Restaurants en Provence

L'Aromat', un classique de la rue Sainte

Les années passent, Sylvain Robert et son compère Guillaume Bonneaud ont repensé tout leur restaurant. Oublié l’Aromat’ aux couleurs chaudes, on y évolue depuis un an dans une atmosphère blanche et lisse, presque digeste à l’heure du déjeuner. Toujours fidèles à la politique du prix “juste”, les deux compères proposent à midi un triptyque entrée-plat-dessert affriolant : quesadillas de lapin au chèvre-compotée de brocolis, pavé de mulet plancha polenta syphon et purée de légumes crème de persil, salade d’ananas ganache chocolait-brisures chocolatées donnent une idée des bonnes intentions de l’équipe. En salle, sourires et petits mots gentils parsèment le service.

aromat deuxA la carte, le chef Sylvain s’amuse en réveillant les ardeurs de la fourchette sous un vol-au-vent de civet de lièvre-boudin blanc-pommes et foie gras poêlé mousseline de céleri salade de copeaux de carotttes multicolores ou avec les noix de Saint-Jacques à la plancha mini courge cœur de foie gras crumble de châtaignes-poêlée de légumes racines aux noisettes du Piémont.
Avec ses clins d’œil à Louis-Antoine de Pardaillan de Gondrin (fils de la marquise de Montespan, suprême de pigeon rôti aux coings-tartine de topinambour fricassée des cuisses et abats raviole de navet de Pardaillan) ou à Mme du Barry (velouté dubarry rémoulade da cabillaud aux herbes fraîches façon mimosa), Sylvain Robert montre un révérend respect pour la tradition française. Qui s’en plaidra ?

A midi, la “petite” formule et son velouté dubarry réchauffe les cœurs et réclame plus encore de rémoulade de cabillaud car c’est une réussite délicieuse qui s’apparente à une brouillade ! Les tendrons de veau braisés au vin rouge sont cuits fondants, servis sur un risotto aux champignons et jus de cuisson très généreux en parmesan. Si l’assiette est déséquilibrée côté sel, elle n’en demeure pas moins très convenable pour une formule à ce tarif. Un café gourmand et quelques guimauves plus tard (exigez les guimauves à la verveine, c’est un réussite), il y a fort à parier que, l’âme légère, vous reviendra l’envie d’inviter quelques amis ici… comme ça, pour le simple plaisir d’un moment simple mais de bon goût.

L’Aromat’, 49, rue Sainte, Marseille 1er arr. ; 04 91 55 09 06.
Formules déjeuner : 17 ou 19 €. Menu carte 40 et 59 €.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu, vite su

chicoulon Chicoulon descend dans la rue Edouard Mireur et toute l’équipe du Chicoulon font sauter les bouchons le 21 novembre prochain. La rue Grignan sera fermée à la circulation auto de l’angle de la rue Breteuil jusqu’à la place Lulli. De 19 heures à 23 heures, dans un décor de bottes de pailles, guirlande guinguette et petites tables renouant avec l’ambiance place de village, un DJ fera monter le son… Trois beaujolais rouges d’appellation (un fleurie, un chiroubles et un morgon) un un beaujolais blanc contribueront à l’ambiance. “Ce sera la fête du beaujolais, on va faire bouger le centre-ville”, assure Edouard qui, pour la soirée, a demandé à tomy de préparer des planches et cornets de charcuteries et fromages. Comptez 20€ la bouteille, 5 et 10 € les fromages et charcuteries. Pour toute info, cliquer ici.

Pierre Onde Pierre Onde au restaurant du Novotel Avignon centre Depuis le mois de juillet dernier, date de son arrivée, le jeune cuisinier de 37 ans conduit une brigade de 8 personnes avec l’ambition de hisser la table du Patio au meilleur niveau et l’espoir d’entrer dans les guides gastronomiques. Pour y parvenir, Pierre Onde a revu son panel de fournisseurs pour être au plus près des produits locaux et de saison (poissons de Méditerranée, agneaux des Alpilles, porcs du Ventoux et fruits et légumes du Vaucluse). Très influencé par les cuisines provençale et corse, Pierre Onde a repensé la carte en mode cuisine méditerranéenne et bistronomique. La carte des vins, elle aussi, est désormais très marquée par les grandes appellations de la vallée du Rhône. Fleurs de courgette farcies, thon snacké, gibier en automne… le chef, issu de l’école hôtelière d’Avignon a fait ses armes auprès des frères Jacques et Laurent Pourcel avant de rejoindre le Cloître Saint-Louis. L’année qui commence sera décisive. Restaurant le Patio, Novotel Avignon centre, 20, bd Saint Roch ; infos au 04 32 74 70 22.

promo soirée 21 novembre