Magazine

Avec Lékué jouez et gagnez des ustensiles pour une cuisine saine et savoureuse

Article sponsorisé

collage jeu LEKUELa fin de l’année arrive avec son cortège de bonnes résolutions pour la nouvelle année 2016. Alors l’an prochain, le Grand Pastis vous propose de cuisiner de bons produits sainement, de jouer la carte de la diversité, de rompre avec la monotonie et de réussir tous vos petits plats. Et comment y parvenir ? Grâce à la cuisson vapeur qui nous garantit une cuisine saine et délicieuse en quelques minutes. La cuisson vapeur possède de nombreuses qualités : douce, elle conserve les parfums, saveurs et bienfaits nutritionnels des aliments au sein du récipient pour une cuisson optimale et sans risque de « cuisson ratée». Lékué est une marque d’ustensiles cuisine spécialisés dans la cuisson vapeur. Avec Lékué :

  1. Le goût est préservé : les aliments se parfument tout au long de la cuisson,
    les saveurs infusent et sont préservées.
  2. C’est bon pour la santé : grâce à son système de cuisson douce, les vitamines et minéraux
    sont conservés (là où ils s’échappent habituellement avec la cuisson à l’eau) et sans matières
    grasses, avec juste un peu d’eau et des épices ou herbes fraîches.
  3. C’est facile d’utilisation : rapide à cuisiner, facile à stocker et pouvant être utilisé au four
    et au micro-ondes.

Idéale pour bon nombre d’aliments, la cuisson vapeur avec Lékué permet de travailler les légumes, poissons, raviolis asiatiques, flans, desserts et viandes blanches. Pour les becs salés ou sucrés, c’est une réussite assurée ! Voilà pourquoi aujourd’hui, 70 pays sur les 5 continents ont adopté les ustensiles de cuisine Lékué. Aujourd’hui, le Grand Pastis vous propose de gagner 5 kits cuisson vapeur Lékué, il vous suffit de répondre à la question suivante. Un indice ? La réponse se trouve dans l’article ci-dessus…

[contact-form-7 404 "Non trouvé"]

1 Comment

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • […] En cuisine, les idées pour accommoder les légumes secs abondent : les pois cassés se savourent en soupe liquide ou en purée, vous les assaisonnerez d’un trait de vinaigre de vin et d’une belle lampée d’huile d’olive. Quelques cébettes pour croquer avec, c’est un régal assuré. Comme au Liban, le pois chiche se savoure en hommos ; il suffit de réaliser une purée de pois chiches que vous agrémenterez d’ail pilé, de jus de citron et de tahiné (huile de sésame, dans les épiceries orientales). A la provençale, vous aimerez ce dernier servi chaud ou tiède bien égoutté arrosé d’huile d’olive, de vinaigre et d’oignon frais ciselé. En hors d’oeuvre, la lentille se mange froide assaisonnée d’huile d’olive, de jus de citron, de sel et de poivre. La touche évasion : ajoutez un ou deux gros bouquets de menthe ciselée à votre salade… La lentille du Puy, en hiver, se savoure en velouté sur lequel vous râperez une truffe du Haut-Var ou du Vaucluse… Les idées sont infinies alors laissez-vous séduire ! […]

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.