Mes recettes

La focaccia aux cerises fraîches

focaccia aux cerises le Grand PastisPréparation : 15 min
Cuisson : 20 min

Votre marché pour 4 personnes : 1 boule de pâte à crue du boulanger ; 2 cuillères à soupe d’huile d’olive vierge extra ; quelques branches de romarin ; 250g de cerises fraîches dénoyautées ; 150g de fromage de brebis frais ; sel et poivre.

On y va : préchauffez votre four à 250°C (th. 6-7). Déposez votre boule de pâte à pain sur un plan de travail bien fariné. Étalez celle -ci à l’aide d’un rouleau sur 1 cm d’épaisseur, déposez la pâte sur une plaque recouverte de papier cuisson allant au four. Avec votre doigt, appuyez fermement de manière à former des trous dans la pâte ; placez une moitié de cerise dans chaque trou de pâte. Ecrasez le fromage à l’aide d’une fourchette et disposez grossièrement des morceaux de fromage sur la pâte. Arrosez le tout d’huile d’olive et parsemez de romarin frais. Salez et poivrez à votre convenance.
Enfournez votre focaccia dans le four chaud et laissez cuire pendant 20 minutes en surveillant la cuisson. La pâte doit être être gonflée et bien dorée. Une fois fois cuite,  sortez la focaccia du four et dégustez-la pour l’apéritif découpée en carrés.

Photo © Pierre Chivoret

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Notez-le

Christian Qui “meilleure table de l’année” selon le Fooding classement 2021 A l’heure où la restauration française vit les heures les plus noires de son histoire, le guide Fooding, lui, continue à vivre comme si tout allait bien. Le guide, qui vient d’être intégralement racheté par le guide Michelin, a révélé ce lundi 16 novembre son palmarès de l’année 2021. Une approche d’autant plus cynique que la quasi totalité des guides français a décidé de ne pas établir de classement tant la période est dramatique pour la profession.

Meilleur bar d’auteur : Bambino (Paris)
Meilleur bistrot : Café Les Deux Gares (Paris)
Meilleur sandwich : Penny Lane (Paris)
Meilleur chef résistant : Antonin Bonnet chez la Boucherie Grégoire (Paris)
Meilleur cuisinier : Daniel Morgan chez Robert (Paris)
Meilleure table : Christian Qui (Marseille)
Meilleure table : Bistrot Bao (Groix)
Fooding d’Amour : Comète (Saint-Lunaire)
Fooding d’Amour : Rita, la Vierge à la Mer (Saint-Jean-de-Luz)
Meilleure chambre de style : château de la Haute Borde (Rilly-sur-Loire).