Magazine

La grande fête des vins IGP, programmée en avril, au Dock des Suds

affiche HORS LES VIGNESSouvenez-vous, c’était il y a 2600 ans, des marins importaient sur les rives de la calanque du Lacydon une mystérieuse plante qui allait trouver sur ces rivages une terre de prédilection. Les années sont passées et Marseille est devenue la ville du pastis, oubliant un peu son passé viti-vinicole. Il semblait normal qu’un événement mêlant artistes-plasticiens, vignerons et cuisiniers racontât cette richesse.
Le premier festival “Hors les vignes “ sera organisé fin avril pour célébrer les vins, les cuisines et les arts. A l’origine de cette journée folle, une association de cuisiniers locaux, Gourméditerranée, et Intervins, une interprofession regroupant vignerons et négociants. « Les visiteurs se laisseront porter par des parcours tout à la fois artistiques, gustatifs et festifs » prévient Anne Rouch, en charge de la promotion de l’événement chez Intervins. Quelque 3000 personnes sont annoncées, attirées par la formidable affiche de la fête : neuf trios composés chacun d’un chef, d’un artiste et d’un vigneron aiguiseront nos sens. Ainsi du cuisinier Emmanuel Perrodin qui s’associera au domaine de Romanin connu pour son approche biodynamique de la vigne et le vidéaste Anthony Fayada doublé de la plasticienne Sofi Urbani. Chaque trio fera déguster ses assiettes, découvrir ses oeuvres et ses vins en totale harmonie. Cette opération promeut les vins à Indication géographique protégée (IGP), produits dans tout le Sud-Est de la France. Les vins IGP, vecteurs de convivialité, voilà le pari d’Intervins qui affirme : « Marseille a toute légitimité dans le vin et cet événement prouve qu’elle est une destination créative, viticole et culinaire de premier plan ».

Festival Hors les vignes, samedi 23 avril, de 11h à 22 h au Dock des Suds. Entrée 8 € comprenant 3 bouchées et 3 verres de dégustation.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.