Vite lu

► Légion d’honneur promotion du 14-Juillet. Le Journal Officiel a publié cette semaine la promotion civile du 14 Juillet. 521 personnalités ont été choisies pour leur engagement « au service de l’intérêt général et du rayonnement de la France », des récipiendaires choisis par les ministres qui proposent leur liste au Conseil de l’ordre de la Légion d’honneur. Laquelle liste est finalement validée par le président de la République. Créée par l’empereur Napoléon 1er en 1802, cette décoration fait désormais partie de l’histoire nationale. Chaque promotion met notamment des personnalités de l’hôtellerie-restauration à l’honneur. Cette année, les chefs Alain Ducasse (naturalisé monégasque, ultime privilège fiscal) et Éric Frechon sont faits officiers. Au rang de chevalier, premier grade de la Légion d’honneur, figurent les chefs Paul Pairet et Michel Portos, Sandrine Bayle-Gosse (directrice de l’École des métiers du Gers), Monica Bragard, directrice générale de Bragard, Olivier Gourmelon, dirigeant de la société Kings of kitchen et Louis Privat, fondateur et propriétaire des Grands Buffets de Narbonne.

Var

Depuis 1998, les Vignerons Indépendants du Var et Art&Vin invitent chaque été des artistes ou des collectifs d’artistes à installer leurs œuvres ou à réaliser des performances dans des lieux emblématiques comme les caveaux, les chais, ou au milieu des vignes. Avec cette manifestation, les visiteurs sont conviés à découvrir, sous un angle inédit, une cinquantaine de domaines et châteaux de la Région Sud et en Corse. Où aller dans le Var ? Notre sélection…
• Château de Majoulière à Villecroze, au cœur des coteaux varois Fanny Dhondt s’est installée avec son frère pour vivre sa passion. Sommelière de formation, elle accueille la céramiste VOS (Mado Vandewoestyne) et Marec, artiste belge qui s’est fait connaître avec des dessins humoristiques piquants, qui font régulièrement la une de la presse.
• Le dom. des Féraud à Vidauban regroupe 50 ha, non loin du golfe de Saint-Tropez, c’est le petit paradis de Markus Conrad qui accueille Bernadette Van Baarsen, peintre attachée à la vibration des couleurs, au soleil brûlant de Provence et aux enchevêtrements des végétaux en géométries naturelles et artificielles.
• Le château Saint-Esprit, propriété de la famille Croce-Spinelli depuis 4 générations, est une bâtisse du XIIIe siècle ceinte de majestueux cyprès et de 12 ha de vignes. C’est ici que Rémi Colombet expose ses œuvres, « un dilettante » qui se sert de tous les moyens mis à sa disposition, comme la musique, la photo et les objets. Mises en scènes improvisées, portraits fugitifs, travail instinctif, l’artiste fait fi des contraintes techniques de la photographie.
Tous les domaines participants ici.

Suis-nous sur les réseaux

Sainte-Croix-du-Verdon

Marchés et foires locales.- Durant tout l’été, chaque semaine, la commune accueille plusieurs marchés offrant des produits locaux frais, d’artisanat et des spécialités culinaires.
• Marchés des producteurs : tous les mardis matin, du 2 juillet au 27 août sur l’ancienne aire des camping-cars dans le village.
• Marchés gourmands : les mardis soir 16 juillet et 13 août (18h30-22h30). Foodtrucks de cuisine du monde, bière artisanale de Riez, sur l’ancienne aire des camping-cars dans le village.
• Marchés artisanaux : les mardis soir 9, 23 juillet et les 6 et 20 août (18h30 – 22h30). Avec la présence de créateurs et artisans de la région Sud, rue du Cours.

En direct du marché

Avec la Ruche qui dit oui, paysans et artisans se mettent au drive

la Ruche qui dit ouiVoilà maintenant 3 ans que, chaque mercredi soir, des producteurs locaux se retrouvent dans la cour d’un petit bar de l’avenue Mazargues. Des glacières et cagettes sont rangées à l’ombre des arbres conservant au frais légumes, viandes et fromages. Tous ces produits ont été achetés sur le site de la Ruche qui dit oui. Et cette même scène se répète inlassablement, chaque semaine, sur 6 lieux de rendez-vous à Marseille.
Le principe : faire son marché sur le site internet, régler la facture et se rendre sur le lieu de rendez-vous hebdomadaire pour récupérer sa commande directement auprès des producteurs. « J’habite dans le 9e arrondissement de Marseille et je trouvais qu’il n’y avait rien d’adapté pour favoriser le circuit court par rapport au rythme métro, boulot, dodo, explique Sylvie Galtier à qui l’on doit la création de ce point de retrait des paniers à Mazargues. Les producteurs font dans le bio et sont tous du secteur. On propose des produits sains et de qualité, et aujourd’hui l’un de nos clients a reçu sa 100e commande ! Donc on a des fidèles ! »

Un modèle qui essaime
Pour créer ce point de vente Ruche, Sylvie Galtier a dû trouver plusieurs agriculteurs et artisans dans un rayon de 250 km. Les 3 impératifs : être à moins de 250 km du point de vente, être agriculteur ou artisan et faire un maximum dans le bio. Et des Ruches comme celle de Sylvie, il y en a plus de 700 en Europe, de l’Espagne à l’Italie, de la Hollande à l’Allemagne en passant bien sûr par l’Hexagone. Sur le même principe que les marchés paysans, pour les producteurs qui participent au système de la Ruche, la recette s’avère payante : « Avant je perdais une grosse part de mes bénéfices et la Ruche m’a permis de me développer et de conforter mes marges. Et puis c’est convivial, c’est une nouvelle forme de marché, témoigne Étienne Daubé, venu vendre des pâtes fraîches de sa confection, sous la marque la Corbeille à pâtes. Ça nous permet de résister contre les grandes surfaces. Donc oui, je suis très content de laruchequiditoui ».

[Comment passer commande]

Il faut avant tout se rendre sur le site laruchequiditoui.fr. Sur le site, vous devez sélectionner la Ruche la plus proche de chez vous en naviguant à travers la carte. Ensuite, vous rejoindrez le point de vente qui vous intéresse en vous inscrivant. Vous créez ainsi votre espace personnel, il vous reste à sélectionner les produits qui vous intéressent parmi la liste de la semaine. Pour ce qui est des tarifs, on a affaire à du bio et du local : les prix s’en ressentent. Comptez par exemple 7,70€ pour 200g de mozzarella, 11,90€ pour 500g de blanc de poulet fermier ou encore 6,80€ pour 1kg de tomates anciennes. Une fois la commande achevée, vous n’avez plus qu’à régler et attendre le rendez-vous hebdomadaire de la Ruche où vous avez passé commande. Vos produits vous y attendront prêts à être dégustés !

Axel Gède / photos A.G.