Restaurants en Provence

Le Vertigo : l’auberge de jeunesse possède désormais son propre resto

le VertigoC’est le petit dernier qui vient d’ouvrir rue Sainte. En remplacement d’une boîte sombre et fermée, repliée sur elle-même, un restaurant lumineux et ouvert sur la rue a servi ses premiers clients dès la fin du mois de juin dernier. Les propriétaires de l’auberge de jeunesse le Vertigo, se sont portés acquéreurs de ce vaste espace voûté pour le transformer en bar et restaurant. “Ici, nous servons des plats de cuisine méditerranéenne dans un esprit cantine avec pour espoir de mixer la clientèle jeune de l’hostel et les habitués du quartier”, explique Oren Soussan, l’un des deux propriétaires de l’enseigne. Chaque jour, Robert Ayache, ex-bar de l’Abbaye, rédige sur l’ardoise ses inspirations dictées par le marché, des plats souvent exhumés des souvenirs de la cuisine du Proche-Orient, des classiques italiens et, toujours, une suggestion végétarienne car la demande est réelle chez les hôtes de l’auberge de jeunesse, qui déploie ses 160 chambres dans les étages supérieurs.

Après 7 mois de travaux, le restaurant du Vertigo, qui se transforme au fil des heures en bar et espace de coworking, lieu de rendez-vous ou de breakfast-room, s’éclaire de grappes d’ampoules à filament, les voûtes massives invitant à circuler dans l’espace sans entrave. Dès qu’arrive la mi-journée, une assiette de homos, des seiches sautées grattées aux sucs de cuisson servies froides avec une salade de pommes de terre à l’oignon donnent le la. Le dessert, un abricot très acidulé confit, posé sur un fin biscuit et garni de crème battue, accompagne un café qui fait la fierté du maître des lieux : – Il vient de la torréfaction Bibal à Montpellier”, annonce Oren Soussan, ex-informaticien qui a trouvé dans cette forme d’hôtellerie une activité plus en lien avec ses aspirations.

Alors faut-il y aller ? Oui car il souffle dans ces murs une atmosphère communautaire, de wifi partagé et d’échanges entre touristes. Oui car le service est rapide et permet de s’attabler si la pause de la mi-journée est minutée. Oui si votre budget est serré car, à l’instar des chambres du Vertigo qui sont proposées pour une vingtaine d’euros, on peut déjeuner ici sans jamais affoler le banquier. “Nous estimions que nous devions offrir une prestation hôtelière et culinaire en adéquation avec le prix des billets low-cost qu’ont payé nos clients pour venir à Marseille”, analyse Oren Soussan. Et il y est parvenu avec brio.

Le Vertigo, 75, rue Sainte, Marseille 7e arr. Infos et résas au 04 91 54 42 95. Déjeuner, 20 €. Le soir, ambiance bar-tapas.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Vite lu

Les Grandes Tables à lire ! Les grandes Tables (réseau de restaurants à Marseille, Calais, Clermont-Ferrand) viennent d’éditer un livret titré 10+4. Ce 10+4 relate les trois dernières années  marseillaises d’aventures culinaires et artistiques qui s‘inscrivent dans la continuité de cette entreprise initiée en 2006 : raconter les cuisines dans leurs diversités et leurs actualités.
À Marseille à la Friche Belle-de-Mai, à La Criée Théâtre national et au Zef-scène nationale, à Calais au Channel-scène nationale et enfin à Clermont-Ferrand à La Comédie-scène nationale, les grandes Tables dialoguent avec les lieux culturels où elles sont installées et avec leurs territoires. Elles y conduisent des projets culinaires et y inscrivent la cuisine comme une discipline artistique à part entière, qui s’épanouit dans les conversations avec les autres arts. Ce 10+4 vous permettra tout à la fois de découvrir cette belle enseigne et tout ce que ses équipes ont fait toutes ces années avec la très modeste participation du Grand Pastis. A télécharger ici.

jeremy julien au Culti

Le Matière Brut investit le Culti C’est l’un des événements annoncés de l’été prochain : l’équipe du Matière Brut, conduite par Jérémy Julien, annonce son arrivée au sein même du bar-tabac du Roucas-Blanc (Marseille, 7e arr). Avec un vaste jardin, le Culti jouit d’un magnifique espace pour servir déjeuner et dîners dans une ambiance cool comme les aime Jérémy et en totale adéquation avec son répertoire culinaire. On vous en parle dès que la réouverture des restaurants (au moins des terrasses) sera effective.

Cassis, les volets rouges certifiés vert Arnaud et Cédric sont fiers et heureux d’annoncer le changement d’identité de leur maison : l’hôtel du Joli Bois devient l’hôtel les Volets Rouges – Cassis. Le duo a a profité de l’hiver pour se livrer à de nombreuses rénovations “afin de vous apporter toujours plus de confort, de quiétude dans notre bulle de nature au cœur du parc national des calanques, assurent-ils. Et d’ajouter : – Nous venons d’être certifiés par l’écolabel international Clef Verte, ce qui fait de nous le premier hôtel de Cassis à recevoir un écolabel”. Hôtel Les Volets Rouges – Cassis, D559 – route de la Gineste, 13260 Cassis ; infos au 04 42 01 02 68.