Restaurants en Provence

La Relève, à Marseille

restaurant restaurantUne fois n’est pas coutume, à la question : “Faut-il y aller ?” on vous répond illico presto : oui. Mais avant de téléphoner et de réserver, mieux vaut lire ces quelques lignes, histoire de savoir où vous allez mettre les pieds. Ce bar de quartier a été racheté par Hugo Noël (la Cave de Baille, 5e), Arnaud Carton de Grammont (le Café des Epices, 2e) et Edouard Giribone (le Comptoir d’Edouard, 8e). Les trois amis-restaurateurs appartiennent à la mouvance fooding-bobo-neobistrot et ont demandé à Greg Hessmann de diriger cette affaire. Si tout a été rénové et rafraîchi, l’ensemble est resté dans son jus. On n’y écoute plus Radio Star et la clientèle a évolué : aux piliers de comptoirs se sont substitués des quadras et quincas qui se tapent dans les mains comme des ados attardés. A midi, sur Jazz radio on écoute Duke Ellington et des pubs pour Leclerc et Intermarché. L’ardoise est carrément bien troussée, proposant en entrée, une terrine, une poutargue de mulet, des anchois marinés, une assiette de fromages affinés. On poursuivra avec un hachis parmentier ou un pavé de thon. L’assiette de jambon cru (6 €) est irréprochable et très copieuse, comptant quatre belles tranches. Le pavé de thon était promis bleu mais il est arrivé rosé et blanc par endroits. Aïe, aïe, aie… la cuisson ratée, ça ne pardonne pas. Heureusement, la purée de pommes de terre douces et la tombée de fenouil et poireaux est parfaite. Ici, les desserts ont été préparés le matin même : île flottante, salade de fruits et gâteau au chocolat. Celui-là, il ne rigole pas. Très cacaoté, très peu sucré, il est juste cuit pour croustiller en surface et dégouliner sur la cuillère. Du grand art qu’une quenelle de crème battue à peine sucrée vient chapeauter. Alors faut-il y aller ? On vous a déjà répondu ! Bien sûr, en moins de 6 mois, l’adresse ne sait plus où donner de la tête avec 24 places assises seulement, les retardataires ou les inconscients qui s’imaginent qu’on les attend mangeront sur un tabouret au comptoir. Quant au soir, broutilles à grignoter et verres de vin en quantité. Des profs de natation du Cercle des Nageurs voisin (salut Pascal) aux hipsters qui désertent le Duke, on ne sait plus où regarder. La relève est assurée.

41, rue d’Endoume, 7e arr. Résas au 04 95 09 87 81.
Carte 28 € environ. Pain : 14/20 – café : 11/20.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Infos express

Brunches du dimanche À partir du 27 septembre, et jusqu’à la fin de l’année, La Benvengudo propose aux gourmands (et aux lève-tard) un brunch concocté par la chef Julie Chaix. Sous forme de buffet, les hôtes disposeront d’une sélection de mets salés et sucrés, cuisinés à partir de produits locaux et de saison. Une pause gourmande parfaite avant de partir se balader dans le village des Baux-de-Provence. Brunch servi tous les dimanches de 11h30 à 15h, prix : 49 € par personne. Infos au 04 90 54 32 54.

Glenn Viel, chef du restaurant l’Oustau de Baumanière, aux Baux-de-Provence, a été élu « chef de l’année 2020 » par ses pairs à l’occasion de la 34e édition des Trophées du magazine Le Chef ce lundi 21 septembre. Né en janvier 1980 dans une famille de militaires, son aventure à Baumanière a démarré en 2015 quand Jean-André Charial, le propriétaire, l’a appelé pour redonner vie à ce restaurant mythique. Dès son arrivée, Glenn Viel a mis en place une cuisine écoresponsable avec le développement d’un potager bio, de ruches ainsi qu’une ferme pédagogique. En janvier 2020, il décroche sa 3e étoile. Il est aussi distingué au titre de la “gastronomie durable”, lancé par le guide rouge qui honore les restaurants ayant une démarche écoresponsable. Côté pâtisserie, c’est Brandon Dehan du même restaurant qui est distingué. Originaire de Noyon dans l’Oise, il avait été désigné jeune chef pâtissier de l’année en 2019 par le guide Gault et Millau. Ce sont les chefs référencés dans le Guide Michelin qui votent chaque année pour élire les meilleurs de la profession lors de cette 34e édition des Trophées du magazine Le Chef, seule élection des professionnels de la gastronomie française par leurs pairs.

Samedi 10 octobre « Plus beau village de France » du nord Vaucluse, Séguret organise toute la journée, une dégustation des vins du village, une découverte de nombreux artistes et créateurs du village, une découverte de boulange à l’ancienne avec démonstration en direct (confection de pains, de brioches et de tartes au sucre à l’ancienne dans le four banal du village). A 10 h, accueil au portail de la Bise pour la remise du programme de la journée. À 10 h, 11 h, 15 h et 18 h : visites guidées du village médiéval au départ du portail de la Bise. Durée environ 1h (3 € par adulte et gratuit pour les mineurs).
10 h 30 et 15 h 30 : atelier « la vie des Abeilles » suivi d’une dégustation des miels bio de Jérôme Busato au château Cohola à Sablet. A 11 h et 16 h : atelier « les 3 goûts de l’huile d’olive en Provence » à l’atelier les 3 Souquets à Séguret.  12 h : dégustation des bières artisanales de Jean-Pierre Meffre de Chante-Grenouille. A 16 h 30 : cooking show sur le thème des Traditions de Séguret avec présentation de plusieurs mini recettes (au restaurant Le Mesclun – durée 1 h, gratuit, 20 personnes max). 17 h 30 : petit historique sur le métier de santonnier avec explication des différentes étapes de création artisanale d’un santon avec Denis Voeux. Plus d’informations au 04 90 46 91 06.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter