Art de vivre

Alexis Steinman, Jacques Gantié, Vincenzo Candiano… Des hipsters, un blog et un Sicilien à Monaco

Alexis Steinman savoure Marseille
 C’est l’un des plus charmants sujets rédigés sur l’art de vivre à Marseille publié ces derniers mois… Son auteur ? Une Américaine qui, chose rare, parle la langue de Molière avec maestria. Alexis Steinman, ex-costumière de théâtre justement, se passionne pour la ville. Elle y a passé des semaines et des semaines cet été en vue d’y respirer « l’air de la ville » et fréquenter toutes ces tables qui en font la fierté. Son sujet égraine, sur fond de photos de plages, calanques, tablées de copains et belles assiettes, les tables coup de coeur d’Alexis. De la pizzéria de la Bonne Mère au Sépia de Paul Langlère, de la Boîte à Sardine chère à Fabien Rugi au « hipster hangout », tout y passe sans oublier Mina Kouk et Gaspard… C’est sûr, ça va grouiller de Ricains bientôt au marché paysan du cours Ju’…
Pour lire le sujet d’Alexis Steinman, cliquer ici.

Alexis Steinman

Jacques Gantié en ligne !
 Son guide gastronomique régional a compté pas moins de 25 éditions annuelles, une prouesse dans un secteur de l’édition ultra chahuté. Il n’y aura pas de guide Gantié 2018 mais que les adorateurs de la gastronomie made in Riviera se rassurent, Jacques Gantié nous invite à parcourir son tout nouveau blog, âgé de quelques jours à peine : « J’embarque ! s’exclame l’excellentissime plume azuréenne. Ça s’appelle Table libre et a ouvert le 18 septembre. A la carte, vous lirez mes escales gourmandes, du bistrot au palace, en Provence-Côte d’Azur et autres Suds. Restaurants, hôtels, tables et maisons d’hôtes, produits et producteurs, vins et domaines, voyages, lectures… Après Cartes sur tables, la chronique gastronomique de Nice-Matin que j’ai créée en 1982 et 25 ans de Guide Gantié, j’entame une nouvelle aventure ». Un gastronome qui colle à son époque avec, pour nous, toujours le même plaisir de lecture.

Monaco : Vincenzo Candiano en guest star
 Invité par la Société des bains de Mer, Vincenzo Candiano cuisinera pour la première fois à Monaco les 20 et 21 octobre prochain. En duo avec Franck Cerutti, chef exécutif des cuisines de l’Hôtel de Paris, il proposera en complément de la carte, un menu inspiré des meilleurs produits du sud de l’Italie. Vincenzo Candiano, sacré meilleur jeune chef d’Italie du Sud en 2007 et promu deux étoiles Michelin pour son restaurant « la Locanda Don Serafino », est un autodidacte passionné. Pour la carte du Grill, il proposera ses nouvelles inspirations personnelles et modernes comme le Tartare de Modicana, sabayon à la bière sicilienne, cresson de fontaine ; son plat signature : les spaghetti noirs aux oursins, ricotta et seiche ou encore Cannolo de ricotta et crème glacée à la cannelle, sauce aux agrumes. Un rendez-vous unique pour célébrer le meilleur du terroir sicilien, entre ciel et terre, au 8e étage de l’Hôtel de Paris. tarifs à l’unisson…
Les 20 et 21 octobre 2017 au dîner, de 19h30 à 22h30, menu dégustation Vincenzo Candiano : 165€, accord mets et vins. Le Grill, hôtel de Paris Monte-Carlo, place du Casino, principauté de Monaco. Infos au +377 98 06 88 88.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter