Art de vivre En direct du marché

La foire à l'ail revient enfin à Marseille

perrodin ailC’est un événement car elle avait quitté le paysage des traditions marseillaises il y a 6 ou 7 ans dans une indifférence quasi-générale. La foire à l’ail revient battre le pavé du cours d’Estienne-d’Orves samedi prochain, 20 juin, sur les lieux même qui accueillaient ce rendez-vous paysan bien avant le cours Belsunce. A l’origine de cette renaissance : Emmanuel Perrodin, le chef du Relais 50, sur le Vieux-Port. Le cuisinier a convaincu sans grande difficulté Roland Schembri (le César Place), Eric Cornilleau (les Arcenaulx) et Delphine Roux (Madie les Galinettes) de se joindre à l’opération. Pour animer les étals, pas moins de 7 producteurs d’aulx, venus en voisins de Saint-Maximin, Peyrolles, le Puy-Sainte-Réparade et Eyguilles, déballeront plusieurs centaines de kilos d’aulx. « Et comme les taraillettes sont indissociables d’une vraie foire à l’ail, les taraillettes de la maison Massucco seront également exposées » se réjouit Perrodin. Pour compléter l’offre, enfin, deux safraniers, de Gardanne et Roquevaire, apporteront le meilleur de leur production.

« Cette foire est l’incarnation du concept de passé vivant, détaille le chef du Relais 50. L’ail est un élément fédérateur, essentiel de la cuisine marseillaise et provençale. Si cette idée trouve son public, nous organiserons une grosse fête pour la Saint-Jean l’an prochain. L’ail, c’est le symbole de Marseille, doux et revêche à la fois ».
Tout au long de la journée, les chefs cuisineront leurs spécialités à l’ail, Delphine Roux, préparera en live ses fameux alibofi et Emmanuel Perrodin servira au public une religieuse au caramel beurre-salé et ail confit. Quant aux autres cuisiniers, ils nous promettent de grandes surprises. Si vous ne connaissez pas la foire à l’ail, c’est la bonne occasion d’aller la visiter et d’y acheter des aulx incomparables, vous adorerez !

Samedi 20 juin, sur le cours d’Estienne-d’Orves, de 10 heures à 17 heures. Accès gratuit.

5 Comments

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • En voilà une bonne et même excellente idée ….de l’ail de chez nous et non plus d’Argentine ou Égypte ou autre…..avec un bilan carbone élevé …..

    BRAVO à cette initiative en souhaitant qu’elle se perpétue ….bonne chance

  • Pourquoi un seul jour, je suis née à Marseille et de mon temps la foire durait plus longtemps
    Je n’habite plus Marseille et il est difficile de venir pour un seul jour
    Espérons que cette excellente idée sera plus longue l’année prochaine
    Actuellement nous ne trouvons plus d’ail de notre pays, enfin nous allons retrouver le bon goût
    Merçi à monsieur Emmanuel Perrodin de cette initiative
    A l’année prochaine j’espère !!

  • Un grand merci à M. PERRODIN et aux autres restaurateurs partenaires et à l’initiative de cette bonne nouvelle ! Le retour de la traditionnelle foire à l’aïl nous réjouit en tant que Marseillais et Provençaux ! Nous avons malheureusement manqué le rdv du 20 juin mais nous serons là en 2016. Pour bien faire il faudrait que toute la population marseillaise soit tenue au courant de l’évènement et qu’on se retrouve tous comme avant comme nos vieux à la foire à l’aïl !
    Merci encore et à l’année prochaine !

  • Excellente initiative. Marseille avait perdu un peu de son âme sans cette foire. Un regret pourquoi un seul jour ?

  • Bravo !!
    Quelle honte d’avoir laisser tomber cette tradition. Aujourd’hui on achète de l’ail comme des boulons de 8, ne sachant quelle varité ni la provenance, ce que les marchands/producteurs du temps passé (1956) garantissaient.
    Félicitations aux courageux initiateurs de ce renouveau !
    Je souhaite un renouveau et bel avenir à cette belle manifestation provençale.
    Jean Isnard

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.