Restaurants en Provence

Le Bistrot du'O à Vaison la Romaine

restobistroduo
… Qu’est-ce que c’est bon les cèpes !

Philippe et Gaëlle Zemour se sont installés à Vaison en janvier 2013 et, depuis, animent avec brio cette table qu’avait, aux origines, créée Raoul Reichrath, le chef du Grand Pré à Roaix. Originaire de Mondragon, Philippe Zemour, 31 ans au compteur, peut se flatter d’avoir appris le métier chez quelques pairs de renom, d’Anne-Sophie Pic à Hélène Darroze, de l’équipe des frères Pourcel à l’hôtellerie de Crillon-le-Brave. Le bistrot du’O porte maladroitement son nom puisqu’il s’agit en réalité d’un restaurant avec une carte courte, concise et précise, signe que le chef est exigeant sur les origines de ses produits et préfère proposer peu et bien que beaucoup et bâclé. Dans la salle au lourd dallage de pierre, les vieilles voûtes abritent une collection d’avenantes bouteilles : des cornas (Robert Michel, cuvée des Coteaux), des crozes-hermitages (dom. du Colombier, cuvée Gaby), des saint-joseph (dom. Blachon Prestige)et tant d’autres. C’est Gaëlle qui chapeaute le service ; souriante et raffinée, elle endosse le rôle avec facilité. La raviole de foie gras et son bouillon crémeux aux cèpes se perle de gouttes d’huile d’olive qui soulignent le voluptueux de la composition. Le dos de cabillaud cuit sur sa peau croustille ; il est posé sur une polenta crémeuse et, pour une fois, délicieuse. Les girolles nappées d’une vinaigrette de crustacés apportent leur saveur terrienne qui fait le lien avec la polenta. Il n’empêche, le chef a la main lourde sur le sel et frôle souvent l’accident ; plus de vigilance sur les assaisonnements s’impose. Le baba au dessert, très alvéolé, achève de convaincre sur les réelles potentialités de ce cuisinier. Faut-il y aller ? Que tous les habitants de Vaison et des environs y aillent, et que, de bien plus loin, on fasse l’effort d’une réservation car cette adresse est en passe d’être l’une des meilleures du coin.

La Haute Ville, rue du Château, 84110 ; résas au 04 90 41 72 90 ;
formules midi 19, 21 et 24 € ; menus 31 et 41 €. Carte : 55-60 €.
Pain : 13/20 – café : 11/20.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En bref

Les Sard’in c’est bon tout le temps Pour agrémenter un sandwich ou à partager entre potes lors d’un apéritif improvisé, ces sardines sauveront également votre plateau repas en cas de frigo désertique un dimanche soir. Préparées entièrement à la main, elles sont mises sur grilles et cuites au four pour être plus légères et digestes. Garanties sans friture, on les aime à l’huile d’olive extra vierge ou au piment.
6 € la boîte chez le Petit Cabanon, restaurant au 63, avenue Robert-Schuman, Marseille 2e.

Abonnez-vous à notre newsletter