Art de vivre

Marseille renoue avec les courses de garçons de café

garçons de caféA vos marques, prêts… Café !
 L’exposition Café In au Mucem s’annonce pour être l’un des moments phare de la programmation muséale de fin d’année à Marseille. Afin de réveiller la curiosité du grand public, le Mucem organise une course de garçons de café et redonne vie à une tradition oubliée. Le principe : les garçons et filles de café parcourent une boucle de 3,5 km entre Mucem et ombrière du Vieux-Port (aller-retour). Le tout, dans les conditions exactes de leur service, c’est-à-dire sans jamais courir, et en veillant à ne pas renverser le contenu de leur plateau. Les courses de garçons de café trouvent leur origine à Paris, au début du XXe siècle. A Marseille, elles avaient lieu sur la Canebière dans les années 60. Bien qu’elles se déroulent encore aujourd’hui dans plus de 50 pays (de Hong Kong à Jérusalem en passant par Tokyo, Buenos Aires et Washington), elles sont partout associées à la culture française.
Course des garçons de café, samedi 29 octobre. Départ à 15h du Mucem. Les garçons et filles de café peuvent s’inscrire en cliquant ici.

On boit son café comme au XVIIe siècle à La Samaritaine
 Saviez-vous que le premier café de France a été ouvert à Marseille et qu’il était tenu par un Arménien ? C’est cette anecdote et tant d’autres que Patrick Boulanger (conservateur du patrimoine culturel de la Chambre de commerce) et Ludovic Loizon (double champion de France barista) vous proposent de découvrir. Dès son introduction en Provence au XVIIe siècle, la population a pris un grand plaisir à déguster cette boisson chaude bizarre servie non loin de l’hôtel de ville… En dépit du discrédit que tentaient de jeter sur elle de savants médecins de la faculté d’Aix. Et à l’issue du “cours d’histoire”, une dégustation de cafés réalisés à la façon du XVIIe sera proposée aux participants…
Le 5 novembre à la Samaritaine, 2, quai du Port, Marseille 2e arr. 

Christophe Bacquié chef de l’année chez les Lyonnais
 Il y a peu, au palais de la Bourse de Lyon s’est tenu la 9e édition des trophées de la Gastronomie et des Vins, parrainée par le cuisinier Pierre Gagnaire. Lors de cette soirée, Christophe Bacquié, chef des cuisines des restaurants de l’Hôtel & Spa du Castellet, a reçu le trophée de Chef de l’Année 2016 succédant ainsi à Arnaud Lallemand. Depuis 2007, les trophées de la Gastronomie et des Vins récompensent les meilleurs professionnels de la cuisine, de la pâtisserie et de la sommellerie de la région Rhône-Alpes. Tous les ans, autour d’une soirée d’exception orchestrée par Les Toques blanches lyonnaises et le quotidien Le Progrès, plus de 400 personnes se retrouvent autour d’un repas signé par plusieurs cuisiniers.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu

In memoriam.- Claude Criscuolo s’est éteint samedi 23 janvier dernier, à 79 ans, victime de la Covid-19. Cette figure de la nuit marseillaise était le fils de Vincent qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avait fondé la pizzéria éponyme dans le quartier des Cinq Avenues à Marseille. Claude avait pris la succession de son père en 1977 transformant ce restaurant de quartier populaire en rendez-vous du Tout-Marseille où comédiens, chanteurs et politiques se pressaient. Les années 70 et 80 marqueront son heure de gloire, les stars de l’OM, Johnny Hallyday et autres chanteurs qui venaient de se produire sur scène, rejoignaient la pizzéria pour y dîner et festoyer jusqu’à très tôt le lendemain matin… Claude avait quitté le restaurant en 2003 pour se consacrer à bien d’autres passions. Linda, sa veuve, ses enfants Isabelle, Marie, Thomas et Stéphane ainsi que tous ses proches pleurent aujourd’hui la dernière “figure” de Marseille.

Terre Blanche annonce la nomination de Christophe Schmitt au poste de chef des cuisines.- Le Resort de Terre Blanche Hotel Spa Golf Resort 5 étoiles, a nommé Christophe Schmitt au poste de chef pour prendre les rênes des différents restaurants, dont Le Faventia, étoilé au guide Michelin (le guide rigolo qui décerne des étoiles aux restaurants fermés). Christophe Schmitt succèdera ainsi au Chef étoilé et meilleur ouvrier de France, Philippe Jourdin, qui prend sa retraite et dont il était le second, pour perpétuer une cuisine aux saveurs du Sud. Dans la continuité de cette philosophie qui allie tradition et touches innovantes, Christophe Schmitt proposera une cuisiné axée sur les meilleurs produits locaux rendant hommage au terroir. “C’est un honneur pour moi et un très grand défi de succéder à Philippe Jourdin. A Terre Blanche, ce Mof a marqué l’histoire de la gastronomie, et il m’a aussi beaucoup appris. C’est avec beaucoup d’émotion que je lui succède aujourd’hui, plus que jamais conscient des responsabilités qu’il me lègue” a déclaré Christophe Schmitt.