Brignoles

La Foire de Brignoles dédie un week-end complet à la gastronomie, samedi 20 avril et dimanche 21 avril prochain. Durant deux jours, des chefs se succèderont en cuisine pour mettre à l’honneur le terroir, la filière ovine varoise, la pâtisserie et les Vins de Provence. Julien Tosello, Benoît Witz, Pascal Barandoni, Nicolas Pierantoni ont déjà confirmé leur participation. Recettes autour de l’agneau, démonstrations à 4 mains où les chefs déclineront un produit de saison en version salée et sucrée, astuces pour pâtisser vegan mais avec gourmandise, recettes pour composer un apéro provençal de qualité et accords mets et vins seront commentés par un oenologue en partenariat avec les Vins de Provence.
• Toutes les infos sur la foire de Brignoles, ici

Marseille

► Ouverture de la citadelle le 4 mai Après avoir ouvert temporairement l’été dernier (elle était fermée au public depuis plus de 350 ans !), la citadelle autrement connue sous les noms de Fort Saint-Nicolas ou Fort d’Entrecasteaux, ouvre ses portes au grand public, et cette fois de façon pérenne. Cet été, de nombreux évènements attendront les visiteur : visites théâtralisées, concerts, escape games, accès aux jardins, le tout avec bar et  un restaurant qui seront dorénavant ouverts toute l’année.

► Kouss-Kouss festival le rendez-vous de la rentrée revient cette année du 29 août au 8 septembre. Au programme, des centaines d’établissements qui proposeront leur version de ce plat emblématique, avec pour thème cette année : « 1001 graines ». Le 31 août, 5 000 couscous seront servis et offerts sur le Vieux-Port dans le cadre de l’Été marseillais par la Ville de Marseille et l’office de Tourisme.

Marseille

Camille Gandolfo wanted. Mais où est passée Camille Gandolfo ? Depuis son départ du restaurant de l’hôtel des Bords de Mer, Camille Gandolfo ne répond à aucune sollicitation. Nul ne sait où elle est, ni ce qu’elle fait. Alors, pour calmer ceux qui s’inquiètent, sachez que Camille Gandolfo prendra la direction des cuisines de « la Marine des Goudes » rachetée par Paul Langlère (Sépia) et ses associés du Cécile, le sandwich club du quartier de Malmousque. Ouverture prévue début juin mais n’en parlez à personne, c’est confidentiel.
Juan Pulgarin… le come back. Le plus célèbre colombien de la ville reviendra d’ici le mois de mai rue d’Aubagne pour nous y régaler des spécialités qui ont bâti sa réputation.

Une bière à la navette. Ils étaient tous là, jeudi 4 avril au soir, sur la place de Lenche, à goûter et célébrer cette nouvelle bière de la brasserie la Minotte. Une bière blanche aux accents marseillais, aux parfums des navettes des Accoules ! Bien sûr, José Orsoni dit-Jo Navettes, et ses enfants, Marie-Julie et Clément étaient de la fête, pas peu fiers de cette création à laquelle ils ont participé (surtout Clément)… Une bière ultra fraîche, très peu amère qui a nécessité 20 kg de biscuits par brassin et quelque 2 mois de fermentation. A découvrir à la Descente des Accoules (le caviste du 4, rue de l’Evêché, 2e), au Café du théâtre (12, place de Lenche, 2e) et dans tout le réseau des revendeurs des bières La Minotte.
• Infos au 04 91 90 99 42

Suis-nous sur les réseaux

En direct du marché

Avec la Ruche qui dit oui, paysans et artisans se mettent au drive

la Ruche qui dit ouiVoilà maintenant 3 ans que, chaque mercredi soir, des producteurs locaux se retrouvent dans la cour d’un petit bar de l’avenue Mazargues. Des glacières et cagettes sont rangées à l’ombre des arbres conservant au frais légumes, viandes et fromages. Tous ces produits ont été achetés sur le site de la Ruche qui dit oui. Et cette même scène se répète inlassablement, chaque semaine, sur 6 lieux de rendez-vous à Marseille.
Le principe : faire son marché sur le site internet, régler la facture et se rendre sur le lieu de rendez-vous hebdomadaire pour récupérer sa commande directement auprès des producteurs. « J’habite dans le 9e arrondissement de Marseille et je trouvais qu’il n’y avait rien d’adapté pour favoriser le circuit court par rapport au rythme métro, boulot, dodo, explique Sylvie Galtier à qui l’on doit la création de ce point de retrait des paniers à Mazargues. Les producteurs font dans le bio et sont tous du secteur. On propose des produits sains et de qualité, et aujourd’hui l’un de nos clients a reçu sa 100e commande ! Donc on a des fidèles ! »

Un modèle qui essaime
Pour créer ce point de vente Ruche, Sylvie Galtier a dû trouver plusieurs agriculteurs et artisans dans un rayon de 250 km. Les 3 impératifs : être à moins de 250 km du point de vente, être agriculteur ou artisan et faire un maximum dans le bio. Et des Ruches comme celle de Sylvie, il y en a plus de 700 en Europe, de l’Espagne à l’Italie, de la Hollande à l’Allemagne en passant bien sûr par l’Hexagone. Sur le même principe que les marchés paysans, pour les producteurs qui participent au système de la Ruche, la recette s’avère payante : « Avant je perdais une grosse part de mes bénéfices et la Ruche m’a permis de me développer et de conforter mes marges. Et puis c’est convivial, c’est une nouvelle forme de marché, témoigne Étienne Daubé, venu vendre des pâtes fraîches de sa confection, sous la marque la Corbeille à pâtes. Ça nous permet de résister contre les grandes surfaces. Donc oui, je suis très content de laruchequiditoui ».

[Comment passer commande]

Il faut avant tout se rendre sur le site laruchequiditoui.fr. Sur le site, vous devez sélectionner la Ruche la plus proche de chez vous en naviguant à travers la carte. Ensuite, vous rejoindrez le point de vente qui vous intéresse en vous inscrivant. Vous créez ainsi votre espace personnel, il vous reste à sélectionner les produits qui vous intéressent parmi la liste de la semaine. Pour ce qui est des tarifs, on a affaire à du bio et du local : les prix s’en ressentent. Comptez par exemple 7,70€ pour 200g de mozzarella, 11,90€ pour 500g de blanc de poulet fermier ou encore 6,80€ pour 1kg de tomates anciennes. Une fois la commande achevée, vous n’avez plus qu’à régler et attendre le rendez-vous hebdomadaire de la Ruche où vous avez passé commande. Vos produits vous y attendront prêts à être dégustés !

Axel Gède / photos A.G.