Magazine

Ouverture le 9 août des Halles de La Major

voutes de la major
C’est ici, sur ce parvis, que sera aménagée la terrasse de 80 couverts de la brasserie

Pour l’heure, c’est encore un chantier mais on annonce d’ores et déjà l’ouverture des Halles de La Major pour le 9 août. Les entreprises en charge du projet avaient annoncé une ouverture initiale le 21 juillet… La visite de ce grand rendez-vous (600 m2 ouverts au plublic auquel il faut rajouter le « back-office ») tout entier voué à la gastronomie et aux produits est alléchante. Au milieu des gravats : Antoine Siffrein-Blanc, vieille famille marseillaise, qui s’est fait un prénom en travaillant dans la restaurantion (le Bec Fin, Chaud Devant). Enthousiaste, il conduit la visite : « Pour capter les Marseillais, on a réuni ici 12 métiers de bouche. Chacun pourra faire ses courses ou manger sur place, de 9h à 19h sept jours sur sept ».

Antoine Siffrein-Blanc
Antoine Siffrein-Blanc

Au menu, donc, des corners présentant les principales spécialités « incontournables » du garde-manger : un pâtissier dont le nom est tenu encore secret, « il s’agit d’un chef étoilé Michelin » confie prudemment Antoine Siffrein-Blanc. Un bar à tapas pour déguster sur place accoudé au comptoir ou à emporter des produits régionaux (poutargue, toro de Camargue citron confit). Un primeur qui s’est engagé à ne proposer que des produits frais du jour issus de producteurs locaux et de quelques grossistes importateurs. Un boucher qui ouvrira son stand dès le mois de septembre. Un écailler, Eric Castro, très connu Post-ità Pont-de-Vivaux puisqu’il y tient Nico Coquillages, proposera coquillages et un vivier à crustacés. Une épicerie fine italienne, la Casertane dupliquera ici même la formule qui a fait son succès rue Francis-Davso. La brasserie, le Café des Halles sera animée par Julien Bottela et Julie Lagier. Un glacier enfin, avec Jérôme Cellier (associé à Philippe Imbert) qui s’est fait connaître à la rue Saint-Jacques puis à l’Escale Borély depuis 2 étés. Au premier étage : une poissonnerie animée par Patrick Torres et Éric Castro qui, eux aussi, proposeront, outre la vente à emporter, de manger sur place verrines, plats cuisinés, soupe de poissons ou poissons à la plancha. Les deux corners fromager et traiteur lyonnais seront dédiés à la maison Cellerier déjà présente à Lyon aux Halles Paul-Bocuse. Un caviste enfin complètera l’offre du premier étage.

parvis majorLa décoration du site a été confiée à l’Atelier 159 (rue Breteuil) et la capacité d’accueil se chiffre par centaines : la terrasse à elle seule accueillera 80 personnes assises. Un service conciergerie gardera vos courses au frais pendant que vous déjeunez ou prenez un café sur place, 50 chargeurs pour les téléphones portables seront mis à disposition : « Notre objectif est de vous faire passer du temps aux Halles » explique Siffrein-Blanc. Ticket moyen pour déjeuner ou grignoter aux Halles : « Il faudra faire un effort pour se positionner aux environs de 12 € par personne ». Pour les entreprises qui en font la demande, le site sera entièrement privatisable (compter aux environs de 4000-5000 €) dès sa fermeture à 19 heures et accueillera jusqu’à 600 personnes debout pour des cocktails, lancement de produits, soirées événementielles etc. Ouverture prévue, le 9 août…

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.