Magazine

Karine Cuppari-Tinon faite chevalier du Mérite agricole

tinon berges ok
René Bergès et Karine arborant sa médaille

C’est en amie qu’Emmanuelle Baude a ouvert les portes de sa propriété pour accueillir, ce dimanche 22 mai, les proches de Karine Cuppari-Tinon. Quelque cent personnes, parmi lesquelles des sommeliers, vignerons et restaurateurs étaient invités à la cérémonie de remise de la médaille du Mérite agricole. Dans le parc du domaine Tour de Campanets, c’est le cuisinier René Bergès, par ailleurs chevalier dans l’Ordre national du Mérite, qui lui a remis la médaille non sans rappeler que « c’est par un arrêté du 15 juillet 2015, que le ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt » que Karine Cuppari-Tinon a été élevée au grade de chevalier.
Munie d’un CAP-BEP option « service » à Bergerac obtenu en 1997, Karine Tinon a poursuivi ses études à Limoges jusqu’en 1999 où elle décroche le bac technique hôtelier. La mention « sommellerie » suivra tout naturellement l’année suivante. Forte d’une formation complète, les stages s’enchaînent pour la jeune Karine : du château Eza, à Eze-village, à Grasse, chez Jacques Chibois à la Bastide Saint-Antoine. Suivront deux années en Angleterre dans un établissement 3 étoiles au Michelin. L’arrivée à Marseille a lieu en 2003, au Sofitel Vieux-Port où Karine Cuppari-Tinon, 23 ans à peine, prend le titre de chef sommelière.

Emotion et éclats de rire
De ces années date la rencontre avec le chef Dominique Frérard, l’ami de toujours, René Bergès, les “Aixois” Olivier Naslès, Lucien Lani et quantités d’autres personnalités qui l’ont accompagnée dans son ascension professionnelle. Karine Cuppari-Tinon réalise depuis 16 ans un parcours sans faute. Lors de cette cérémonie empreinte de solennité et d’une bonne humeur venant ponctuer d’éclats de rire toutes les interventions, Karine n’a pas manqué d’adresser quelques pensées émues à feu son papa qui “serait certainement content » et à Paul Leaunard qui avait fondé la Côte de Boeuf . Les bises de la maman et les photos prises, la journée s’est poursuivie autour d’un buffet arrosé des vins de château Pibarnon, Tour de Campanets, Camaïssette, Ocres de la Roque, les champagnes Charles Heidsieck etc.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vite lu

Les Grandes Tables à lire ! Les grandes Tables (réseau de restaurants à Marseille, Calais, Clermont-Ferrand) viennent d’éditer un livret titré 10+4. Ce 10+4 relate les trois dernières années  marseillaises d’aventures culinaires et artistiques qui s‘inscrivent dans la continuité de cette entreprise initiée en 2006 : raconter les cuisines dans leurs diversités et leurs actualités.
À Marseille à la Friche Belle-de-Mai, à La Criée Théâtre national et au Zef-scène nationale, à Calais au Channel-scène nationale et enfin à Clermont-Ferrand à La Comédie-scène nationale, les grandes Tables dialoguent avec les lieux culturels où elles sont installées et avec leurs territoires. Elles y conduisent des projets culinaires et y inscrivent la cuisine comme une discipline artistique à part entière, qui s’épanouit dans les conversations avec les autres arts. Ce 10+4 vous permettra tout à la fois de découvrir cette belle enseigne et tout ce que ses équipes ont fait toutes ces années avec la très modeste participation du Grand Pastis. A télécharger ici.

jeremy julien au Culti

Le Matière Brut investit le Culti C’est l’un des événements annoncés de l’été prochain : l’équipe du Matière Brut, conduite par Jérémy Julien, annonce son arrivée au sein même du bar-tabac du Roucas-Blanc (Marseille, 7e arr). Avec un vaste jardin, le Culti jouit d’un magnifique espace pour servir déjeuner et dîners dans une ambiance cool comme les aime Jérémy et en totale adéquation avec son répertoire culinaire. On vous en parle dès que la réouverture des restaurants (au moins des terrasses) sera effective.

Cassis, les volets rouges certifiés vert Arnaud et Cédric sont fiers et heureux d’annoncer le changement d’identité de leur maison : l’hôtel du Joli Bois devient l’hôtel les Volets Rouges – Cassis. Le duo a a profité de l’hiver pour se livrer à de nombreuses rénovations “afin de vous apporter toujours plus de confort, de quiétude dans notre bulle de nature au cœur du parc national des calanques, assurent-ils. Et d’ajouter : – Nous venons d’être certifiés par l’écolabel international Clef Verte, ce qui fait de nous le premier hôtel de Cassis à recevoir un écolabel”. Hôtel Les Volets Rouges – Cassis, D559 – route de la Gineste, 13260 Cassis ; infos au 04 42 01 02 68.