Magazine

Le nouveau "Marché Saint-Victor" ouvrira en décembre

jeremy depieds
Jérémy Depieds est aussi le créateur du food-truck” le Panier à Salades”. C’est lui qui avait racheté le Bistrot Saint-Jacques (angle rues E.-Rostand et Saint-Jacques) en 2008.

EXCLUSIFL’engouement des Marseillais pour l’alimentation de qualité et de proximité ne cesse de s’amplifier. Dernière -excellente- nouvelle en date : l’ouverture imminente d’un marché dans le quartier Endoume-Saint-Victor. Aux commandes de ce nouvel équipement annoncé comme hautement qualitatif : Jérémy Depieds. “Je me suis inspiré du marché San Miguel de Madrid, explique le jeune marseillais. On y trouve tout ce dont on a besoin pour son marché, on s’y retrouve pour boire un café voire manger sur place avec des potes, sur le pouce dans une belle ambiance”. Le concept est simple, presqu’évident : Jérémy Depieds a acquis un magasin, anciennement occupé par une fleuriste, d’une belle surface de quelque 200 mètres carrés. “Là, nous installons 6 commerçants : une épicerie corse, une épicerie espagnole, une fromagerie, un écailler, une rôtisserie et un espace thé-café-chocolats”, énumère le jeune entrepreneur. La force de l’idée ? Proposer des commerces qui n’existent pas dans le quartier et qui viendront en parfaite complémentarité avec le tissu commercial déjà existant, à savoir, des boulangers-pâtissiers, des bouchers-charcutiers, des restaurants, des fleuristes, des marchands de journaux etc.

tasse a café“Mon idée repose sur plusieurs axes : je voulais être complémentaire avec les magasins préexistants, je souhaitais aussi que l’on puisse manger sur place. On peut acheter de la charcuterie, des fromages, des fruits de mer et les manger chez n’importe qui. En buvant un café par exemple !” détaille Jérémy depieds. En un mot : “Il faudra que ça bouge, que ça parle !” Côté cible, les commerçants du futur Marché Saint-Victor voient large : “Elle sera la plus large possible, des grands-mères du quartier en passant par les quadras-quincas qui vivent ou bossent dans le quartier jusqu’aux jeunes qui s’y retrouveront pour un café ou un sandwich”. Et les idées pour faire évoluer le lieu abondent : “Dans un esprit de partage, on pourrait fédérer les commerçants de tout le périmètre afin de financer un service de livraison à domicile ?” suggère Depieds. Ouverture annoncée : la première quinzaine de décembre.

Le Marché Saint-Victor, 33, rue d’Endoume, Marseille 7e arr. ; fermé le lundi.
Ouvert du mardi au samedi de 7h à 14 heures. Mardi et mercredi de 17h30 à 20h30
et jeudi, vendredi et samedi de 17h30 à 22h30.

4 commentaires

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Infos express

Brunches du dimanche À partir du 27 septembre, et jusqu’à la fin de l’année, La Benvengudo propose aux gourmands (et aux lève-tard) un brunch concocté par la chef Julie Chaix. Sous forme de buffet, les hôtes disposeront d’une sélection de mets salés et sucrés, cuisinés à partir de produits locaux et de saison. Une pause gourmande parfaite avant de partir se balader dans le village des Baux-de-Provence. Brunch servi tous les dimanches de 11h30 à 15h, prix : 49 € par personne. Infos au 04 90 54 32 54.

Glenn Viel, chef du restaurant l’Oustau de Baumanière, aux Baux-de-Provence, a été élu « chef de l’année 2020 » par ses pairs à l’occasion de la 34e édition des Trophées du magazine Le Chef ce lundi 21 septembre. Né en janvier 1980 dans une famille de militaires, son aventure à Baumanière a démarré en 2015 quand Jean-André Charial, le propriétaire, l’a appelé pour redonner vie à ce restaurant mythique. Dès son arrivée, Glenn Viel a mis en place une cuisine écoresponsable avec le développement d’un potager bio, de ruches ainsi qu’une ferme pédagogique. En janvier 2020, il décroche sa 3e étoile. Il est aussi distingué au titre de la “gastronomie durable”, lancé par le guide rouge qui honore les restaurants ayant une démarche écoresponsable. Côté pâtisserie, c’est Brandon Dehan du même restaurant qui est distingué. Originaire de Noyon dans l’Oise, il avait été désigné jeune chef pâtissier de l’année en 2019 par le guide Gault et Millau. Ce sont les chefs référencés dans le Guide Michelin qui votent chaque année pour élire les meilleurs de la profession lors de cette 34e édition des Trophées du magazine Le Chef, seule élection des professionnels de la gastronomie française par leurs pairs.

Samedi 10 octobre « Plus beau village de France » du nord Vaucluse, Séguret organise toute la journée, une dégustation des vins du village, une découverte de nombreux artistes et créateurs du village, une découverte de boulange à l’ancienne avec démonstration en direct (confection de pains, de brioches et de tartes au sucre à l’ancienne dans le four banal du village). A 10 h, accueil au portail de la Bise pour la remise du programme de la journée. À 10 h, 11 h, 15 h et 18 h : visites guidées du village médiéval au départ du portail de la Bise. Durée environ 1h (3 € par adulte et gratuit pour les mineurs).
10 h 30 et 15 h 30 : atelier « la vie des Abeilles » suivi d’une dégustation des miels bio de Jérôme Busato au château Cohola à Sablet. A 11 h et 16 h : atelier « les 3 goûts de l’huile d’olive en Provence » à l’atelier les 3 Souquets à Séguret.  12 h : dégustation des bières artisanales de Jean-Pierre Meffre de Chante-Grenouille. A 16 h 30 : cooking show sur le thème des Traditions de Séguret avec présentation de plusieurs mini recettes (au restaurant Le Mesclun – durée 1 h, gratuit, 20 personnes max). 17 h 30 : petit historique sur le métier de santonnier avec explication des différentes étapes de création artisanale d’un santon avec Denis Voeux. Plus d’informations au 04 90 46 91 06.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter