Vins rosés, vins d'été

Le rosé 2017 cuvée de la Commanderie de Peyrassol est un grand classique

PeyrassolPhilippe Austruy aime le vin… et les domaines. Homme de passion à l’oeil affûté, il dirige aujourd’hui 4 propriétés, acquises en 15 ans, sur des terroirs mythiques, de la Toscane au Médoc, en passant par le Haut-Duro au Portugal et la commanderie templière de Peyrassol, en Provence varoise. Cette commanderie aurait été fondée au coeur du Moyen-Age, en 1204, et des livres de comptes datés de 1256, pieusement conservés aux archives de la ville de Marseille, assurent que 44 milleroles (soit 28 000 litres) de « bon vin franc » ont été récoltés cette année-là. C’est dire si le vin est indissociable de Peyrassol. La propriété couvre 850 hectares dont 92 ha pour les seules vignes plantées sur les contreforts du massif des Maures, qui les protège de l’humidité des embruns marins. Etés chauds et secs, hivers froids, les restanques s’échelonnent jusqu’à 330 mètres d’altitude.

Rouge, blanc, rosé, Peyrassol travaille en 3 couleurs et 10 cépages parmi les plus fameux qu’autorise l’appellation des côtes-de-Provence ; ce rosé, cuvée de la Commanderie millésime 2017, est élaboré à partir de syrah, grenache, cinsault et une pointe de mourvèdre vendangés de nuit pour en conserver toute la fraîcheur. Rosé vedette de ce que la Provence produit de plus classique, ce vin au nez gourmand de framboises et mûres sauvages prépare une attaque tout en fraîcheur et vivacité. La bouche donne à croquer quelque fraise acidulée sur une finale minérale. On servira ce rosé à 10-11°C lors d’un apéritif accompagné de verrines de taboulé, des bouchées charcutières voire des pizzas aux anchois. A table, ce vin de bonne compagnie fait merveille sur des saint-jacques juste snackées, des tartares de saumon ou de daurade, des viandes d’agneau ou de boeuf grillé aux herbes de Provence. Un fraisier, un framboisier lui permettront de séduire jusqu’au café.

Commanderie de Peyrassol, RN 7, 83340 Flassans-sur-Issole. Infos au 04 94 69 71 02. Cuvée de la Commanderie, rosé 2017, tarif : 11,15 € les 75 cl.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.