En direct du marché

James Leduc, un Aixois champion de France des écaillers 2018 !

James Leduc
A droite, James Leduc et son compère Ludovic Guichard (à gauche)

La 18e édition du championnat de France des Écaillers vient de s’achever ce mercredi 5 décembre à Paris et a décerné le titre de champion de France des écaillers à James Leduc, un Aixois de 25 ans. Exerçant chez Toinou, le jeune champion a suscité un sentiment de fierté auprès de tous ses collègues et de son employeur, Laurent Carratu, le dirigeant de Toinou coquillages à Aix (ave Henri-Malacrida) et Marseille (cours Saint-Louis). Ils étaient huit candidats issus de toute la France à concourir pour ce titre remis en jeu chaque année. L’occasion de valoriser plus que jamais un savoir-faire artisanal, et d’apporter un éclairage sur une filière ostréicole, dont l’excellence des produits se retrouve sur les tables du monde entier.
Au travers de ce concours, qui voit l’aboutissement de finales régionales, ces huit candidats devaient réaliser le plus beau plateau de fruits de mer, dans un temps imparti de 20 minutes. Le jury était composé de Sonia Bichet (meilleure apprentie de France), Alain Merle (maître écailler), Raymond Bourgeois (poissonnier à Paris), Guy Onno (poissonnier à Paris) et s’est tenu sous la présidence de Bernard Gonthier (recordman du monde d’ouverture d’huîtres).

Qui étaient les deux Provençaux en lice ?

James Leduc
Toinou coquillages / Aix-en-Provence
Historique : a participé à toutes les éditions du championnat de France des écaillers depuis 2013 et a toujours terminé sur le podium.
Parcours : Auxerrois d’origine, il est arrivé à Aix à l’âge de 15 ans. Après un bac auto mécanique qui l’orientait vers une formation d’ingénieur, il a pris les chemins de traverse par hasard. Ce fan de vélo est un jour passé devant la maison Toinou qui recrutait… C’est ainsi qu’il a démarré le métier d’écailler à la suite d’un coup de coeur et qu’il n’a jamais plus quitté le monde des coquillages. Quant à la Maison Toinou, il s’en est absenté un an pour mieux la retrouver…
Les qualités d’un bon écailler selon lui : il faut voir au-delà de la simple notion d’ouverture, savoir gérer au mieux les produits et dans le plus grand respect, monter intelligemment son rayon, bien gérer la chaîne du froid, ouvrir avec rapidité et efficacité sans oublier de garantir un certain esthétisme, pour valoriser son travail.
Objectif : il est atteint, il est champion de France !
Ludovic Guichard
Toinou coquillages / Marseille
Historique : participe depuis 2006 au championnat de France des écaillers, année où il a obtenu son meilleur classement en finissant 1er ex aequo.
Parcours : Marseillais d’origine, il a arrêté l’école pour commencer à travailler chez Toinou à l’âge de 16 ans, alors en cuisine il vient en renfort des écaillers pour les fêtes, et c’est là qu’il se découvre une passion pour le métier. Vingt-et-un ans que brûle la flamme toujours dans la seule et même maison !
Les qualités d’un bon écailler selon lui : savoir ouvrir le coquillage le plus proprement possible, être très méticuleux et surtout avoir la fibre avant tout, car il faut supporter le rythme effréné des services ainsi que la difficulté du travail en extérieur par tous les temps… « Impossible sans avoir la passion ! » dit Ludovic.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu

 Arles, une nouvelle chef au Chardon A la suite de l’excellent accueil réservé à Ruba Khoury en 2018, l’équipe du Chardon est toute heureuse de recevoir ces mois de mars et avril Leatitia Carion, chef française qui a le voyage dans le sang.  Après avoir fondé à Londres son famous Pop-up Bao Bun Foodtruck, elle se pose à Arles pour le printemps avec une carte très inspirée par l’Asie. Tiradito thon version Nikkei, moule-vinaigre de pomme-aubergine schezuan basilic ou poulet karaage sauce XO-gochujang-pickles et tarte tatin-beurre miso figurent parmi ses plats signature. Premier soir du pop-up le 28 février. Chardon, 37, rue des Arènes à Arles, tarifs : 29 € (déjeuner) et 39 € (soir). Résas au 09 72 86 72 04. Ouvert du jeudi soir au lundi soir et du vendredi au lundi midi. (12h30-14h30).

Peter Fischer chez Chicoulon La cave annonce sa prochaine soirée dégustation avec Peter Fischer, vigneron emblématique du château Revelette à Jouques. Dans une ambiance conviviale et décontractée, Peter présentera ses différentes cuvées : 3 blancs, 3 rouges et 1 liquoreux. Des vins de copains, de gastronomie mais surtout de passionnés. Spécialement pour cette occasion, Peter ouvrira également quelques vieux millésimes de ses plus grandes cuvées issues de sa cave personnelle. Côté cuisine, Tomi, incontournable chef du Chicoulon, cuisinera des tapas qui s’accorderont à merveille avec les vins dégustés. Jeudi 28 février au 59, rue Grignan (Marseille 6e), Formule: 45 € / personne sur réservation au 04 91 33 46 59.

Le GP sur les réseaux