Magazine

Les réveillons de la Villa Madie, au bord de l'eau

Zoom aujourd’hui sur les cartes que proposeront Dimitri et Marielle Droisneau à la Villa Madie, pour les fêtes de fin d’année. Clairement, le rapport qualité-prix collage droisneauest imbattable et les suggestions font montre d’une recherche et d’une sophistication qui laissent admiratif. Pour ceux qui ne le connaissent pas, Droisneau officie à la Villa Madie depuis 2 ans maintenant et a gagné 2 étoiles au guide Michelin en mars dernier. Ce jeune chef cultive la discrétion, vous ne le verrez guère sur les plateaux télé, et la fidélité, il travaille depuis 6 ans maintenant avec Aurélien, son second, un ami qui l’a suivi sans réfléchir, de Beaulieu à Cassis. Droisneau est imprégné du style « cuisine de palace ». Formé à la Tour d’Argent, chez Alain Senderens au Lucas Carton et chez Eric Fréchon au Bristol, il revendique la forte influence de Bernard Pacaud le chef de l’Ambroisie. Arrivé à Cassis en 2012, Droisneau a également cuisiné auparavant à la Réserve de Beaulieu sur la Riviera. Si la performance est dans l’assiette, elle est aussi en salle avec Marielle Droisneau qui, fière de ses origines aveyronnaises, garantit un accueil tout à la fois simple, soigné et chaleureux…

Menu du réveillon de Noël. Prémices Gourmandes foie gras de canard de chez Monsieur Duperier accompagnées de légumes de saison relevés aux zestes de mandarine ; saint-jacques marinées au sel puis grillées – poireaux à l’écorce d’orange et copeaux de poutargue ; pageot cuit au plat – gnocchis d’Agria et artichauts immergés dans une barigoule safran/basilic ; volaille de la cour d’Armoise cannelloni des cuisses, jus de rôti  ; camembert à la truffe noire et chocolat reine des près transie et mendiants.
145 € par personne (hors les vins)

Menu de la Saint-Sylvestre. Saint-jacques caviar d’aubergines grillées, crème citron vert et cumin ; pressée de gibiers et foie gras fruits et légumes en aigre doux, brioche de voatsiperifery ; gamberoni rosso rouleau croustillant, topinambour et estragon ; turbot flanqué d’une écume iodée primeurs écorce de combawa ; rouget grillé fenouils et moelleux d’amandine, jus d’une bouille ; granité safran sorbet fenouillette ; longe de veau de lait gnocchis et artichauts étuvés à la truffe noire et basilic ; camembert à la truffe noire ; mandarine en tarte et chocolat ganache tendre 80%, noisette glacée et balsamique vivifiant.
190 € par personne (hors les vins)

Menu du 1er de l’an. Langoustine et cochon rôtis, vinaigrette de lentilles et côtes d’endives ; lotte barigoule safranée et basilic ; poitrine de pigeon Maine-Anjou cuisses et abatis en brioche, chou vert à la fève tonka ; bleu du Vercors coing au vinaigre, melba croustillante ; tarte au citron…
120 € par personne (hors les vins)

Avenue de Revestel-anse de Corton, 13260 Cassis ; réservations au 04 96 18 00 00.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.