Marseille

► Soirée raclette à Notre-Dame-de-la-Garde Pour contribuer au financement des gros travaux d’entretien de la basilique, le père Espinosa, recteur du sanctuaire, et l’équipe qui gère le Restaurant, ont eu l’idée d’organiser des dîners dont l’intégralité des bénéfices est reversée à l’entretien du site. Chaque soirée débute à 19h par une visite privée de la crypte et de la basilique suivie, à 20 heures, d’un apéritif, puis du dîner (50 € par personne). Pour répondre aux morsures du froid hivernal, une soirée raclette est organisée le jeudi 7 mars en partenariat avec la fromagerie La Meulerie. Le dîner fondant et délicieusement parfumé sera servi sur une seule et longue table unique. Bonne humeur garantie.
• Pour la soirée raclette du 7 mars, s’inscrire ici.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

En direct du marché

La Friche fait son grand marché de printemps

grand marchéUn marché reflète toujours la vie de ceux qui le fréquentent. Il raconte une cuisine du quotidien, qui se veut souvent populaire, qui inscrit une adéquation entre la cuisine, son temps et la société en mettant en avant le produit frais de saison, sa saveur et le prix des produits. Pour son édition de printemps, un quatrième grand marché est annoncé à la Friche Belle-de-Mai avec quelque 50 producteurs invités. « Ce grand marché est organisé avec le souci de raccourcir le chemin entre producteur et consom’acteur, valoriser les savoir-faire et soutenir les pratiques du territoire, dans une démarche commune et participative » explique-t-on du côté des Grandes Tables, co-organisateur de ce rendez-vous qui souligne l’importance d’une agriculture paysanne et locale en insufflant une réflexion autour des notions du « bien-manger » et du « consommer autrement ».
Evidemment, comme lors de chaque édition, des cuisiniers, viendront in situ concocter des plats en lien avec la thématique du marché. Quatre cuisinières marseillaises, Vanessa Robuschi (Question de Goût), Delphine Roux (Chez Madie), Irène Lassus (Madame Jeanne) et Georgiana Viou (La Piscine) puiseront leur inspiration dans les produits du marché pour élaborer leur menu, une formule complète (entrée, plat et dessert entre 4 et 7€). Pendant toute la durée du grand marché, les cuisinières travailleront devant les clients et dévoileront leurs bases et pratiques culinaires et les amateurs de pizza au feu de bois et de barbecues (re)découvrirontle travail de Marie-Jo (farine du moulin artisanal et bio de « farina di grano tenero » di Claudia Canzoni – Valsamoggia à Bologne).

Radio Grenouille aussi de la partie

Au milieu des 50 stands de producteurs, un débat public prend place au cœur du Grand Marché, en accès libre, en format « plateau radio » animé par Emmanuel Moreira, journaliste éditorial à Radio Grenouille ; il sera retransmis en FM sur le 88.8. Spécialistes, conférenciers, auteurs et personnalités diverses (4 ou 5 invites) seront invités sur le plateau pour échanger autour des thématiques liées aux questions du bien-manger pour toutes les populations, les questions de productions et pratiques agricoles dans leur ensemble, démêler tous les discours autour du bio, local, agro-écologie, etc. « Durant ces émissions, on initie un dialogue avec le public le plus large possible, non initié à ces sujets là, le ton est simple et l’éditorial illustré de diverses sources » assure Moreira.
Lundi 24 avril, grand marché de 18h à 22h à la friche Belle-de-Mai.