Restaurants en Provence

L'Aromat', un classique de la rue Sainte

Les années passent, Sylvain Robert et son compère Guillaume Bonneaud ont repensé tout leur restaurant. Oublié l’Aromat’ aux couleurs chaudes, on y évolue depuis un an dans une atmosphère blanche et lisse, presque digeste à l’heure du déjeuner. Toujours fidèles à la politique du prix “juste”, les deux compères proposent à midi un triptyque entrée-plat-dessert affriolant : quesadillas de lapin au chèvre-compotée de brocolis, pavé de mulet plancha polenta syphon et purée de légumes crème de persil, salade d’ananas ganache chocolait-brisures chocolatées donnent une idée des bonnes intentions de l’équipe. En salle, sourires et petits mots gentils parsèment le service.

aromat deuxA la carte, le chef Sylvain s’amuse en réveillant les ardeurs de la fourchette sous un vol-au-vent de civet de lièvre-boudin blanc-pommes et foie gras poêlé mousseline de céleri salade de copeaux de carotttes multicolores ou avec les noix de Saint-Jacques à la plancha mini courge cœur de foie gras crumble de châtaignes-poêlée de légumes racines aux noisettes du Piémont.
Avec ses clins d’œil à Louis-Antoine de Pardaillan de Gondrin (fils de la marquise de Montespan, suprême de pigeon rôti aux coings-tartine de topinambour fricassée des cuisses et abats raviole de navet de Pardaillan) ou à Mme du Barry (velouté dubarry rémoulade da cabillaud aux herbes fraîches façon mimosa), Sylvain Robert montre un révérend respect pour la tradition française. Qui s’en plaidra ?

A midi, la “petite” formule et son velouté dubarry réchauffe les cœurs et réclame plus encore de rémoulade de cabillaud car c’est une réussite délicieuse qui s’apparente à une brouillade ! Les tendrons de veau braisés au vin rouge sont cuits fondants, servis sur un risotto aux champignons et jus de cuisson très généreux en parmesan. Si l’assiette est déséquilibrée côté sel, elle n’en demeure pas moins très convenable pour une formule à ce tarif. Un café gourmand et quelques guimauves plus tard (exigez les guimauves à la verveine, c’est un réussite), il y a fort à parier que, l’âme légère, vous reviendra l’envie d’inviter quelques amis ici… comme ça, pour le simple plaisir d’un moment simple mais de bon goût.

L’Aromat’, 49, rue Sainte, Marseille 1er arr. ; 04 91 55 09 06.
Formules déjeuner : 17 ou 19 €. Menu carte 40 et 59 €.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Infos express

Brunches du dimanche À partir du 27 septembre, et jusqu’à la fin de l’année, La Benvengudo propose aux gourmands (et aux lève-tard) un brunch concocté par la chef Julie Chaix. Sous forme de buffet, les hôtes disposeront d’une sélection de mets salés et sucrés, cuisinés à partir de produits locaux et de saison. Une pause gourmande parfaite avant de partir se balader dans le village des Baux-de-Provence. Brunch servi tous les dimanches de 11h30 à 15h, prix : 49 € par personne. Infos au 04 90 54 32 54.

Glenn Viel, chef du restaurant l’Oustau de Baumanière, aux Baux-de-Provence, a été élu « chef de l’année 2020 » par ses pairs à l’occasion de la 34e édition des Trophées du magazine Le Chef ce lundi 21 septembre. Né en janvier 1980 dans une famille de militaires, son aventure à Baumanière a démarré en 2015 quand Jean-André Charial, le propriétaire, l’a appelé pour redonner vie à ce restaurant mythique. Dès son arrivée, Glenn Viel a mis en place une cuisine écoresponsable avec le développement d’un potager bio, de ruches ainsi qu’une ferme pédagogique. En janvier 2020, il décroche sa 3e étoile. Il est aussi distingué au titre de la “gastronomie durable”, lancé par le guide rouge qui honore les restaurants ayant une démarche écoresponsable. Côté pâtisserie, c’est Brandon Dehan du même restaurant qui est distingué. Originaire de Noyon dans l’Oise, il avait été désigné jeune chef pâtissier de l’année en 2019 par le guide Gault et Millau. Ce sont les chefs référencés dans le Guide Michelin qui votent chaque année pour élire les meilleurs de la profession lors de cette 34e édition des Trophées du magazine Le Chef, seule élection des professionnels de la gastronomie française par leurs pairs.

Samedi 10 octobre « Plus beau village de France » du nord Vaucluse, Séguret organise toute la journée, une dégustation des vins du village, une découverte de nombreux artistes et créateurs du village, une découverte de boulange à l’ancienne avec démonstration en direct (confection de pains, de brioches et de tartes au sucre à l’ancienne dans le four banal du village). A 10 h, accueil au portail de la Bise pour la remise du programme de la journée. À 10 h, 11 h, 15 h et 18 h : visites guidées du village médiéval au départ du portail de la Bise. Durée environ 1h (3 € par adulte et gratuit pour les mineurs).
10 h 30 et 15 h 30 : atelier « la vie des Abeilles » suivi d’une dégustation des miels bio de Jérôme Busato au château Cohola à Sablet. A 11 h et 16 h : atelier « les 3 goûts de l’huile d’olive en Provence » à l’atelier les 3 Souquets à Séguret.  12 h : dégustation des bières artisanales de Jean-Pierre Meffre de Chante-Grenouille. A 16 h 30 : cooking show sur le thème des Traditions de Séguret avec présentation de plusieurs mini recettes (au restaurant Le Mesclun – durée 1 h, gratuit, 20 personnes max). 17 h 30 : petit historique sur le métier de santonnier avec explication des différentes étapes de création artisanale d’un santon avec Denis Voeux. Plus d’informations au 04 90 46 91 06.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter