Magazine

Le Sofitel s'offre une terrasse

sofitelterrasse1Six mois de travaux pour nous inviter à plonger… dans le Vieux-Port. Pensée comme une ouverture, une plongée visuelle dans la ville, la nouvelle terrasse de quelque 50 places du Sofitel cumule les charmes et accueille depuis peu ses premiers clients. Du petit-déjeuner au dernier verre, la nuit, bercé par le scintillement des étoiles, l’hôtel a voulu s’ouvrir plus encore sur la ville. “Paradoxalement, tout le monde vantait la vue exceptionnelle dont on jouit depuis ce promontoire mais nous étions privés d’extérieur” reconnaît Gersende Gueit, en charge de la qualité au sein de l’hôtel. Que ce soit le matin pour un “petit-déj’ delight”, au déjeuner, pour le goûter avec les compositions glacées du Glacier du Roy (place de Lenche dans le 2e arr.), ou le soir pour les offres tapas, l’hôtel a trouvé des arguments pour nous inviter au farniente. La carte est supervisée par le chef maison, Dominique Frérard, et c’est à son second, Jérémy, au bar, que l’on doit sa mise en oeuvre. Un joli duo.

Formule petit déj’ delight sans matirèes grasses ni sucres ajoutés 22 € (1 boisson chaude, 1 jus de fruits pressés,
1 fromage blanc, 1 salade de fruits agrumes-ananas, 1 cake flocons d’avoine et 1 cake miel-citron).
Formule déjeuner 35 € (entrée, plat, 1 café, 1/2 eau et le parking). Glaces l’après-midi (24 € la coupe)
et tapas le soir (29 € pour 5 propositions). Menu Spa : 103 €.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Nous y sommes allés avec des amis de Grenoble qui ont été éblouis par le site et le confort de l’endroit. En ce moment je conseille d’apporter un châle car les soirées sont frisquettes

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Notez-le

Christian Qui “meilleure table de l’année” selon le Fooding classement 2021 A l’heure où la restauration française vit les heures les plus noires de son histoire, le guide Fooding, lui, continue à vivre comme si tout allait bien. Le guide, qui vient d’être intégralement racheté par le guide Michelin, a révélé ce lundi 16 novembre son palmarès de l’année 2021. Une approche d’autant plus cynique que la quasi totalité des guides français a décidé de ne pas établir de classement tant la période est dramatique pour la profession.

Meilleur bar d’auteur : Bambino (Paris)
Meilleur bistrot : Café Les Deux Gares (Paris)
Meilleur sandwich : Penny Lane (Paris)
Meilleur chef résistant : Antonin Bonnet chez la Boucherie Grégoire (Paris)
Meilleur cuisinier : Daniel Morgan chez Robert (Paris)
Meilleure table : Christian Qui (Marseille)
Meilleure table : Bistrot Bao (Groix)
Fooding d’Amour : Comète (Saint-Lunaire)
Fooding d’Amour : Rita, la Vierge à la Mer (Saint-Jean-de-Luz)
Meilleure chambre de style : château de la Haute Borde (Rilly-sur-Loire).