Restaurants en Provence

Le Yoj, conforme à sa (bonne) réputation

le-yojVous avez aimé, autrefois, le Yoji ? Vous n’en aimerez pas moins sa nouvelle déclinaison, le Yoj. Aux Terrasses du Port, depuis mai 2014 date à laquelle le restaurant a ouvert ses portes, le Yoj affiche complet à l’heure du service et la longue file à l’entrée laisse supposer qu’on y dîne et déjeune au mieux. Murs noirs, lattes de bois blond, vaisselle Bloomingville : voilà pour les attendus inhérents à ce genre d’adresse. A l’accueil, c’est Stéphanie, la responsable, qui gère avec une cohorte de jeunes hyper dynamiques et très pros. Sens de l’à propos, réparties vives et drôles, ils apportent une nouvelle vision de ce que le service doit être dans ce type d’enseigne où le client pressé ne vient pas lambiner.

La carte propose les valeurs sûres de la cuisine japonaise : salades kani ou shiki, sushis, makis, sashimis, california makis etc. Daurade, truite de mer, saumon Label Rouge y évoluent en toute quiétude. Mais le plus intéressant se situe du côté des ramen (bouillon de pâtes japonaises au porc pimenté), yakisoba (nouilles sautées au poulet et légumes) et les fameux donburi (grands bols de riz) sur lesquels tempura de crevettes et légumes ou anguille caramélisée s’expriment au mieux.
Pour déjeuner, quelque gyoza (ravioli vapeur poulet-légumes) passés sur la plancha suffisent à ouvrir l’appétit escortés d’un saké demandé (et servi) bien chaud. Suit un poulet pané hyper croustillant à la chair très tendre et parfaitement cuite. L’ensemble est relevé, léger et dénué de gras. A tester aussi, les ugo-tempuramaki (beignet de crevette, sauce corail d’oursin et sésame) pour leur croustillance, leur légèreté et l’équilibre iodé-boisé. Iconoclaste pour les uns, anachroniques pour les autres, les beignets craquants à la glace vanille coiffés de chantilly au caramel achèvent de convaincre. Au fil des mois, la fraîcheur, la précision dans les cuissons et les saveurs fines sont devenues une marque de fabrique d’une étonnante régularité. Le sens du détail poussé jusqu’à l’excellence d’un expresso suffit à convaincre qu’il est possible de bien manger dans un centre commercial. On prend les paris ?

Yoj by Yoji, les Terrasses du Port, 9, quai du lazaret, Marseille 1er (04 91 90 09 09)
et Centre Bourse, 17, cours Belsunce, Marseille 1er (04 91 89 69 59). Formules 15,50 – 17,90 et 22,90 €. Carte de 20 à 30 €.

Vite lu

Les Grandes Tables à lire ! Les grandes Tables (réseau de restaurants à Marseille, Calais, Clermont-Ferrand) viennent d’éditer un livret titré 10+4. Ce 10+4 relate les trois dernières années  marseillaises d’aventures culinaires et artistiques qui s‘inscrivent dans la continuité de cette entreprise initiée en 2006 : raconter les cuisines dans leurs diversités et leurs actualités.
À Marseille à la Friche Belle-de-Mai, à La Criée Théâtre national et au Zef-scène nationale, à Calais au Channel-scène nationale et enfin à Clermont-Ferrand à La Comédie-scène nationale, les grandes Tables dialoguent avec les lieux culturels où elles sont installées et avec leurs territoires. Elles y conduisent des projets culinaires et y inscrivent la cuisine comme une discipline artistique à part entière, qui s’épanouit dans les conversations avec les autres arts. Ce 10+4 vous permettra tout à la fois de découvrir cette belle enseigne et tout ce que ses équipes ont fait toutes ces années avec la très modeste participation du Grand Pastis. A télécharger ici.

jeremy julien au Culti

Le Matière Brut investit le Culti C’est l’un des événements annoncés de l’été prochain : l’équipe du Matière Brut, conduite par Jérémy Julien, annonce son arrivée au sein même du bar-tabac du Roucas-Blanc (Marseille, 7e arr). Avec un vaste jardin, le Culti jouit d’un magnifique espace pour servir déjeuner et dîners dans une ambiance cool comme les aime Jérémy et en totale adéquation avec son répertoire culinaire. On vous en parle dès que la réouverture des restaurants (au moins des terrasses) sera effective.

Cassis, les volets rouges certifiés vert Arnaud et Cédric sont fiers et heureux d’annoncer le changement d’identité de leur maison : l’hôtel du Joli Bois devient l’hôtel les Volets Rouges – Cassis. Le duo a a profité de l’hiver pour se livrer à de nombreuses rénovations “afin de vous apporter toujours plus de confort, de quiétude dans notre bulle de nature au cœur du parc national des calanques, assurent-ils. Et d’ajouter : – Nous venons d’être certifiés par l’écolabel international Clef Verte, ce qui fait de nous le premier hôtel de Cassis à recevoir un écolabel”. Hôtel Les Volets Rouges – Cassis, D559 – route de la Gineste, 13260 Cassis ; infos au 04 42 01 02 68.