Art de vivre

Les croquis croquants de Malika Moine arrivent chez votre libraire

Malika MoineLe train du succès n’est pas près de s’arrêter ! Malika Moine annonce pour cette fin de semaine, la sortie de son livre Croquis Croquant, la suite, deuxième ouvrage consacré aux beaux et bons restaurants de Marseille. « Ce livre est, en réalité, le quatrième que je signe, avertit la jeune femme à la voix douce, presque fragile. Auparavant, il y a eu Tournée générale, 51 bars de Marseille avec des textes de Phil G. et Cœurs à l’ouvrage, 53 métiers, boutiques et ateliers de Marseille ». L’écriture de ce livre, dont la genèse remonte à quelque deux ans et demi, a été « longue et agréable » souligne avec malice la jeune femme. « Je suis allée manger dans tous les restos mentionnés, parfois anonymement, parfois en toute transparence, le cuisinier sachant pourquoi j’étais là ». Il en résulte un ouvrage où le dessin, poétique, presque naïf, témoigne, sans la trahir, de la réalité. « L’essentiel du dessin se faisait tout au long du repas », poursuit Malika Moine.

Face à ces « instantanés dessinés », des recettes de chef, des intitulés, des ingrédients, des formulations qui trahissent l’âme, le style, parfois l’énergie de tous ces artisans : « Chacune des tables présentes a rempli des critères de sélection. Il fallait que ce soit bon bien sûr mais il fallait aussi que l’endroit soit accueillant et que le patron ait des qualités humaines. J’ai donc écarté immédiatement tous ceux qui n’ont manifesté ni empathie ni bienveillance pour le projet » assure Malika Moine.
Avec 52 adresses, comme le nombre de semaines dans une année, « un restaurant par semaine, c’est chouette non ? », le livre débute par une recette écrite par le complice de toujours, Phil G. « car il a beaucoup d’humour et une plume bien aiguisée ». Tout à la fois livre de recettes, souvenir de Marseille, Croquis Croquant, la suite, nous emmène du Proche-Orient à l’Italie, de l’Asie au Mexique et révèle quelques perles comme ce chilien de la Plaine, Santo Cachon ou l’impeccable Baobab, table africaine injustement méconnue.

Parce qu’elle voulait aussi un bel objet, malika Moine a souhaité qu’au côté des 4000 exemplaire brochés soient vendus 1000 exemplaires reliés à la main par une relieuse marseillaise « qui fait un travail exceptionnel, une reliure à la japonaise rare ». Un livre du quotidien, un livre d’artisan au sens noble du terme.

Croquis Croquant, la suite, de Malika Moine, dans toutes les librairies de Marseille sauf la Fnac, 112 pages, 20 € et 33 € selon les reliures.
Soirée dédicace lundi 9 octobre à partir de 18h30 aux Grandes Tables de la Friche.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter