Magazine

La Petite Maison voit grand pour Noël

Une carte des vins à défaillir et un cuisinier qui maîtrise son métier. Le décor est planté et à Cucuron, les réveillons sont chose sérieuse. Pour preuve, Eric Sapet affiche déjà complet pour le 31 décembre et le 1er janvier. Cette année encore, l’ami Sapet, propose deux formules : avec ou sans les accords mets-vins. Une adresse à recommander car Sapet eric sapetcuisine « à la bourgeoise » des recettes qui appartiennent au panthéon de la cuisine française et que, malheureusement, ses contemporains n’ont plus le courage de mettre à la carte. Il en résulte une cuisine généreuse, riche, unique et qui laisse un indélébile souvenir teinté d’une jolie émotion.

Menu du réveillon de Noël. 3 bouchées autour de la truffe tuber melanosporum (champagne sélection Petite Maison) ; une queue de homard des côtes canadiennes en rémoulade de céleri à la poire – vinaigrette à la vanille bourbon – les pattes et les coudes en accras – le jus des carapaces pour une bisque au lait de coco, gingembre et citron vert (un mercurey blanc 1er cru, château de Chamirey La Mission 2011) ; autour d’une oie de la ferme… le cou farci de foie gras et trompettes, mousseline de maïs, popcorn au piment – les cuisses confites au vin rouge pour un parmentier légérissime à dévorer à la cuillère – la poitrine rôtie à la réglisse, carottes multicolores, sauce au Zan (un châteauneuf-du-pape rouge maison Tardieu Vieilles Vignes 2011) ; fromage sélectionné et affiné – bouquet de mesclun fatigué à huile d’olive du domaine de la Colombe d’Or à Mouriès (un châteauneuf-du-Pape rouge maison Tardieu Vieilles Vignes 2011) ; la bûche version 2014 aux noisettes et pralin (vin cuit provençal domaine des Bastides) et mignardises.
70 € hors boisson ou 112 € boissons comprises

Menu déjeuner du 25 décembre. Une variation autour du saumon fumé (champagne sélection Petite Maison) ; des coquilles saint-jacques contisées de truffes puis juste saisies – rémoulade de céleri à la poire (un pouilly-fuissé, domaine Girard Prestige 2011) ; à partager : une épaule d’agneau de lait des Pyrénées – la « palette » rôtie en cocotte luttée au foin de sistre et quelques petits farcis d’hiver et la souris pour farcir un ravioli, purée de potimarron, jus de clémentine (un haut-médoc château Camensac grand cru 2001) ; fromage sélectionné et affiné – bouquet de mesclun fatigué à huile d’olive du domaine de la Colombe d’Or à Mouriès (un haut-médoc château Camensac grand cru 2001) et un Choc ! Oh la la… (un banyuls Cellier des Templiers prestige 2009) et mignardises.
70 €  hors boisson ou 112 € boissons comprises

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom (présents déjà à Paris, les Emirats, Londres, la Savoie , Rio et New York) signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Ramatuelle

Raclette à Pampelonne. Fondée par la famille Manificat dans les années 70, L’Orangerie compte parmi les historiques de la plage de Pampelonne. Ce restaurant de plage est l’un des seuls de la baie à accueillir ses clients toute l’année, 7 jours sur 7. Pour cet hiver, le chef Daniele Negrini a eu l’idée de proposer une raclette… original face à la mer ! Côté tarif, ça reste raisonnable : 35 € par personne, pour deux convives minimum.
L’Orangerie,
962, chemin des Tamaris, 83350 Ramatuelle ; infos au 04 94 79 84 74.

 

Suis-nous sur les réseaux