Magazine

Mémé ouvre ses portes demain avec Jéjé aux commandes

jeje barbu couteauC’est l’ouverture de la semaine, le restaurant fixe avec une adresse enfin pour Jéjé Barbu le cuisinier itinérant. En plein milieu du boulevard Longchamp, ce restaurant sobrement dénommé Mémé couvre quelque 90 mètres carrés et a nécessité plus de 3 mois de travaux. Pourquoi ce nom, pourquoi ce quartier ? « Je n’en ai aucune idée, rigole Jéjé alors qu’il pose un de ses multiples cadres sur les murs verts. J’ai appelé ça Mémé comme ça, ça m’es venu et c’est resté. Quant à l’emplacement, j’ai choisi ce quartier car l’offre est assez pauvre alors c’est bien d’aller là où il y a peu de monde non ? ». Aux côtés du Barbu en cuisine, il y aura une seconde, Maki, et un commis, Moussa. La cuisine sera ouverte sur la salle et ce sont les cuisiniers eux-mêmes qui assureront le service : « C’est mon truc ça, explique Jéjé. J’aime bien aller à la rencontre des clients, expliquer les assiettes, parler des fournisseurs, de la saisonnalité des produits et des accords vins ».

Ouverture vendredi 22 janvier
Mémé va donc gentiment bousculer les codes : la salle respirera l’intimité et sera décorée des abat-jour de Mitri. Le chef a même retrouvé de belles tables champenoises de grand-mère et toutes les chaises seront tapissées.
Déjeuner-dîner, il y aura deux ambiances : « à midi, les gens sont pressés, donc je m’efforcerai de servir des assiettes haut-de-gamme pour un prix étonnant. Le soir, le style sera radicalement différent du déjeuner avec des plats pêchus, électriques comme j’aime » avertit Jéjé Barbu. L’adresse devrait faire parler…

Mémé, 84, boulevard Longchamp, Marseille 1er arr. ;
menus midi 17 et 22 € ; formules soir, 39 et 60 €.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.