Restaurants en Provence

Le Yoj, conforme à sa (bonne) réputation

le-yojVous avez aimé, autrefois, le Yoji ? Vous n’en aimerez pas moins sa nouvelle déclinaison, le Yoj. Aux Terrasses du Port, depuis mai 2014 date à laquelle le restaurant a ouvert ses portes, le Yoj affiche complet à l’heure du service et la longue file à l’entrée laisse supposer qu’on y dîne et déjeune au mieux. Murs noirs, lattes de bois blond, vaisselle Bloomingville : voilà pour les attendus inhérents à ce genre d’adresse. A l’accueil, c’est Stéphanie, la responsable, qui gère avec une cohorte de jeunes hyper dynamiques et très pros. Sens de l’à propos, réparties vives et drôles, ils apportent une nouvelle vision de ce que le service doit être dans ce type d’enseigne où le client pressé ne vient pas lambiner.

La carte propose les valeurs sûres de la cuisine japonaise : salades kani ou shiki, sushis, makis, sashimis, california makis etc. Daurade, truite de mer, saumon Label Rouge y évoluent en toute quiétude. Mais le plus intéressant se situe du côté des ramen (bouillon de pâtes japonaises au porc pimenté), yakisoba (nouilles sautées au poulet et légumes) et les fameux donburi (grands bols de riz) sur lesquels tempura de crevettes et légumes ou anguille caramélisée s’expriment au mieux.
Pour déjeuner, quelque gyoza (ravioli vapeur poulet-légumes) passés sur la plancha suffisent à ouvrir l’appétit escortés d’un saké demandé (et servi) bien chaud. Suit un poulet pané hyper croustillant à la chair très tendre et parfaitement cuite. L’ensemble est relevé, léger et dénué de gras. A tester aussi, les ugo-tempuramaki (beignet de crevette, sauce corail d’oursin et sésame) pour leur croustillance, leur légèreté et l’équilibre iodé-boisé. Iconoclaste pour les uns, anachroniques pour les autres, les beignets craquants à la glace vanille coiffés de chantilly au caramel achèvent de convaincre. Au fil des mois, la fraîcheur, la précision dans les cuissons et les saveurs fines sont devenues une marque de fabrique d’une étonnante régularité. Le sens du détail poussé jusqu’à l’excellence d’un expresso suffit à convaincre qu’il est possible de bien manger dans un centre commercial. On prend les paris ?

Yoj by Yoji, les Terrasses du Port, 9, quai du lazaret, Marseille 1er (04 91 90 09 09)
et Centre Bourse, 17, cours Belsunce, Marseille 1er (04 91 89 69 59). Formules 15,50 – 17,90 et 22,90 €. Carte de 20 à 30 €.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Juris food Le prochain déjeuner Juris food aura donc lieu le lundi 4 octobre et accueillera Aïcha Sif, adjointe au maire de Marseille en charge de lʼalimentation durable, de lʼagriculture urbaine, des terres agricoles, des relais nature et des fermes pédagogiques. Sébastien Barles, adjoint au maire en charge de la transition écologique, de la lutte et de l'adaptation au bouleversement climatique et de l’assemblée citoyenne du futur comptera également parmi les invités. Ils expliqueront préalablement au repas les politiques de la ville de Marseille en matière d'alimentation durable et de transition écologique. Pour des questions d'organisation, inscription obligatoire jusqu'au 29 septembre. Le déjeuner sera servi au New Hôtel of Marseille (bd Charles-Livon, 7e, parking du Pharo).Paf : 29 € par personne, payable sur place par CB ou espèces (passe sanitaire obligatoire). Infos au 06 18 03 60 95.

Abonnez-vous à notre newsletter

Shabbat dinners rend hommage à la pleine diversité de la cuisine juive. Ce livre propose un voyage initiatique, spirituel et gourmand, à vocation universelle : faire revivre aux uns les émotions et saveurs des souvenirs de shabbat de l’enfance, apporter un souffle neuf dans les repas du vendredi soir ; inviter les curieux à découvrir la richesse de ces spécialités et adopter ce rituel synonyme de pause, de temps pour soi et les siens. Vanessa Zibi et Leslie Gogois ont tissé un répertoire culinaire authentique de plus de 90 recettes de famille, d’amis, de chefs. Des recettes iconiques séfarades et ashkénazes, mais aussi des plats plus modernes, inspirés du courant israélien, dont certains ont été pensés pour les enfants. Des recettes de shabbat pour les fêtes du calendrier juif (Pessah, Rosh Hashana, Pourim…), et des pas à pas pour réaliser les indispensables hallots (pains tressés). Shabbat dinners, 324 pages, La Martinière Ed., 39 €