En direct du marché

L'huile d'olive, trésor de la vallée des Baux

vallée des bauxLes beaux jours arrivent, la cuisine prend ses quartiers d’été. Les mets de saison s’invitent à table et pour les Provençaux, c’est le moment d’arroser les salades de tomates, les poissons grillés, les brochettes et même les fraises avec de l’huile d’olive. Pour nous, l’huile d’olive c’est aussi sacré que le vin rosé. Pourquoi ? parce qu’elle accompagne avec humilité les plats les plus nobles. Si vous venez en vacances en Provence, vous visiterez la région des Alpilles, et c’est précisément sur cette terre que vous goûterez l’huile d’olive AOP de la Vallée des Baux-de-Provence. Alors quel meilleur souvenir ramener de vos vacances qu’un beau bidon d’huile !

Depuis 1997, l’association des Mouliniers de la Vallée des Baux-de-Provence prône la spécificité de son Appellation d’Origine pour mettre en valeur l’unicité de son terroir. AOP_LOGO_OFFICIELUn label a été créé et il est présent sur toutes les huiles qui remplissent le cahier des charges. Il atteste du caractère unique d’une huile aux arômes complexes, produite en petite quantité dans le respect de l’environnement et des traditions. L’association des mouliniers regroupe onze moulins à huile indépendants ; onze personnalités qui, chaque année, proposent une huile qui raconte à sa façon le terroir.

Post-itTous les ans, le rituel est le même : à l’automne, entre mi-octobre et début décembre, la récolte suscite un engouement général chez les habitants de la Vallée. C’est un moment de communion où, chacun à sa manière, se prête au rituel de l’olivade. Demandez à votre moulinier comment il ramasse les olives : l’écrasante majorité d’entre eux récolte les fruits à la main ou avec un « peigne » avec un filet tendu au pied de l’arbre pour récupérer les olives. L’huile d’olive AOP de la Vallée des Baux-de-Provence est issue d’un assemblage soigneusement étudié. C’est le mariage de plusieurs variétés d’olives associé au savoir- faire des mouliniers qui lui offre ses arômes complexes et uniques. Au moins deux des quatre variétés principales cultivées dans l’AOP entrent dans la composition de cette huile : la Salonenque, la Berruguette, la Verdale et la Grossane. La Picholine, variété secondaire, est limitée à une proportion maximum de 10 % pour l’ensemble des vergers de l’exploitation produisant l’appellation.

Qui sont-ils ? Où les trouver ?

  1. Moulin de Bédarrides, route de Tarascon à Fontvieille ; 04 90 54 70 04, www.moulinbedarrides.fr
  2. Moulin de la Coquille, route des Baux, Les taillades à Fontvieille ; 04 90 54 65 57, www.moulindelacoquille.com
  3. La Cravenco, route d’Eyguières à Raphèle-les-Arles ; 04 90 96 50 82, www.moulinlacravenco.com
  4. Moulin du Mas Saint-Jean à Fonvieille ; 04 90 54 72 64, www.moulin-saintjean.com
  5. Moulin Saint-Michel, cours Paul-Revoil à Mouriès ; 04 90 47 50 40, www.moulinsaintmichel.com
  6. Moulin du Mas des Barres à Maussane-les-Alpilles ; 04 90 54 44 32, www.masdesbarres.com
  7. Domaine Plaines Marguerite, chemin des Plaines Marguerite à Maussane-les-Alpilles ; 04 90 54 50 97, www.domaineplainesmarguerite.com
  8. Moulin du Mas de Vaudoret à Mouriès ; 04 90 47 50 13, www.vaudoret.com
  9. Moulin Coopératif de Mouriès, chemin du Mas Neuf à Mouriès  ; 04 90 47 53 86, www.moulincoop.com
  10. Moulin Castelas, aux Baux-de-Provence ; 04 90 54 50 86, www.castelas.com
  11. Moulin Maître Cornille, rue Charloun Rieu à Maussane-les-Alpilles ; 04 90 54 32 37, www.moulin-cornille.com

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.