Magazine

Les vins IGP ont décidé de se faire (re)connaître

carte IGPSavez-vous ce que veut dire l’acronyme IGP ? Si vous l’ignorez, sachez que vous comptez parmi les 70% de Français qui ne connaissent pas les vins à “Indication géographique protégée”, une dénomination qui remplace nos fameux “vins de pays” depuis 2009. Une méconnaissance plutôt injuste car, actuellement, une bouteille de vin sur trois consommée en France, est un vin IGP.
Comme leur nom l’indique, ces vins proviennent de zones géographiques bien précises et répondent à un cahier des charges de production très strict, régulièrement contrôlé à différentes étapes de la production.

Quelle différence avec les AOC alors ? Comme ces derniers, les IGP sont des vins authentiques et revendiquent un attachement à leur terroir dont ils sont souvent le reflet mais ils sont souvent plus accessibles en matière de prix et de goût. Leur cahier des charges est adapté aux méthodes locales anciennes, mais suffisamment souple et flexible pour permettre une ouverture à la créativité, comme pour la commercialisation des vins de cépage par exemple. Bon nombre de vignerons ont choisi de s’exclure eux-mêmes de leur appellation, et de passer en IGP, sans pour autant sacrifier à la qualité afin de donner libre cours à leurs inspirations…

Attention, tous les vins IGP ne sont pas de grands vins.
Mais certains grands vins peuvent être en IGP”.

vin rouge IGPIl y a deux ans, une étude quantitative réalisée auprès de consommateurs commandée par la Confédération française des Vins de Pays et InterIGP montrait que 73% des consommateurs voyaient dans les vins IGP la garantie d’un vin d’origine et de qualité et que, pour 78% d’entre eux, ces vins évoquaient une promesse de qualité.
Pour faire connaître les vins IGP Méditerranée et les promouvoir, les viticulteurs se sont fédérés derrière Intervins. Cette structure fédère les vignerons en IGP et a décidé de miser sur une communication “différente” : “Nous voulons valoriser cette production sur notre territoire, affirme Anne Rouch, responsable presse. De plus en plus, nous serons partenaires d’événements festifs et culturels. Nous voulons aussi figurer à la carte des restaurants de notre zone”. Cette conquête du territoire commence par Marseille où Intervins organise quantités d’événements à l’attention des journalistes, blogueurs et restaurateurs : “Marseille, c’est la capitale de nos vins IGP Méditerranée” justifie Anne Rouch. Un vigneron présent avec elle poursuit : “Même si les cassis ou les bandols sont très bons, il y a aussi de très bons vins produits à 15 kilomètres de Marseille et c’est ça qu’on veut faire découvrir”.

Ce lundi 29 juin au soir, Intervins organise au restaurant la Passarelle (entre la Criée et Saint-Victor à Marseille, 7e), une soirée de présentation des vins IGP Méditerranée à l’attention des prescripteurs. L’offensive est lancée, les vins IGP partent à la conquête du grand public qui, de plus en plus, réserve à cette dénomination un accueil, si ce n’est enthousiaste, au moins très attentif. Quelle sera la réponse des AOC ?

Lire également ici

Vite lu

Une bouillabaisse marseillaise chez un fromager aixois Si vous habitez Aix, plus besoin de venir à Marseille pour y déguster le plat emblématique. Vous avez désormais la possibilité de commander une bouillabaisse chez le fromager Benoît Lemarié (55, rue d’Italie à Aix) et il suffit de venir la récupérer le lendemain… Cuisinée avec beaucoup de talent par Gilles Carmignani, restaurateur marseillais (la Table de l’Olivier, 56, rue Mazenod, Marseille 2e arr.), la bouillabaisse est cuisinée le jour même, signe ultime de fraîcheur et de qualité. Prix : 46 € par personne. Infos au 04 42 66 50 06.

La cuisine d’été de Sophie, de Sophie Dudemaine sortira en librairies le 2 mai. Voici l’été, ses barbecues, ses salades colorées… Que l’on se retrouve autour du gril ou d’une simple tablée quotidienne, les mois estivaux sont toujours la promesse de douces saveurs grillées, fraîches et vitaminées. “Apéro, grillades, tartes, salades, desserts… les légumes et fruits d’été côtoient les viandes et crustacés, pour offrir à chacun la joie de bien manger, tout simplement. Je vous ai préparé 90 recettes salées et sucrées, délicieusement ensoleillées” promet Sophie qui cite le rôti de bœuf en croûte de moutarde, les saint-jacques à la plancha et la salade de pastèque. Photos de Rina Nurra, 224 pages, La Martinière Ed., tarif : 24,90 €.

Le GP sur les réseaux

Abonnez-vous à notre newsletter