Magazine

Le nouveau "Marché Saint-Victor" ouvrira en décembre

jeremy depieds
Jérémy Depieds est aussi le créateur du food-truck » le Panier à Salades ». C’est lui qui avait racheté le Bistrot Saint-Jacques (angle rues E.-Rostand et Saint-Jacques) en 2008.

EXCLUSIFL’engouement des Marseillais pour l’alimentation de qualité et de proximité ne cesse de s’amplifier. Dernière -excellente- nouvelle en date : l’ouverture imminente d’un marché dans le quartier Endoume-Saint-Victor. Aux commandes de ce nouvel équipement annoncé comme hautement qualitatif : Jérémy Depieds. « Je me suis inspiré du marché San Miguel de Madrid, explique le jeune marseillais. On y trouve tout ce dont on a besoin pour son marché, on s’y retrouve pour boire un café voire manger sur place avec des potes, sur le pouce dans une belle ambiance ». Le concept est simple, presqu’évident : Jérémy Depieds a acquis un magasin, anciennement occupé par une fleuriste, d’une belle surface de quelque 200 mètres carrés. « Là, nous installons 6 commerçants : une épicerie corse, une épicerie espagnole, une fromagerie, un écailler, une rôtisserie et un espace thé-café-chocolats », énumère le jeune entrepreneur. La force de l’idée ? Proposer des commerces qui n’existent pas dans le quartier et qui viendront en parfaite complémentarité avec le tissu commercial déjà existant, à savoir, des boulangers-pâtissiers, des bouchers-charcutiers, des restaurants, des fleuristes, des marchands de journaux etc.

tasse a café« Mon idée repose sur plusieurs axes : je voulais être complémentaire avec les magasins préexistants, je souhaitais aussi que l’on puisse manger sur place. On peut acheter de la charcuterie, des fromages, des fruits de mer et les manger chez n’importe qui. En buvant un café par exemple ! » détaille Jérémy depieds. En un mot : « Il faudra que ça bouge, que ça parle ! » Côté cible, les commerçants du futur Marché Saint-Victor voient large : « Elle sera la plus large possible, des grands-mères du quartier en passant par les quadras-quincas qui vivent ou bossent dans le quartier jusqu’aux jeunes qui s’y retrouveront pour un café ou un sandwich ». Et les idées pour faire évoluer le lieu abondent : « Dans un esprit de partage, on pourrait fédérer les commerçants de tout le périmètre afin de financer un service de livraison à domicile ? » suggère Depieds. Ouverture annoncée : la première quinzaine de décembre.

Le Marché Saint-Victor, 33, rue d’Endoume, Marseille 7e arr. ; fermé le lundi.
Ouvert du mardi au samedi de 7h à 14 heures. Mardi et mercredi de 17h30 à 20h30
et jeudi, vendredi et samedi de 17h30 à 22h30.

4 Comments

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.