Magazine

Marie et Elsa se font mousser au concours Heineken

Marie Cabaret (à g.) et Elsa Rigal (à d.) entourent Hervé Marziou, le plus grand biérologue français

Faire sortir la bière du comptoir, raffiner sa dégustation, oublier l’apéritif et la servir tout au long d’un repas avec des suggestions alliances mets-bière : voilà le pari que la marque Heineken a lancé il y a quelques années. Pour la 11e année consécutive, la marque organise un grand concours national visant à redonner ses lettres de noblesse à cette boisson tellement consommée et si mal connue. Sous l’oeil bienveillant mais incorruptible de Henri di Nola, meilleur ouvrier de France barman, et Hervé Marziou, expert en biérologie, pas moins de 6 élèves des écoles hôtelières et CFA ont disputé des épreuves de haut niveau, ce mardi 19 avril, au lycée Camille-Julian de Marseille.

C’est Marie Cabaret, CFA Médéric à Paris (mention complémentaire sommellerie et complémentaire bar) avec 1 moyenne de 17,64/20  qui est arrivée première pour l’épreuve des alliances mets et bières. Elsa Rigal, du lycée hôtelier régional Bonneveine (mention complémentaire bar) s’est hissée sur la deuxième marche du podium, avec une moyenne de 16,78/20.

« Les épreuves n’ont pas épargné ces jeunes candidats, explique Hervé Marziou. Outre une épreuve écrite sur la bière, il fallait exécuter un tirage pression dans les règles de l’art, réaliser un cocktail à base de bière, proposer des accords mets/bière selon un menu imposé et procéder à une analyse sensorielle dans un verre noir pour amplifier la difficulté » énumère l’expert biérologue. Renouant avec son riche passé et une histoire séculaire, la bière, à l’instar du vin, connaît une sophistication de ses usages. Et, une fois encore, ce sont les Français qui lancent le mouvement en codifiant cet univers aux saveurs infinies.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Guide Fooding

Le nouveau Guide Fooding, édition 2023, qui sera disponible, partout en France, dès ce jeudi 17 novembre, dévoile son palmarès. A Marseille, le titre de meilleur Sophistroquet est attribué à Regain (Sarah Chougnet-Strudel et Lucien Salomon) et le titre de Meilleur esprit d’équipe échoit au restaurant l’Idéal (Julia Sammut, Aurélien Baron et Jérémy Nguyen).

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux