Magazine

Le salon du Chocolat, millésime 2015 est annoncé

jp bensaidLe salon du Chocolat est devenu, avec la Saint-Valentin et les vacances au ski,  l’un des temps forts de février. Chaque année depuis 6 ans maintenant, ce rendez-vous pour cacaomanes patentés réunit toujours plus d’amateurs. Ils étaient 29 000 en 2014 et cette année, ses deux organisateurs, Jean-Pierre Bensaïd et Boris Boyadjian, espèrent dépasser le cap des 30 000 entrées. « Nous avons réuni un peu plus de 50 exposants, des chocolatiers bien sûr mais aussi des confiseurs, nougatiers, pâtissiers et autres spécialistes de fruits secs » explique Bensaïd, par ailleurs consul de Sao-Tomé et Principe.

Laurent Favre-Mot aussi sera là
De vendredi à dimanche inclus, soit 3 jours, les visiteurs profiteront des démonstrations animées par des chefs toutes les heures : des plats cuisinés à la pâtisserie, il y en aura pour tous les goûts. « Edouard Cristaudo (Ardèche), julien Diaz (Calvi, Corse), David Faure (Nice), Benoît Witz et Laurent Trocmé (La Celle, Var) figurent parmi les talents régionaux qui animeront des démonstrations » se réjouit Jean-Pierre Bensaïd. mais les régionaux seront aussi de la partie : Ludovic Turac et Grégory Radulic (Table au Sud et l’Epuisette, Marseille), Simon Pacary et Renan Kernen (L’Esprit de la Violette et Côté Cour, Aix) ne manqueront pas à l’appel. Laurent Favre-Mot, Sébastien Richard et le post it notespâtissier représentant Dalloyau à Marseille participeront aussi à la fête.

Dimanche, les ténors du barreau
vous invitent au procès du chocolat
Dimanche en milieu d’après-midi à 15h30, les deux ténors Jean-Louis Keïta et Dominique Mattei, respectivement ancien bâtonnier d’Aix et de Marseille, invitent le public à assister au procès du chocolat. L’un après l’autre, ils plaideront, dans un esprit qu’on devine d’avance plein d’esprit et de gourmandise, en faveur ou en défaveur du chocolat. « Et ce sera à l’assistance de donner son verdict », s’amuse par avance Jean-Pierre Bensaïd.

Au fil des ans, la bonne santé du salon du Chocolat marseillais a conduit ses organisateurs à dupliquer la recette à Toulouse et Monaco : « Le salon du Chocolat existe à Paris depuis 20 ans, explique Jean-Pierre Bensaïd. En qualité de consul de Sao-Tomé et Principe, nous y participons depuis la première édition avec toujours le même enthousiasme. Il était donc logique que nous défendions ce concept en province ». Et voilà comment deux Marseillais contribuent à défendre un plaisir qui n’a rien d’interdit…

Salon du chocolat les 27 (14h-22h), 28 février – 1er mars (10h – 19h) au parc Chanot (hall 1), Marseille 8e ;  contact : 08 25 88 43 90.
Parking : 5 €. Tarif : 9 €, 7 € (prévente web), 3 € (5-12 ans), gratuit pour les moins de 5 ans.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.