Magazine

Le super Cafoutch, une utopie devenue supermarché

super cafoutch
Eva et Michel l’assurent : – Nos tarifs sont compétitifs »

On le décrit comme un supermarché coopératif et participatif. Une dénomination bien mystérieuse pour ce Super Cafoutch qui ressemble ni plus ni moins à un supermarché de quartier et dont on vient de célébrer l’inauguration officielle. L’aventure a commencé au début de l’année 2016 par la création d’une association dont l’objet se résumait à un groupement d’achat, « au début, on commandait en ligne et les clients se déplaçaient en différents sites pour venir chercher leurs commandes » se rappelle Raoul Michel, aux origines du projet.
Lorsque l’association a réuni une centaine d’adhérents, le mécanisme est vite devenu ingérable et, le succès aidant, une coopérative se crée en juin 2019. Les bases du supermarché coopératif et partticipatif sont posées. Ne reste plus qu’à trouver un vaste local en centre-ville, tâche compliquée qui finit par aboutir en 2022. Le 31 août de cette même année, le Super Cafoutch de Marseille ouvre ses portes dans le 2e arrondissement.

Pour rejoindre la coopérative, infos le samedi à 17h et le mercredi à 18h sur place
A ce jour, quelque 1226 coopérateurs ont rejoint la structure. « Chaque coopérateur acquiert 10 parts sociales de 10 € chacune. Ces parts sont valables à vie et remboursables au bout de 5 ans, explique Raoul Michel. Des tarifs adaptés sont proposés aux moins de 26 ans, aux allocataires de minima sociaux et aux étudiants. Tous les coopérateurs ont le droit de faire leurs courses dans le supermarché mais doivent, en retour, donner 3 heures a minima de travail toutes les 4 semaines pour faire vivre la structure ».

« C’est un lieu convivial où les gens se parlent, ceux qui travaillent sont en même temps clients du Super Cafoutch… Et personne ne s’énerve à la caisse »

Eva Chevalier, présidente

On recense aussi deux autres profils de coopérateurs : des soutiens financiers purs mais qui n’ont pas le droit d’y faire leurs courses et des investisseurs qui donnent 2 000 € au moins. A ceux qui pourraient reprocher à la structure de ne s’appuyer que sur du bénévolat sans créer d’emplois, Raoul Michel objecte que 3 emplois ont été créés en attendant un quatrième poste imminent. « On nous a demandé de créer d’autres Super Cafoutch ailleurs mais ce n’est pas à l’ordre du jour, sauf s’il y a des volontaires qui veulent dupliquer et porter notre modèle ailleurs » avance la vice-présidente Eva Chevalier. Epiceries, groupements d’achats, 90 projets similaires au Super Cafoutch essaiment partout en France mais un supermarché demande un bassin de population suffisant.

Dans les rayons : du bio, du local, des petits producteurs et quelque 3 200 références, loin devant les 2 000 références recensées à l’ouverture le 31 août 2022. Le rayon viandes et vins (bio, biodyn et nature) en direct des producteurs ainsi que les fromages (Cantal, Auvergne), sans oublier la gamme des produits Marmites solidaires, les pains de Pain et Partage et des produits issus des Scop affichent des tarifs hyper compétitifs. « Nous sommes moins chers car nous avons une marge fixe de 20% sur tous les produits et pour l’heure, tous les indicateurs sont au vert. Nous respectons le business plan tel qu’établi à la création du Super Cafoutch », résume Raoul Michel, comme un pied de nez lancé aux plus sceptiques.

Super Cafoutch, 16, rue du Chevalier Roze, Marseille 2e arr. Du mardi au vendredi de 9h à 13h30-15h30 à 20h et samedi de 9h à 19h30.

Super cafoutch biere

Super Cafoutch, vertueux jusqu’au goulot

Ce 10 janvier 2023, grande soirée festive chez Zoomaï (7, cours Gouffé, 6e) pour la présentation de la toute nouvelle bière du Cafoutch élaborée à base de houblons français. Elle a rejoint le rayon des bières du Cafoutch, riche de quelque 70 références parmi les plus pointues. « A terme, on devrait approcher les 100 références », expliquent Gorka et Déborah. Non contents de gérer cet espace au sein du supermarché, ces derniers travaillent au sein de la société Soofut qui loue des fûts en inox à destination des brasseries. « Haro sur le plastique jetable. Nous avons en stocks 2 500 fûts inox et des bouteilles de 75 cl en verre réutilisables » explique le duo. Les bouteilles ainsi que les fûts de la bière Super Cafoutch répondent là aussi à une démarche vertueuse, celle de la consigne toujours réinventée, toujours d’actualité.

1 Comment

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom (présents déjà à Paris, les Emirats, Londres, la Savoie , Rio et New York) signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Ramatuelle

Raclette à Pampelonne. Fondée par la famille Manificat dans les années 70, L’Orangerie compte parmi les historiques de la plage de Pampelonne. Ce restaurant de plage est l’un des seuls de la baie à accueillir ses clients toute l’année, 7 jours sur 7. Pour cet hiver, le chef Daniele Negrini a eu l’idée de proposer une raclette… original face à la mer ! Côté tarif, ça reste raisonnable : 35 € par personne, pour deux convives minimum.
L’Orangerie,
962, chemin des Tamaris, 83350 Ramatuelle ; infos au 04 94 79 84 74.

 

Suis-nous sur les réseaux