Magazine

Karine Cuppari-Tinon faite chevalier du Mérite agricole

tinon berges ok
René Bergès et Karine arborant sa médaille

C’est en amie qu’Emmanuelle Baude a ouvert les portes de sa propriété pour accueillir, ce dimanche 22 mai, les proches de Karine Cuppari-Tinon. Quelque cent personnes, parmi lesquelles des sommeliers, vignerons et restaurateurs étaient invités à la cérémonie de remise de la médaille du Mérite agricole. Dans le parc du domaine Tour de Campanets, c’est le cuisinier René Bergès, par ailleurs chevalier dans l’Ordre national du Mérite, qui lui a remis la médaille non sans rappeler que « c’est par un arrêté du 15 juillet 2015, que le ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt » que Karine Cuppari-Tinon a été élevée au grade de chevalier.
Munie d’un CAP-BEP option « service » à Bergerac obtenu en 1997, Karine Tinon a poursuivi ses études à Limoges jusqu’en 1999 où elle décroche le bac technique hôtelier. La mention « sommellerie » suivra tout naturellement l’année suivante. Forte d’une formation complète, les stages s’enchaînent pour la jeune Karine : du château Eza, à Eze-village, à Grasse, chez Jacques Chibois à la Bastide Saint-Antoine. Suivront deux années en Angleterre dans un établissement 3 étoiles au Michelin. L’arrivée à Marseille a lieu en 2003, au Sofitel Vieux-Port où Karine Cuppari-Tinon, 23 ans à peine, prend le titre de chef sommelière.

Emotion et éclats de rire
De ces années date la rencontre avec le chef Dominique Frérard, l’ami de toujours, René Bergès, les “Aixois” Olivier Naslès, Lucien Lani et quantités d’autres personnalités qui l’ont accompagnée dans son ascension professionnelle. Karine Cuppari-Tinon réalise depuis 16 ans un parcours sans faute. Lors de cette cérémonie empreinte de solennité et d’une bonne humeur venant ponctuer d’éclats de rire toutes les interventions, Karine n’a pas manqué d’adresser quelques pensées émues à feu son papa qui “serait certainement content » et à Paul Leaunard qui avait fondé la Côte de Boeuf . Les bises de la maman et les photos prises, la journée s’est poursuivie autour d’un buffet arrosé des vins de château Pibarnon, Tour de Campanets, Camaïssette, Ocres de la Roque, les champagnes Charles Heidsieck etc.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Mas de Cadenet ouvre ses portes Pour célébrer la fin des vendanges, la famille Négrel vous ouvre les portes du Mas de Cadenet pour un repas champêtre et des ateliers autour du vin le 16 octobre prochain. Accueil à partir de 11h avec des ateliers des cépages (dégustation des mono-cépages tout juste sortis de fermentation) et des ateliers assemblage (jeux d'assemblages à la découverte des équilibres et personnalités des vins). Apéritif et repas champêtre à 12h30 : Cédric Aubert, du restaurant La Place à Puyloubier sera à la manoeuvre avec sa cuisine éco-responsable. Au menu du jour, un spectaculaire agneau rôti sur place, à la broche et au feu de bois et bien entendu du Mas de Cadenet pour l'accord parfait ! Le vignoble est ouvert à ceux qui le souhaitent pour une balade digestive. Mas de Cadenet, D57, 13530 Trets ; infos et inscriptions au 04 42 29 21 59.

Giuseppe Ammendola invité du Môle Passédat Le chef espagnol du restaurant Índigo cocina vegetal à Bilbao répond à l'invitation de Gérald Passédat et vient cuisiner toute la semaine du 11 octobre. Il proposera un menu végétal au tarif de 55 € par personne. Menu composé d'une mise en bouche (Truffe pas truffe, croquette de shiitake, caroube, émulsion à la truffe, salicorne), d'une entrée (betterave et célerie rave au vin rouge et jus d'orange, guacamole et pain grillé au sarrasin), d'un plat (risotto aux légumes du marché et aux algues, crème au beurre d’amande et fenouil, herbes aromatiques) et d'un dessert (caprese cacao et et aux amandes, ganache chocolat, framboise). Photo Richard Haughton. Infos et réservations ici.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la cité, implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit... 9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Abonnez-vous à notre newsletter