Restaurants en Provence

Le Vertigo : l’auberge de jeunesse possède désormais son propre resto

le VertigoC’est le petit dernier qui vient d’ouvrir rue Sainte. En remplacement d’une boîte sombre et fermée, repliée sur elle-même, un restaurant lumineux et ouvert sur la rue a servi ses premiers clients dès la fin du mois de juin dernier. Les propriétaires de l’auberge de jeunesse le Vertigo, se sont portés acquéreurs de ce vaste espace voûté pour le transformer en bar et restaurant. “Ici, nous servons des plats de cuisine méditerranéenne dans un esprit cantine avec pour espoir de mixer la clientèle jeune de l’hostel et les habitués du quartier”, explique Oren Soussan, l’un des deux propriétaires de l’enseigne. Chaque jour, Robert Ayache, ex-bar de l’Abbaye, rédige sur l’ardoise ses inspirations dictées par le marché, des plats souvent exhumés des souvenirs de la cuisine du Proche-Orient, des classiques italiens et, toujours, une suggestion végétarienne car la demande est réelle chez les hôtes de l’auberge de jeunesse, qui déploie ses 160 chambres dans les étages supérieurs.

Après 7 mois de travaux, le restaurant du Vertigo, qui se transforme au fil des heures en bar et espace de coworking, lieu de rendez-vous ou de breakfast-room, s’éclaire de grappes d’ampoules à filament, les voûtes massives invitant à circuler dans l’espace sans entrave. Dès qu’arrive la mi-journée, une assiette de homos, des seiches sautées grattées aux sucs de cuisson servies froides avec une salade de pommes de terre à l’oignon donnent le la. Le dessert, un abricot très acidulé confit, posé sur un fin biscuit et garni de crème battue, accompagne un café qui fait la fierté du maître des lieux : – Il vient de la torréfaction Bibal à Montpellier”, annonce Oren Soussan, ex-informaticien qui a trouvé dans cette forme d’hôtellerie une activité plus en lien avec ses aspirations.

Alors faut-il y aller ? Oui car il souffle dans ces murs une atmosphère communautaire, de wifi partagé et d’échanges entre touristes. Oui car le service est rapide et permet de s’attabler si la pause de la mi-journée est minutée. Oui si votre budget est serré car, à l’instar des chambres du Vertigo qui sont proposées pour une vingtaine d’euros, on peut déjeuner ici sans jamais affoler le banquier. “Nous estimions que nous devions offrir une prestation hôtelière et culinaire en adéquation avec le prix des billets low-cost qu’ont payé nos clients pour venir à Marseille”, analyse Oren Soussan. Et il y est parvenu avec brio.

Le Vertigo, 75, rue Sainte, Marseille 7e arr. Infos et résas au 04 91 54 42 95. Déjeuner, 20 €. Le soir, ambiance bar-tapas.

Juris food Le prochain déjeuner Juris food aura donc lieu le lundi 4 octobre et accueillera Aïcha Sif, adjointe au maire de Marseille en charge de lʼalimentation durable, de lʼagriculture urbaine, des terres agricoles, des relais nature et des fermes pédagogiques. Sébastien Barles, adjoint au maire en charge de la transition écologique, de la lutte et de l'adaptation au bouleversement climatique et de l’assemblée citoyenne du futur comptera également parmi les invités. Ils expliqueront préalablement au repas les politiques de la ville de Marseille en matière d'alimentation durable et de transition écologique. Pour des questions d'organisation, inscription obligatoire jusqu'au 29 septembre. Le déjeuner sera servi au New Hôtel of Marseille (bd Charles-Livon, 7e, parking du Pharo).Paf : 29 € par personne, payable sur place par CB ou espèces (passe sanitaire obligatoire). Infos au 06 18 03 60 95.

Abonnez-vous à notre newsletter