Restaurants en Provence

Un déjeuner voyageur avec Juan Pulgarin Sanchez au Bar des Amis

Ivan et Mélanie ont un talent qui consiste à débusquer de jeunes pousses pour venir cuisiner chez eux. Le cahier des charges est simple : les cuisinier(e)s doivent donner libre cours à leur personnalité et à leur sensibilité dans une micro cuisine flanquée d’un comptoir. Dans une joyeuse ambiance, on ne compte plus les “notoriétés” passées dans ce Bar des Amis à la réputation jamais usurpée. Dernier espoir de la scène marseillaise à exercer ses talents sur 6 m2 : Juan Pulgarin Sanchez. Natif de la ville colombienne de Manizales, le virtuose de la sauce chimichurri s’était déjà fait connaître chez Loustic, rue de la Mode (1er). Le voici au meilleur de sa forme pour nous servir une cuisine de produits et appliquée, s’appuyant essentiellement sur les cuissons et assaisonnements.

Juan Pulgarin

A l’ardoise du déjeuner, en constante mutation, le colombien propose de somptueux accras de maïs garniture au poulpe. Croustillants à défaillir, fondants à cœur, ils accompagneront quelques sardines marinées sauce chimichurri. Cette dernière, coutumière des viandes rouges, sort des sentiers battus pour celui des filets de poisson servis tout chauds sur un pain croustillant. L’association est audacieuse et pertinente, c’est ultra séduisant. La saison permet encore de se régaler d’aubergines grillées, celles-ci sont associées à un onglet mâturé à point, à la tendreté du beurre, juste saisi. La daurade (en filet accompagnant une tomate farcie), cuite à l’unilatéral, présente une peau croustillante et aguicheuse arrosée d’une vierge d’herbes fines du meilleur goût.

Juan Pulgarin

Le gâteau au citron lemon drop de Mélanie se partage l’ardoise du jour avec quelques glaces revendiquées Maison de la Glace. Juan a récupéré la recette et sert un gâteau de maison, souple, aérien et punché d’un sirop de citron. Une ultra fine croustillance de sucre en poudre en surface contraste avec la quenelle de crème battue nature. Un plaisir qui justifierait à lui seul le déplacement.

Juan Pulgarin

Alors faut-il y aller ? Oui car Juan Pulgarin Sanchez jongle entre les influences sud-américaines et les habitudes du bistrot franchouillard. Oui car l’ambiance de ce bistrot reflète l’âme de quartier dans lequel souffle une perpétuelle âme de vacances. Oui pour le rapport qualité-prix, permettant de déjeuner à moins de 25 €. A fréquenter pour cultiver le summer spirit.

Le Bar des Amis, 23, ave de la Pointe Rouge ; Marseille 8e arr. Infos au 04 91 96 17 62. Entrées 6-8 €, plats 14-16 €, desserts 4-6 € ; formule : 21€.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Infos express

Brunches du dimanche À partir du 27 septembre, et jusqu’à la fin de l’année, La Benvengudo propose aux gourmands (et aux lève-tard) un brunch concocté par la chef Julie Chaix. Sous forme de buffet, les hôtes disposeront d’une sélection de mets salés et sucrés, cuisinés à partir de produits locaux et de saison. Une pause gourmande parfaite avant de partir se balader dans le village des Baux-de-Provence. Brunch servi tous les dimanches de 11h30 à 15h, prix : 49 € par personne. Infos au 04 90 54 32 54.

Glenn Viel, chef du restaurant l’Oustau de Baumanière, aux Baux-de-Provence, a été élu « chef de l’année 2020 » par ses pairs à l’occasion de la 34e édition des Trophées du magazine Le Chef ce lundi 21 septembre. Né en janvier 1980 dans une famille de militaires, son aventure à Baumanière a démarré en 2015 quand Jean-André Charial, le propriétaire, l’a appelé pour redonner vie à ce restaurant mythique. Dès son arrivée, Glenn Viel a mis en place une cuisine écoresponsable avec le développement d’un potager bio, de ruches ainsi qu’une ferme pédagogique. En janvier 2020, il décroche sa 3e étoile. Il est aussi distingué au titre de la “gastronomie durable”, lancé par le guide rouge qui honore les restaurants ayant une démarche écoresponsable. Côté pâtisserie, c’est Brandon Dehan du même restaurant qui est distingué. Originaire de Noyon dans l’Oise, il avait été désigné jeune chef pâtissier de l’année en 2019 par le guide Gault et Millau. Ce sont les chefs référencés dans le Guide Michelin qui votent chaque année pour élire les meilleurs de la profession lors de cette 34e édition des Trophées du magazine Le Chef, seule élection des professionnels de la gastronomie française par leurs pairs.

Samedi 10 octobre « Plus beau village de France » du nord Vaucluse, Séguret organise toute la journée, une dégustation des vins du village, une découverte de nombreux artistes et créateurs du village, une découverte de boulange à l’ancienne avec démonstration en direct (confection de pains, de brioches et de tartes au sucre à l’ancienne dans le four banal du village). A 10 h, accueil au portail de la Bise pour la remise du programme de la journée. À 10 h, 11 h, 15 h et 18 h : visites guidées du village médiéval au départ du portail de la Bise. Durée environ 1h (3 € par adulte et gratuit pour les mineurs).
10 h 30 et 15 h 30 : atelier « la vie des Abeilles » suivi d’une dégustation des miels bio de Jérôme Busato au château Cohola à Sablet. A 11 h et 16 h : atelier « les 3 goûts de l’huile d’olive en Provence » à l’atelier les 3 Souquets à Séguret.  12 h : dégustation des bières artisanales de Jean-Pierre Meffre de Chante-Grenouille. A 16 h 30 : cooking show sur le thème des Traditions de Séguret avec présentation de plusieurs mini recettes (au restaurant Le Mesclun – durée 1 h, gratuit, 20 personnes max). 17 h 30 : petit historique sur le métier de santonnier avec explication des différentes étapes de création artisanale d’un santon avec Denis Voeux. Plus d’informations au 04 90 46 91 06.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter