Magazine

Karine Cuppari-Tinon faite chevalier du Mérite agricole

tinon berges ok
René Bergès et Karine arborant sa médaille

C’est en amie qu’Emmanuelle Baude a ouvert les portes de sa propriété pour accueillir, ce dimanche 22 mai, les proches de Karine Cuppari-Tinon. Quelque cent personnes, parmi lesquelles des sommeliers, vignerons et restaurateurs étaient invités à la cérémonie de remise de la médaille du Mérite agricole. Dans le parc du domaine Tour de Campanets, c’est le cuisinier René Bergès, par ailleurs chevalier dans l’Ordre national du Mérite, qui lui a remis la médaille non sans rappeler que « c’est par un arrêté du 15 juillet 2015, que le ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt » que Karine Cuppari-Tinon a été élevée au grade de chevalier.
Munie d’un CAP-BEP option « service » à Bergerac obtenu en 1997, Karine Tinon a poursuivi ses études à Limoges jusqu’en 1999 où elle décroche le bac technique hôtelier. La mention « sommellerie » suivra tout naturellement l’année suivante. Forte d’une formation complète, les stages s’enchaînent pour la jeune Karine : du château Eza, à Eze-village, à Grasse, chez Jacques Chibois à la Bastide Saint-Antoine. Suivront deux années en Angleterre dans un établissement 3 étoiles au Michelin. L’arrivée à Marseille a lieu en 2003, au Sofitel Vieux-Port où Karine Cuppari-Tinon, 23 ans à peine, prend le titre de chef sommelière.

Emotion et éclats de rire
De ces années date la rencontre avec le chef Dominique Frérard, l’ami de toujours, René Bergès, les “Aixois” Olivier Naslès, Lucien Lani et quantités d’autres personnalités qui l’ont accompagnée dans son ascension professionnelle. Karine Cuppari-Tinon réalise depuis 16 ans un parcours sans faute. Lors de cette cérémonie empreinte de solennité et d’une bonne humeur venant ponctuer d’éclats de rire toutes les interventions, Karine n’a pas manqué d’adresser quelques pensées émues à feu son papa qui “serait certainement content » et à Paul Leaunard qui avait fondé la Côte de Boeuf . Les bises de la maman et les photos prises, la journée s’est poursuivie autour d’un buffet arrosé des vins de château Pibarnon, Tour de Campanets, Camaïssette, Ocres de la Roque, les champagnes Charles Heidsieck etc.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vite lu

Une bouillabaisse marseillaise chez un fromager aixois Si vous habitez Aix, plus besoin de venir à Marseille pour y déguster le plat emblématique. Vous avez désormais la possibilité de commander une bouillabaisse chez le fromager Benoît Lemarié (55, rue d’Italie à Aix) et il suffit de venir la récupérer le lendemain… Cuisinée avec beaucoup de talent par Gilles Carmignani, restaurateur marseillais (la Table de l’Olivier, 56, rue Mazenod, Marseille 2e arr.), la bouillabaisse est cuisinée le jour même, signe ultime de fraîcheur et de qualité. Prix : 46 € par personne. Infos au 04 42 66 50 06.

La cuisine d’été de Sophie, de Sophie Dudemaine sortira en librairies le 2 mai. Voici l’été, ses barbecues, ses salades colorées… Que l’on se retrouve autour du gril ou d’une simple tablée quotidienne, les mois estivaux sont toujours la promesse de douces saveurs grillées, fraîches et vitaminées. “Apéro, grillades, tartes, salades, desserts… les légumes et fruits d’été côtoient les viandes et crustacés, pour offrir à chacun la joie de bien manger, tout simplement. Je vous ai préparé 90 recettes salées et sucrées, délicieusement ensoleillées” promet Sophie qui cite le rôti de bœuf en croûte de moutarde, les saint-jacques à la plancha et la salade de pastèque. Photos de Rina Nurra, 224 pages, La Martinière Ed., tarif : 24,90 €.

Le GP sur les réseaux

Abonnez-vous à notre newsletter