Magazine

Les Marseillais de Dubaï, un petit air de Provence à 4800 km de distance

Marseillais de Dubaï

Ils sont un peu les ambassadeurs de Marseille, une voix de la Provence, avec ou sans accent, à quelque 4800 kilomètres de distance… Eux, ce sont les Marseillais de Dubaï, une communauté qui vient de se constituer en association, voilà 3 mois, sous l’égide de Massilia Mundi (lire ici). Vendredi  décembre dernier, ils se sont réunis pour la troisième fois chez Greg et Katell qui leur ont ouvert les portes de leur maison, dans le quartier d’Umm Suqueim, à un jet de pierre des plages. Décembre est un mois froid à Dubaï où les températures nocturnes frôlent les 23°C. Sur le bord d’une piscine, environ quatre-vingt personnes ont été réunies par Anne Scodellaro et Christine Rizzato, qui portent à bout de bras cette antenne émiratie de Massilia Mundi. Les deux Marseillaises sont originaires du périmètre Chave-Camas dans le 5e arrondissement et mettent tout en oeuvre pour créer du lien, “humain, social et économique afin de faciliter notre vie ici” raconte Anne Scodellaro.

Marseillais de Dubaï“Les Marseillais de Dubaï appartiennent au réseau massilia Mundi mais sont aussi chapeautés par le French community club, explique Christine, installée à Dubaï depuis 12 ans. Lors de nos réunions, on accueille aussi des ressortissants d’autres nationalités comme les Belges, mais l’important c’est de connaître et aimer Marseille”. Tous ces expatriés exercent dans les domaines du marketing, du commercial, de la recherche ou de l’enseignement, à l’image de Célia, et ne rateraient pour rien au monde ces soirées qui créent un précieux réseau social permettant d’entretenir un lien avec la France. “Quand je reviens à Marseille, je trouve que l’atmosphère est plombée et lourde, déplore Anthony, originaire du boulevard Notre-Dame (6e arr). Je voulais en profiter pour dire aux Français qu’ils ont une grande chance de vivre en France et qu’il faut arrêter de se plaindre et mettre fin aux tensions entre les personnes. Cela dit, quand je reviens à Marseille, en moyenne 15 jours par an, pour les vacances, je note que tout ce qui s’y fait est très chouette alors retrouvez le moral les gars !”.

Sur la photo : Christine Rizzato-Corcodylos, Anthony Corcodylos, Anne Scodellaro, Katell et Greg Gonzalez, quelques-uns parmi les 80 ambassadeurs marseillais et provençaux aux Emirats.

Page Facebook – compte privé, ici.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Mas de Cadenet ouvre ses portes Pour célébrer la fin des vendanges, la famille Négrel vous ouvre les portes du Mas de Cadenet pour un repas champêtre et des ateliers autour du vin le 16 octobre prochain. Accueil à partir de 11h avec des ateliers des cépages (dégustation des mono-cépages tout juste sortis de fermentation) et des ateliers assemblage (jeux d'assemblages à la découverte des équilibres et personnalités des vins). Apéritif et repas champêtre à 12h30 : Cédric Aubert, du restaurant La Place à Puyloubier sera à la manoeuvre avec sa cuisine éco-responsable. Au menu du jour, un spectaculaire agneau rôti sur place, à la broche et au feu de bois et bien entendu du Mas de Cadenet pour l'accord parfait ! Le vignoble est ouvert à ceux qui le souhaitent pour une balade digestive. Mas de Cadenet, D57, 13530 Trets ; infos et inscriptions au 04 42 29 21 59.

Giuseppe Ammendola invité du Môle Passédat Le chef espagnol du restaurant Índigo cocina vegetal à Bilbao répond à l'invitation de Gérald Passédat et vient cuisiner toute la semaine du 11 octobre. Il proposera un menu végétal au tarif de 55 € par personne. Menu composé d'une mise en bouche (Truffe pas truffe, croquette de shiitake, caroube, émulsion à la truffe, salicorne), d'une entrée (betterave et célerie rave au vin rouge et jus d'orange, guacamole et pain grillé au sarrasin), d'un plat (risotto aux légumes du marché et aux algues, crème au beurre d’amande et fenouil, herbes aromatiques) et d'un dessert (caprese cacao et et aux amandes, ganache chocolat, framboise). Photo Richard Haughton. Infos et réservations ici.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la cité, implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit... 9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Abonnez-vous à notre newsletter