aequo.
Parcours : Marseillais d’origine, il a arrêté l’école pour commencer à travailler chez Toinou à l’âge de 16 ans, alors en cuisine il vient en renfort des écaillers pour les fêtes, et c’est là qu’il se découvre une passion pour le métier. Vingt-et-un ans que brûle la flamme toujours dans la seule et même maison !
Les qualités d’un bon écailler selon lui : savoir ouvrir le coquillage le plus proprement possible, être très méticuleux et surtout avoir la fibre avant tout, car il faut supporter le rythme effréné des services ainsi que la difficulté du travail en extérieur par tous les temps… “Impossible sans avoir la passion !” dit Ludovic.

Infos express

Brunches du dimanche À partir du 27 septembre, et jusqu’à la fin de l’année, La Benvengudo propose aux gourmands (et aux lève-tard) un brunch concocté par la chef Julie Chaix. Sous forme de buffet, les hôtes disposeront d’une sélection de mets salés et sucrés, cuisinés à partir de produits locaux et de saison. Une pause gourmande parfaite avant de partir se balader dans le village des Baux-de-Provence. Brunch servi tous les dimanches de 11h30 à 15h, prix : 49 € par personne. Infos au 04 90 54 32 54.

Glenn Viel, chef du restaurant l’Oustau de Baumanière, aux Baux-de-Provence, a été élu « chef de l’année 2020 » par ses pairs à l’occasion de la 34e édition des Trophées du magazine Le Chef ce lundi 21 septembre. Né en janvier 1980 dans une famille de militaires, son aventure à Baumanière a démarré en 2015 quand Jean-André Charial, le propriétaire, l’a appelé pour redonner vie à ce restaurant mythique. Dès son arrivée, Glenn Viel a mis en place une cuisine écoresponsable avec le développement d’un potager bio, de ruches ainsi qu’une ferme pédagogique. En janvier 2020, il décroche sa 3e étoile. Il est aussi distingué au titre de la “gastronomie durable”, lancé par le guide rouge qui honore les restaurants ayant une démarche écoresponsable. Côté pâtisserie, c’est Brandon Dehan du même restaurant qui est distingué. Originaire de Noyon dans l’Oise, il avait été désigné jeune chef pâtissier de l’année en 2019 par le guide Gault et Millau. Ce sont les chefs référencés dans le Guide Michelin qui votent chaque année pour élire les meilleurs de la profession lors de cette 34e édition des Trophées du magazine Le Chef, seule élection des professionnels de la gastronomie française par leurs pairs.

Samedi 10 octobre « Plus beau village de France » du nord Vaucluse, Séguret organise toute la journée, une dégustation des vins du village, une découverte de nombreux artistes et créateurs du village, une découverte de boulange à l’ancienne avec démonstration en direct (confection de pains, de brioches et de tartes au sucre à l’ancienne dans le four banal du village). A 10 h, accueil au portail de la Bise pour la remise du programme de la journée. À 10 h, 11 h, 15 h et 18 h : visites guidées du village médiéval au départ du portail de la Bise. Durée environ 1h (3 € par adulte et gratuit pour les mineurs).
10 h 30 et 15 h 30 : atelier « la vie des Abeilles » suivi d’une dégustation des miels bio de Jérôme Busato au château Cohola à Sablet. A 11 h et 16 h : atelier « les 3 goûts de l’huile d’olive en Provence » à l’atelier les 3 Souquets à Séguret.  12 h : dégustation des bières artisanales de Jean-Pierre Meffre de Chante-Grenouille. A 16 h 30 : cooking show sur le thème des Traditions de Séguret avec présentation de plusieurs mini recettes (au restaurant Le Mesclun – durée 1 h, gratuit, 20 personnes max). 17 h 30 : petit historique sur le métier de santonnier avec explication des différentes étapes de création artisanale d’un santon avec Denis Voeux. Plus d’informations au 04 90 46 91 06.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter