Restaurants en Provence

Le Fantastique, comme son nom l'indique

fantastique 3C’est un peu présomptueux de se donner pour nom de baptême “le Fantastique” sauf que, lorsque c’est vrai, ça devient tout de suite très sympatique. En plein boulevard Baille, cette petite façade attire l’oeil ; sur une ardoise, on promet que la cuisine est faite maison : courgettes rondes et champignons farcis au boeuf et flan d’asperges, tarte tomate-poivron à la tarte au citronmoutarde mesclun gourmand, gnocchis artisanaux sauce champignons et bol de salade, brick de thon roulé courgette-brousse-coriandre salade de jeunes pousses. C’est alléchant. A l’intérieur, derrière un magnifique comptoir fifties carrossé comme une Cadillac, une dame douce et souriante invite à prendre le plateau. C’est comme un self sauf qu’ici on voit la cuisine, on travaille en transparence. Commandez et vous êtes servis. Pas d’attente, c’est réjouissant lorsqu’on est affamé. Les gnocchis sont fermes juste ce qu’il faut baignés d’une sauce crémée aux champignons que vient asticoter une cuillère à soupe de parmesan râpé. Les brick croustillent, les courgettes rondes fondent. C’est une symphonie de goûts qui n’a rien à voir avec la cuisine calibrée des écoles hôtelières. Il s’agit plutôt d’une carte aux accents féminins, presque maternels. Et c’est bon ! Il faut venir rien que pour la salade de jeunes pousses par exemple, remarquablement assaisonnée, tout en équilibres et douceur avec une huile de sésame boisée qui réveille cette sauce sucrée-salée… Un bonheur qui se prolonge avec une belle part de tarte au citron meringuée, préparée du matin même, joliment acide que vous apprécierez avec un café. Quelques bouteilles de rouge bien senti ici et là, voilà qu’arrive l’heure du départ. Dans le jardin et la véranda, tout le monde porte ses lunettes de soleil. On resterait pour la sieste tellement l’accueil est charmant. Le come back est garanti, vous aussi y (re)viendrez.

76, bd Baille, Marseille 6e arr. ; 09 73 52 99 46. Du lun au ven de 8h à 14h30.
Jeu et ven de 18h30 à minuit. Fermé le dimanche. Comptez de 16 à 20 € par tête.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu

In memoriam.- Claude Criscuolo s’est éteint samedi 23 janvier dernier, à 79 ans, victime de la Covid-19. Cette figure de la nuit marseillaise était le fils de Vincent qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avait fondé la pizzéria éponyme dans le quartier des Cinq Avenues à Marseille. Claude avait pris la succession de son père en 1977 transformant ce restaurant de quartier populaire en rendez-vous du Tout-Marseille où comédiens, chanteurs et politiques se pressaient. Les années 70 et 80 marqueront son heure de gloire, les stars de l’OM, Johnny Hallyday et autres chanteurs qui venaient de se produire sur scène, rejoignaient la pizzéria pour y dîner et festoyer jusqu’à très tôt le lendemain matin… Claude avait quitté le restaurant en 2003 pour se consacrer à bien d’autres passions. Linda, sa veuve, ses enfants Isabelle, Marie, Thomas et Stéphane ainsi que tous ses proches pleurent aujourd’hui la dernière “figure” de Marseille.

Terre Blanche annonce la nomination de Christophe Schmitt au poste de chef des cuisines.- Le Resort de Terre Blanche Hotel Spa Golf Resort 5 étoiles, a nommé Christophe Schmitt au poste de chef pour prendre les rênes des différents restaurants, dont Le Faventia, étoilé au guide Michelin (le guide rigolo qui décerne des étoiles aux restaurants fermés). Christophe Schmitt succèdera ainsi au Chef étoilé et meilleur ouvrier de France, Philippe Jourdin, qui prend sa retraite et dont il était le second, pour perpétuer une cuisine aux saveurs du Sud. Dans la continuité de cette philosophie qui allie tradition et touches innovantes, Christophe Schmitt proposera une cuisiné axée sur les meilleurs produits locaux rendant hommage au terroir. “C’est un honneur pour moi et un très grand défi de succéder à Philippe Jourdin. A Terre Blanche, ce Mof a marqué l’histoire de la gastronomie, et il m’a aussi beaucoup appris. C’est avec beaucoup d’émotion que je lui succède aujourd’hui, plus que jamais conscient des responsabilités qu’il me lègue” a déclaré Christophe Schmitt.