En direct du marché

Mama Spice : Devaky Sivadasan la magicienne des épices

Des mélanges d’épices par dizaines, des origines garanties, une qualité labellisée… Les épices de Mama Spice n’ont pas fini de faire parler. A l’origine de cette nouvelle marque, Devaky Sivadasan, une jeune quadra indienne originaire du Kerala (sud de l’Inde). « La marque est née en décembre 2016, raconte-t-elle. J’adore manger et partager, j’ai toujours voulu créer quelque chose émanant de moi » poursuit cette fille de diplomate au français parfait. « Dans ma famille, ma grand-mère, maman, mes tantes passent le plus clair de leur temps en cuisine et quelle que soit votre heure de visite, il y aura toujours quelque chose à vous proposer », poursuit Devaky.
Mama SpiceMama Spice, ce sont des mélanges de provenance, entre Inde et Provence. « Les palais d’ici ne sont pas habitués aux épices puissantes, j’ai donc appris ici, en France, à paramétrer les saveurs et dosages pour répondre au goût européen » prévient la jeune femme. Pour une classique mais néanmoins savoureuse ratatouille, Devaky Sivadasan préconise par exemple de saupoudrer le mélange Pico pour doper plus encore les saveurs.
Coriandre, cumin, piments et bien d’autres proviennent du Kerala : « Je fais travailler des femmes là-bas pour les aider à accéder à la dignité. En payant le prix je soutiens leur émancipation, c’est le principe du commerce équitable où chacun perçoit une juste rémunération pour son travail » explique Devaky Sivadasan. En Provence, l’Indienne se fournit auprès de la coopérative de Trets « car elle cultive, ramasse et conditionne des herbes qui ont poussé en Provence selon les principes de l’agriculture bio et qui bénéficient d’un label Rouge » assure la chef d’entreprise.

Des mélanges exceptionnels qui intéressent les chefs
Dans chaque mélange, on recense de 10 à 18 composants et rien n’est salé « pour laisser à chacun le choix du dosage qui convient » dit Devaky. A la veille de la saison des barbecues, le mélange Ruba (basilic, thym, ail et 18 épices) récoltera tous les suffrages juste saupoudré à la dernière minute sur une viande de boeuf saignante. « On peut aussi badigeonner la viande d’huile d’olive et saupoudrer le mélange dessus. Avec 8 à 10 heures de repos préliminaire, votre viande est prête à griller » sourit Devaky. Le mélange Koyi existe en deux versions : pimentée comme l’aime la famille Sevadasan ou à l’européenne. Quel que soit votre choix c’est une merveille. Du côté des cuisiniers, ils sont quelques uns à s’intéresser à ces exceptionnelles préparations : Georgiana les a adoptés pour la carte de La Piscine tout comme le restaurant L’Arôme (Bib gourmand Michelin) du cours Julien. Alexandre Mazzia en a aussi sélectionné pour les travailler avant de se décider… En vente sur le web, ils sont conditionnés en pot de 50-60g (11,50 €) et en sachet recharge (9,50 €). « Toute peine, toute difficulté conduit au meilleur, dit Devaky. Aujourd’hui, je souris à nouveau à la vie et j’ai envie de l’épicer, je commence ma troisième vie ». Longue et heureuse vie, éternelle vie alors !

Site de vente en ligne en cliquant ici.

[En route pour une troisième vie]

Derrière le sourire et la profondeur d’un regard rieur, se cachent les blessures d’une vie. « La France m’a permis de commencer une nouvelle vie. Je suis arrivée à Marseille par choix le 20 septembre 2000 avec mon fils qui avait alors 3 ans. Mes parents avaient organisé mon mariage et ma vie est vite devenue impossible. J’ai pris la décision de fuir avec mon petit garçon ». Grave mais gardant le sourire, Devaky poursuit : « Mon histoire est assez banale pour une jeune indienne. J’ai été coupée de ma famille pendant 10 ans, ça a été dur mais je pense que toute difficulté, que chaque épreuve nous conduit au meilleur. C’est en France que j’ai rencontré mon deuxième mari,une vraie histoire d’amour cette fois. Je ne pensais pas un jour vivre dans le respect et la dignité auxquels tout être humain a droit ». Lorsqu’elle est arrivée à Marseille, Devaky ne parlait pas un mot de français et a appris « sur le tas » alors que son petit Yash parlait déjà couramment l’anglais, l’indi, le malayalam (langue du Kerala) et le tamoul. Aujourd’hui, la jeune femme travaille chez Airbus hélicoptères au poste de chef de projet dans un bureau d’études. Une troisième vie… en France.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter