Art de vivre

Marchés aux truffes : la saison débute, évitez les pièges

collage truffes
De Valréas (en haut à dte) à Richerenches (en bas gche), on négocie âprement les prix, on regarde le contenu des sacs avec avidité. La truffe entre en saison.

La saison des marchés aux truffes commence en cette fin de mois de novembre. Concentrés sur les principales zones de production, ils se présentent sous une forme physique très différente de celle des marchés de village traditionnels. Les caveurs (ramasseurs) se retrouvent sur le « carreau » et présentent, aux négociants, courtiers ou conserveurs venus de la France entière, leurs fameuses «rabasses». Il n’est pas rare d’y croiser aussi quelques chefs cuisiniers qui viennent y faire leurs achats.

A Carpentras, pour les marchés de gros, la transaction a lieu dans la cour d’honneur de l’ancien hôpital Dieu ; à Richerenches, elle se déroule autour des coffres des voitures garées de chaque côté de la rue principale. Pas d’étalage ni de grands cris, le négoce de la truffe se fait directement de gré à gré, les transactions se font majoritairement au comptant. La plupart du temps, les deux parties se connaissent et les cours sont établis d’avance. Le marché de Carpentras sert de référence pour tous les autres marchés (c’est le premier de la semaine) mais c’est celui de Richerenches qui fait le plus gros volume (environ 700 kg par marché en pleine saison). Une petite partie du marché sera vouée à la vente aux particuliers.

Ce qu’il faut savoir
Depuis le 19 janvier 2007, une réglementation officielle s’applique aux marchés de détail, imposant une plus grande transparence dans cette filière réputée pour son opacité et une meilleure traçabilité du produit. En effet, provenance mais aussi variété (melanosporum, brumale…), qualité (extra, 1ère ou 2e catégorie) et date de récolte doivent faire l’objet d’un affichage. Pour les marchés de gros, cette réglementation ne s’applique pas. A Richerenches, un arrêté municipal interdit la vente de truffes qui ne sont pas de la région. Cet arrêté ministériel prévoit également une date de début de commercialisation (généralement vers la 3e semaine de novembre) pour les truffes des espèces Tuber melanosporum et Tuber brumale. Désormais, la vente de truffes avant cette date est illégale, ce qui a pour but d’éviter la vente de truffes immatures, « pratique destructrice du milieu truffier et aux antipodes des plaisirs gustatifs que l’on attend de la truffe noire ».

Une truffe, ça vaut quoi ?
La valeur de la truffe varie considérablement selon les années et les mois et dépend de l’offre et de la demande. Décembre (aux environs du 20 décembre) est généralement le mois où le prix des truffes est au plus haut. Pour connaître le prix des truffes, contactez l’office de tourisme des communes où les marchés aux truffes se déroulent ou consultez le site : www.snm.agriculture.gouv.fr

Vaucluse, les marchés sélectionnés par le Grand Pastis
Ils se déroulent le matin de la mi-novembre à mi-mars. Le mercredi : marché à Valréas au rond-point du monument aux morts, un petit marché essentiellement destiné aux producteurs et aux courtiers. Ouverture le 25 novembre 2015.
Le vendredi : marché à Carpentras de 8h à 12h, sans doute le plus ancien de France. Marché professionnel dans la cour de l’hôtel Dieu et petit marché pour particuliers devant l’office de tourisme. Ouverture le 20 novembre 2015.
Le samedi matin : marché à Richerenches dans l’Enclave des Papes à 10h depuis 1923. Marché de gros et petit marché pour particuliers. Possibilité de déjeuner d’une omelette aux truffes. Ouverture le 21 novembre 2015.
Le petit marché de la truffe de Ménerbes se déroulera le dimanche 27 décembre ; il ne s’agit pas d’un marché aux truffes comme celui de Carpentras ou celui de Richerenches où les professionnels viennent acheter les truffes au kilo, mais d’un marché réservé aux particuliers où les truffes sont vendues triées, nettoyées, calibrées et où l’on peut aussi acheter pâtés, terrines, et déguster la fameuse omelette aux truffes… Infos auprès de la mairie au 04 90 72 22 05 et auprès de la maison de la Truffe et du Vin au 04 90 72 38 37.

Photos Muriel Pellegrin / OT de Valréas et de l’Enclave

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Il existe un marché de vente aux détail de la truffe noire tuber-mélanosporum à St Paul Trois Châteaux (Drôme Provençale à 20mm de Richerenches) tous les dimanches matin à partir de 10h00 Place de l’Esplan. Le marché est ouvert de mi décembre à mi mars à tous, particuliers, professionnels, les truffes sont brossées canifées classées par catégories. Une commission de contrôle opère avant le début du marché pour vérification des lots. Lors de la vente le trufficulteur joindra sa carte de visite en gage de suivi et de qualité.
    http://www.truffes-en-tricastin.fr/index.html

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.