Magazine

Les vins IGP ont décidé de se faire (re)connaître

carte IGPSavez-vous ce que veut dire l’acronyme IGP ? Si vous l’ignorez, sachez que vous comptez parmi les 70% de Français qui ne connaissent pas les vins à « Indication géographique protégée », une dénomination qui remplace nos fameux « vins de pays » depuis 2009. Une méconnaissance plutôt injuste car, actuellement, une bouteille de vin sur trois consommée en France, est un vin IGP.
Comme leur nom l’indique, ces vins proviennent de zones géographiques bien précises et répondent à un cahier des charges de production très strict, régulièrement contrôlé à différentes étapes de la production.

Quelle différence avec les AOC alors ? Comme ces derniers, les IGP sont des vins authentiques et revendiquent un attachement à leur terroir dont ils sont souvent le reflet mais ils sont souvent plus accessibles en matière de prix et de goût. Leur cahier des charges est adapté aux méthodes locales anciennes, mais suffisamment souple et flexible pour permettre une ouverture à la créativité, comme pour la commercialisation des vins de cépage par exemple. Bon nombre de vignerons ont choisi de s’exclure eux-mêmes de leur appellation, et de passer en IGP, sans pour autant sacrifier à la qualité afin de donner libre cours à leurs inspirations…

Attention, tous les vins IGP ne sont pas de grands vins.
Mais certains grands vins peuvent être en IGP ».

vin rouge IGPIl y a deux ans, une étude quantitative réalisée auprès de consommateurs commandée par la Confédération française des Vins de Pays et InterIGP montrait que 73% des consommateurs voyaient dans les vins IGP la garantie d’un vin d’origine et de qualité et que, pour 78% d’entre eux, ces vins évoquaient une promesse de qualité.
Pour faire connaître les vins IGP Méditerranée et les promouvoir, les viticulteurs se sont fédérés derrière Intervins. Cette structure fédère les vignerons en IGP et a décidé de miser sur une communication « différente » : « Nous voulons valoriser cette production sur notre territoire, affirme Anne Rouch, responsable presse. De plus en plus, nous serons partenaires d’événements festifs et culturels. Nous voulons aussi figurer à la carte des restaurants de notre zone ». Cette conquête du territoire commence par Marseille où Intervins organise quantités d’événements à l’attention des journalistes, blogueurs et restaurateurs : « Marseille, c’est la capitale de nos vins IGP Méditerranée » justifie Anne Rouch. Un vigneron présent avec elle poursuit : « Même si les cassis ou les bandols sont très bons, il y a aussi de très bons vins produits à 15 kilomètres de Marseille et c’est ça qu’on veut faire découvrir ».

Ce lundi 29 juin au soir, Intervins organise au restaurant la Passarelle (entre la Criée et Saint-Victor à Marseille, 7e), une soirée de présentation des vins IGP Méditerranée à l’attention des prescripteurs. L’offensive est lancée, les vins IGP partent à la conquête du grand public qui, de plus en plus, réserve à cette dénomination un accueil, si ce n’est enthousiaste, au moins très attentif. Quelle sera la réponse des AOC ?

Lire également ici

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter