Magazine

Les vignerons provençaux font le point sur le millésime 2014

Le « gros » des vendanges 2014 a débuté le 25 août dans le vignoble provençal (AOC côtes de Provence, coteaux d’Aix-en-Provence et coteaux varois en Provence ), soit un peu plus tôt qu’en 2013 et que la moyenne, grâce aux bonnes conditions météorologiques dont a bénéficié la Provence. La qualité des raisins est belle, dépourvue de maladies et les volumes s’annoncent en hausse, selon les dernières estimations du CIVP (comité interprofessionnel des vins de Provence).

vendangesLe bilan climatique de l’année L’hiver 2013/2014 a été doux et bien arrosé, ce qui a permis de recharger les nappes phréatiques. Il a été suivi d’un printemps plutôt chaud et sec, ressenti même comme un été précoce au début du mois de juin. Mais une certaine « fraîcheur » s’est ensuite installée sur la Provence, par ailleurs fréquemment traversée par des régimes d’orages caractéristiques de la région : localisés et irréguliers. Ils ont parfois été accompagnés de grêle, heureusement sans gravité, sauf à de rares exceptions près vers le massif de Sainte-Victoire ou au nord de la Provence verte. Finalement, l’été a été favorable au vignoble : pas d’excès de chaleur, ni de sècheresse, et des nuits fraîches. Depuis la fin du mois d’août, un bon ensoleillement et des températures normales ont achevé de mûrir les grains.

La qualité au rendez-vous Les épisodes pluvieux ont souvent été suivis de mistral qui a de facto éloigné les risques de mildiou. Aujourd’hui, les vignes sont belles, les rameaux sont régulièrement chargés de grappes, et les raisins gonflés et mûrs. Les vendanges ont commencé autour du 20 août dans les zones précoces, en avance de quatre ou cinq jours comparé à l’an dernier et à la moyenne. Elles démarreront la deuxième quinzaine de septembre dans les zones plus tardives.

Des volumes en hausse En matière de volumes, à fin août les experts estiment que la récolte sera significativement plus importante que celles de 2012 et 2013 (années marquées par le gel et la grêle), et légèrement supérieure aux volumes récoltés en 2011. La Provence attend donc une progression de + 7 à + 10% comparé à 2013, soit + 3 à + 6% comparé à la moyenne 2007-2011. Les spécificités locales laissent prévoir une progression plus importante pour l’appellation coteaux d’Aix (supérieure à + 10% en volume par rapport à 2013, année marquée par des volumes plus faibles pour l’appellation), et dans les zones géographiques dédiées aux IGP.
Ces volumes, dans un contexte de stocks très faibles en Provence, de faible récolte française et de demande soutenue en vins rosés de qualité sont les bienvenus pour alimenter convenablement les marchés en vins de Provence. Au cours des six dernières années, la valorisation des rosés de Provence a progressé sur tous les circuits, avec développement des volumes sur les circuits les plus valorisés. La faiblesse des récoltes et des stocks de ces deux dernières années a accentué cette tendance de demande supérieure à l’offre.

NB : informations récupérées sur la base d’une enquête d’experts
menée par le CIVP auprès des oenologues et techniciens de terrain. 

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.