Art de vivre

La Provence à Paris, une enclave marseillo-provençale dans le XIVe arrondissement

la provence à parisC’est un petit cabanon en plein XIVe arrondissement parisien, comme si les vagues des calanques venait claquer sur les pieds de la tour Eiffel. Derrière ses persiennes faisant office de comptoir, Emmanuelle Vigne, aixoise exilée en bords de Seine anime un estaminet chaleureux. La Provence à Paris fêtera en ce mois de mai 2020 son premier anniversaire. Le projet, imaginé dès 2017, consistait en une épicerie concept-store “parce que la Provence me manquait, confie Emmanuelle. J’ai quitté Aix pour vivre à Paris avec mon mari qui bosse dans la production audiovisuelle et j’ai très vite imaginé une ambassade sudiste, une enclave marseillo-provençale qui raconterait notre art de vivre”.
Au sein même de l’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul réinvesti par les “Grands Voisins”, le Tout-Paris et les touristes qui respirent l’air du temps arpentent les lieux à la découverte de projets associatifs, sociaux, de petits commerces qui se lancent et de bonnes adresses pour prendre l’apéro. “Les gens sont très surpris de découvrir la Provence à Paris, se réjouit la jeune femme. Et ils découvrent ici des produits peu ou pas représentés à Paris” assure Emmanuelle Vigne tout en égrenant ses marques vedettes, parmi lesquelles les Navettes des Accoules, charcuteries de la Sôcisse de Marseille, la compagnie des Bocaux, des tee-shirts, des jus de fruits (Pressoirs de Provence) et des gammes de tartinables.

Comptoir à rosés
L’accueil amusé et enthousiaste des Parisiens est tel que la commerçante envisage de renforcer son offre en créateurs provençaux et de pérenniser son idée d’un événement mensuel ou un artiste ou un producteur viendraient présenter qui son oeuvre, qui son produit. “Et puis il y a une demande forte pour que je développe un comptoir à rosés, la Provence à Paris deviendra une vitrine de la production de vins rosés. C’est un vin emblématique, une couleur forte et un objectif de développement pour moi” développe l’exilée aixoise à qui l’on doit également la cuvée des Vilaines. Répondant aux besoins de l’époque, et pour faire face aux nouvelles mesures sanitaires imposées par la pandémie de covid-19, Emmanuelle propose un service de livraison à domicile. “J’ai mis en ligne, sur le site du magasin, un bon de commande qu’il suffit de remplir et de renvoyer. Un apéro provençal en ce moment, y’a rien de tel pour accompagner le confinement !”.

La Provence à Paris, les Grands Voisins, 74, avenue Denfert-Rochereau, Paris XIVe ; infos au 06 16 24 87 70.

2 commentaires

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Déjà j’étais fan du site le grand pastis.com mais de savoir qu’une boutique Marseillaise existe à Paris me ravit le cœur en cette période tellement triste. Merci le pastis pour toutes ces bonnes infos utiles et gaies à la fois ??

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Vite lu

La ceinture Miam a été imaginée et dessinée par Isabelle Crampes (société deTOUJOURS), adaptée par le cuisinier Armand Arnal (la Chassagnette à Arles) et est fabriquée par La Botte Gardianne. Isabelle Crampes est à la tête d’une boutique en ligne qui sélectionne des pièces originales de vêtements issus de métiers, de sports ou de traditions régionales que l’on aime s’approprier dans une mode du quotidien. Hors des calendriers du prêt à porter, de Toujours est un conservatoire vivant de l’histoire du vêtement. Après avoir été commissaire de l’exposition “Vêtements Modèles” au Mucem (Juin-décembre 2020) Isabelle Crampes s’est entouré du chef Arnal et de la Botte Gardiane, maison de savoir-faire spécialisée dans le cuir, pour concevoir cette ceinture multipoches 100% camarguaise en cuir de veau naturel contenant jusqu’à 8 poches à couteaux. Une création exclusive qui libère les mains ! En vente 450 €, sur commande (délai maxi 6 semaines), cuir naturel ou noir.