Marseille Restaurants en Provence

L’Opéra Zoizo, une super table avec un mini théâtre au 1er étage

opéra ZoizoIl y avait là un salon de massage proposant aux clients de se « reposer » au 1er étage dans des cabines. Les badauds du quartier de l’opéra ont bien changé et les commerces ont accompagné le mouvement avec, dernier arrivé en date, l’ouverture de l’Opéra Zoizo. Mélodie s’est entichée très vite de ce local et en a mesuré le potentiel. Elle l’a confié à son frère et à sa belle-sœur qui l’ont reconditionné, relifté, réaménagé pour en faire une adresse parmi les plus abouties du périmètre. Comédienne passionnée, titulaire de deux maîtrises, Mélodie a exercé de nombreux petits métiers dans la restauration pour financer ses études et a appris le métier sur le tas. De cette « école du terrain » est née une autre passion qu’elle donne désormais à déguster.

Mélodie a confié la cuisine à Auregan qui, forte de deux CAP boucherie et cuisine, conçoit une carte de belle tenue, revendiquant des produits piochés à 200 km à la ronde.  Gaspacho lardé poivré, méli-mélo de pois-chiches-mousse de pélardon, poisson-tagliatelles de courgettes et aubergines-blettes colorées fumet maison, salade de petit épeautre aux légumes de saison-mozza-pesto de fanes de blettes brassent large, aguichent flexitariens et végétariens avec la même ferveur. Au déjeuner, le cochon cuit 12 heures, fumé au romarin et aiguilles de pin, accompagné de chips de couenne, se coupe presque à la fourchette et fond en bouche nous réconciliant avec la viande de porc.

opéra Zoizo

La basse côte et ses irréprochables frites fraîches maison poursuivent sur la même lancée ; les bonnes idées animent chaque assiette à l’instar de ce yaourt aux fines herbes très frais et un tantinet acide qui réveille la viande de boeuf de sa torpeur bourgeoise, une assiette comme on les retrouve dans les brasseries de tradition. Une crème au caramel beurre salé plus tard, on plongera sa cuillère d’abord dans la chantilly puis dans le café, histoire d’apporter un peu de suavité à l’expresso de la torréfaction Mana à Aix-en-Provence.

Alors faut-il y aller ? Oui parce que cet Opéra Zoizo a ouvert voilà huit jours. Au fil de la journée, touristes et fine fleur de la gentry du centre s’y attablent avec ravissement. Oui parce que le rapport qualité-prix est excellent et parce que tout y est frais, cuisiné du jour dans un respect pour le client qu’on devrait inculquer aux gosses lorsqu’ils font une école hôtelière. Oui enfin parce que les yeux rieurs de Mélodie (son sourire demeure caché derrière un masque), témoignent d’un jouissif sens de l’humour que vous apprécierez forcément. En attendant la mise en vie du petit théâtre de 30 places au premier étage qui, lui aussi fera beaucoup parler…

Opéra Zoizo, 11, rue Beauvau, Marseille 1er ; infos au 06 80 71 18 58. Carte de 21 à 30 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter