Marseille Restaurants en Provence

Oyat, un restaurant-café pour se poser et se reposer avec Amal et Julien

restaurant Oyat

Vous les avez croisés lors du festival Insane d’Apt, au Street food festival de Marseille, au Delta festival ou en charge du catering de Sons libres à Nîmes. Plus besoin désormais d’attendre un événement pour savourer la cuisine de l’équipe d’Oyat. Amal Froidevaux et son associé, Julien Freville, viennent d’ouvrir leur premier restaurant, rue de la Palud, un concentré de l’esprit Oyat qui a fait leur succès jusqu’ici. Dans un ancien atelier d’artiste, le restaurant a été pensé comme un lieu de vie où on tire la chaise à toute heure de la journée. « Nous sommes devenus un restaurant-café, une adresse créative pour épouser les courbes de l’époque » dit Amal. Pour preuve, l’adresse sera ouverte, 7 jours sur 7, « un créneau qui me tient à cœur. J’ai la culture des gâteaux, biscuits et pâtisseries et cette offre brunch à laquelle je tiens tant est très liée au week-end, pour moi, le brunch c’est le summum de la convivialité », confesse Amal Froidevaux.
Un canapé et des fauteuils pour bouquiner, attendre des potes et quelques jouets pour les enfants campent l’esprit familial de l’adresse. Sur les tables, une carte courte poropose une offre hebdomadaire composée d’un plat, une salade, un sandwich, un bol et une tartine. « On essaie de s’adresser à tous, voilà pourquoi il y aura toujours des options sans gluten, vegan et flexitartienne. Nourrir tout le monde à tous les budgets, c’est aussi important alors on a pensé à des formules pour un ou deux tickets restaurant ».

Et on y mange bien ?
Au déjeuner, la daube mitonnée par Julien compte au moins parmi les 3 ou 4 meilleures qu’on puisse trouver en ville. Accompagnée d’une purée de pommes de terre écrasées « comme avant » et nappée d’un jus incroyable, cette daube de bœuf charolais voisine avec une salade verte parfaitement assaisonnée. Très recommandable encore, la tartine de pain bio-carpaccio de tomates vertes est nappée de sauce aïoli citron, patate douce rôtie, des poivrons cornus et de copeaux de parmesan, de roquette et d’un œuf bio poché. Le sandwich au poulet label rouge snacké est associé à du chou mariné piquant, des concombres, des pousses d’épinards et de mayo magique… Un sans faute qui va vous mettre de (très) bonne humeur.

Une petite équipe de 6 à 7 personnes fait vivre l’adresse qui compte bien maintenir son activité traiteur, « c’est notre ADN, c’est comme ça qu’on a commencé », reconnaît Julien Freville. « On s’est connu grâce à Margaux des Cafés Corto, se remémore Amal. Julien avait son labo au Carburateur et notre premier client commun a été le Green bear de la Canebière ». Après avoir fait vivre la Cantine de l’association la Fabulerie lors d’une résidence qui durera 18 mois, Julien et Amal ont décidé de jouer la carte du restaurant et du traiteur tout à la fois. Les premiers jours sont très convaincants, y aller vous séduira aussi.

Oyat, 61, rue de la Palud, Marseille 1er arr. ; infos au 07 56 90 46 50. Restaurant de 8 à 20 €. De 8h30 à 17h30 et dimanche de 9h à 18h.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom (présents déjà à Paris, les Emirats, Londres, la Savoie , Rio et New York) signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Ramatuelle

Raclette à Pampelonne. Fondée par la famille Manificat dans les années 70, L’Orangerie compte parmi les historiques de la plage de Pampelonne. Ce restaurant de plage est l’un des seuls de la baie à accueillir ses clients toute l’année, 7 jours sur 7. Pour cet hiver, le chef Daniele Negrini a eu l’idée de proposer une raclette… original face à la mer ! Côté tarif, ça reste raisonnable : 35 € par personne, pour deux convives minimum.
L’Orangerie,
962, chemin des Tamaris, 83350 Ramatuelle ; infos au 04 94 79 84 74.

 

Suis-nous sur les réseaux