Magazine

La Petite Maison voit grand pour Noël

Une carte des vins à défaillir et un cuisinier qui maîtrise son métier. Le décor est planté et à Cucuron, les réveillons sont chose sérieuse. Pour preuve, Eric Sapet affiche déjà complet pour le 31 décembre et le 1er janvier. Cette année encore, l’ami Sapet, propose deux formules : avec ou sans les accords mets-vins. Une adresse à recommander car Sapet eric sapetcuisine « à la bourgeoise » des recettes qui appartiennent au panthéon de la cuisine française et que, malheureusement, ses contemporains n’ont plus le courage de mettre à la carte. Il en résulte une cuisine généreuse, riche, unique et qui laisse un indélébile souvenir teinté d’une jolie émotion.

Menu du réveillon de Noël. 3 bouchées autour de la truffe tuber melanosporum (champagne sélection Petite Maison) ; une queue de homard des côtes canadiennes en rémoulade de céleri à la poire – vinaigrette à la vanille bourbon – les pattes et les coudes en accras – le jus des carapaces pour une bisque au lait de coco, gingembre et citron vert (un mercurey blanc 1er cru, château de Chamirey La Mission 2011) ; autour d’une oie de la ferme… le cou farci de foie gras et trompettes, mousseline de maïs, popcorn au piment – les cuisses confites au vin rouge pour un parmentier légérissime à dévorer à la cuillère – la poitrine rôtie à la réglisse, carottes multicolores, sauce au Zan (un châteauneuf-du-pape rouge maison Tardieu Vieilles Vignes 2011) ; fromage sélectionné et affiné – bouquet de mesclun fatigué à huile d’olive du domaine de la Colombe d’Or à Mouriès (un châteauneuf-du-Pape rouge maison Tardieu Vieilles Vignes 2011) ; la bûche version 2014 aux noisettes et pralin (vin cuit provençal domaine des Bastides) et mignardises.
70 € hors boisson ou 112 € boissons comprises

Menu déjeuner du 25 décembre. Une variation autour du saumon fumé (champagne sélection Petite Maison) ; des coquilles saint-jacques contisées de truffes puis juste saisies – rémoulade de céleri à la poire (un pouilly-fuissé, domaine Girard Prestige 2011) ; à partager : une épaule d’agneau de lait des Pyrénées – la « palette » rôtie en cocotte luttée au foin de sistre et quelques petits farcis d’hiver et la souris pour farcir un ravioli, purée de potimarron, jus de clémentine (un haut-médoc château Camensac grand cru 2001) ; fromage sélectionné et affiné – bouquet de mesclun fatigué à huile d’olive du domaine de la Colombe d’Or à Mouriès (un haut-médoc château Camensac grand cru 2001) et un Choc ! Oh la la… (un banyuls Cellier des Templiers prestige 2009) et mignardises.
70 €  hors boisson ou 112 € boissons comprises

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Paris

Championnats de France de Pizza. Le ridicule ne tue pas, pour preuve, ce énième concours pompeusement qualifié de « championnat de France de la pizza ». Alors sachez que sa 18e édition sera organisée par l’Association des Pizzerias françaises et se tiendra les 13 et 14 mars sur le salon Parizza. Sur les 400 candidats qui s’étaient portés candidats, 130 d’entre-eux ont été retenus lors des étapes régionales du France Pizza Tour. Les 13 et 14 mars donc, les 130 concurrents se mesureront tout au long de 6 épreuves (pizza classique, «pizza a due», rapidité) dont certaines s’apparentent aux jeux du cirque (pizza la plus large, pizza dessert et pizza acrobatique). Les candidats des Bouches-du-Rhône sont : Kévin Vernet de Gardanne (Pizzeria Il Grano ), Jean-François Cortez des Pennes-Mirabeau (Capo Pizzeria), Guillaume Martinez d’Allauch (Pizza Lea), Lucas Palazzo d’Aix-en-Provence (Chez Ratatouille), Mathieu Boisseau de Plan de Cuques (Pizzeria da Matteo), Laurent Pavia de Marignane (Les 3 M) et Yvan Cotta de Saint-Victoret (Allô Pizza).

Marseille

► Rencontres des Cuisines africaines En 2020, à l’occasion de la Saison Africa2020, la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (MFPCA), les Grandes Tables-I.C.I et Chefs In Africa se sont réunis pour organiser des rendez-vous culinaires et artistiques à Calais, Tours, Dijon, Clermont-Ferrand et Marseille. Les événements des Cuisines africaines ont permis de questionner et explorer les identités culinaires de tout un continent. Au cours des quatre dernières années, de nombreux projets ont été entrepris pour poursuivre cette démarche : la publication d’un numéro de la revue Papilles, intitulé Stirring the Pot, Les Cuisines Africaines, l’organisation de tables rondes, des participations à des festivals (Village international de la gastronomie, Omnivore, …) et des actions développées dans plusieurs territoires d’Afrique. En 2024, les Rencontres des Cuisines africaines rassembleront, pour une première édition, plus de 70 acteurs et actrices culinaires d’Afrique et de ses diasporas afin d’explorer les identités des cuisines africaines, célébrer leur richesse et développer des synergies communes. Au programme : des tables rondes explorant les grands enjeux des cuisines africaines, des ateliers pour découvrir et échanger, des entretiens avec des personnalités et des démonstrations culinaires autour de produits phares.
• Les Rencontres des Cuisines Africaines, les 1 et 2 mars 2024 à la Friche de la Belle de Mai à Marseille.