Carnet de cave

Lina Pieretti, la dame qui tient le bon Cap

Sélection vieilles vignes PierettiChez les Pieretti, le sang du raisin coule dans les veines depuis le début du XVIIe siècle : “D’aussi loin que nous nous souvenions, à l’appui de quelques archives, nous cultivons la vigne depuis des siècles et je suis la première femme a être investie de cette mission” affirme Lina Pieretti. Si les aïeux travaillaient autrefois en montagne, Lina se souvient, tout enfant, avoir elle aussi ramassé les grappes avec eux et les ânes qu’on chargeait, “mais c’étaient des terres très difficiles” reconnaît-elle. Depuis 1988, année de son installation, le domaine a quintuplé de surface, passant à 15 hectares. “J’ai planté mes premiers cépages blancs de vermentino en 1991 et le muscat petit grain en 1993” énumère cette petite silhouette énergique. Habillant le cap corse d’un beau manteau vert, les vignes de Lina font face à la mer, s’échelonnant en coteaux, respirant les influences marine et du maquis. La production du domaine Pieretti est assez confidentielle avec quelque 45 000 bouteilles chaque année. Vous aurez un coup de coeur pour ce rouge millésime 2012 élaboré à parts égales avec du nielluccio (“planté par mon père en 1975”) et du grenache noir (“qu’autrefois on appelait ici alicante”). Ce vin de moyenne et longue garde – de 10 à 15 ans selon les années -, présente une belle complexité aromatique et gustative. Très représentatif des vins du cap corse, il laisse percer des arômes de maquis, de vanille et de fruits rouges. Bien tendu et charnu en bouche, vous ferez le juste choix en l’associant avec tous les plats de la gastronomie insulaire, du boeuf, de l’agneau à la braise, des volailles et gibiers, des fromages à pâte cuite. Avec son gendre Stéphane, son maître de chai Vincent et Valérie au caveau, Lina Pieretti tient le bon cap : “Il faut être sage et humble face à la nature” répète-t-elle à l’envi. Celle qui se dit vigneronne et pas viticultrice ignore si quelqu’un reprendra la suite : “Mais a-t-on le choix ?” questionne-t-elle.

Domaine Pieretti, Santa Severa, 20228 Luri ; 04 95 35 01 03. Le “Vieilles vignes” rouge, 2012 ; 20 € la bouteille départ cave.

Numa Muller chez Madame Jeanne Longtemps annoncée et attendue, l'arrivée de Numa Muller chez Madame Jeanne, le restaurant de la Maison Buon, rue Grignan (6e arr) est officielle. Le chef a pris possession de la cuisine et propose pêle-mêle une tête de thon de ligne, un loup-concombre compressé et abricot fermenté-lait ribot et chips de riz-seiche, un thon et abricot au sel-herbes et fleurs du littoral et huile de feuilles de figuier eau de concombre. A suivre, 86, rue Grignan, Marseille 1er ; infos au 04 86 26 54 16.

Elie Kalamouka n'est plus Son nom restera indéfectiblement attaché au Mas, restaurant de la rue Lulli (1er) qu'il avait cofondé avec Robert Lenoir. Elie Kalamouka s'est éteint vendredi à 87 ans non sans susciter une vive émotion chez tous ceux qui avaient pris l'habitude de dîner chez lui. Le Mas était l'une des rares tables ouvertes toute la nuit, attirant noctambules et artistes qui, en fin de spectacle, venaient s'y détendre. Il était paar ailleurs administrateur du festival Jazz des Cinq Continents. La crise sanitaire a été fatale au Mas qui a été placé en liquidation judiciaire. Ce décès tourne définitivement la page des années 1980 à Marseille...

Abonnez-vous à notre newsletter