Carnet de cave

Les Canailles-rhums arrangés de Maxime Feffer pour s’encanailler en mode exotique

Les Canailles-rhums arrangésDans l’entrepôt, sur les étagères, quelque 1700 bouteilles aux contenus multicolores, sobrement alignées, voisinent avec une étiqueteuse et des cartons prêts à expédier. Cela fait 11 jours précisément que les Canailles-Rhums arrangés hédonistes sont partis à la conquête d’une clientèle avide de qualité. « Un rhum arrangé est un rhum dans lequel on a ajouté des fruits, des épices et, mais ce n’est pas obligatoire, du sucre » avance Maxime Feffer, 32 ans au compteur. Derrière le sourire et l’enthousiasme de ce jeune marseillais de 32 ans, se cache un passionné pointilleux : « Le sucre est un exhausteur de goûts ; personnellement, j’ai une bouche sucrée donc j’en ajoute à mes rhums. Certains sont très opposés à l’ajout de sucre alors ils compensent en rajoutant plus de fruits… au détriment de la quantité de rhum ». Titulaire d’un BTS hôtelier et d’un master 2 en gestion hôtelière, Maxime Feffer a travaillé 2 ans au Mama Shelter de la rue de la Loubière : « C’est là-bas que je me suis rendu compte que l’offre en rhum arrangé était sous-développée, analyse-t-il. Je rêvais de créer ma propre entreprise, j’aime les assemblages fruits-épices, je restais dans l’univers de la restauration… Tout était réuni pour me lancer ».
A ce jour, 8 recettes sont commercialisées et 5 nouvelles le seront au printemps 2018. Toutes sont à base de rhum agricole de la Martinique titrant à 73°. Le sucre de canne bio en provenance d’Inde est aussi très important « car le bio me garantit une qualité et un apport d’arômes non négligeable » estime Feffer. Transparent sur les origines de ses produits, Maxime Feffer en tire même une légitime fierté : « Les fruits de la passion arrivent du Vietnam et la mangue de Malaga. La banane est cultivée en Martinique, la vanille Bourbon est issue de plantations à Madagascar, la fève tonka provient du Brésil ». La France n’est pas en reste avec des pommes royal gala du Vaucluse, du citron vert bio de La Londe dans le Var, de la figue AOP de Solliès et du raisin muscat de Hambourg cultivé également à Solliès… « Et les framboises sont de Corrèze », conclut le jeune créateur des Canailles-rhums arrangés hédonistes.

A la dégustation, les rhums sont très faciles d’accès titrant de 28 à 31 degrés : « L’idée n’est pas de s’arracher la bouche mais plutôt d’accéder à un plaisir » reconnaît Feffer. La fève tonka, très puissante, apporte chaleur et rondeur en bouche avec une très longue persistance. Idem du citron vert bio dont on a gardé que l’écorce pour suggérer le goût citron sans en subir ni l’acidité ni l’incisivité. L’ensemble est équilibré entre sucrosité, fruits et rhum. « Je garantis 2 mois de macération minimum » avance Maxime Feffer qui, c’est sûr, débute là une magnifique aventure dans le droit fil de l’héritage marseillais

Les Canailles-Rhums arrangés hédonistes, 36 € la bouteille en vente au French Comptoir, 40, rue Sainte, Marseille 1er arr.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter