Mes recettes

Pommes au four à la marmelade d’oranges

pommes au fourPréparation : 10 min / Cuisson : 25 min

Votre marché pour 4 personnes : 4 pommes bio impérativement (des reinettes d’Armorique ou de variété Boskoop c’est l’idéal) ; 40 g de beurre demi-sel ; 8 cuil. à café marmelade d’orange et 1 verre d’eau.

On y va : préchauffer le four à 180°C (thermostat 6). Laver les pommes et ne pas les éplucher. Retirer la partie centrale. Les piquer à l’aide de la pointe d’un couteau afin d’éviter que la peau n’éclate à la cuisson. Les disposer dans un plat allant au four et déposer dans chacune d’elles une noisette de beurre demi-sel (environ 10 g) et 2 cuillères à café de marmelade d’orange. Verser l’eau dans le fond du plat, enfourner et cuire 25 à 30 minutes. Les pommes au four deviennent alors toutes « fripées » et sont très tendres, voire fondantes à la dégustation. Vous pouvez accompagner ces pommes au four d’une boule de glace à la vanille.

Bonus : le clafoutis au thé, un très bon dessert pour savourer l’hiver à fond !

Photo F. Hamel

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Région

BIO. Afin de mieux connaître la consommation des Français par régions, Kantar Worldpanel a réalisé plusieurs études permettant de mettre en lumière les disparités régionales. Ces études démontrent que le Sud-Est est la région du bio avec une consommation de produits bio 18% supérieure au total France. L’étude assure que les magasins bio et primeurs sont fréquentés 75% de plus que dans les autres régions de France. Les habitudes de courses diffèrent elles aussi car le Sud-Est est une région où le poids des seniors est important (30% de plus que la moyenne nationale) ; cela influe sur la fréquence et les paniers d’achat :  les paniers sont plus petits mais le nombre d’actes d’achats est plus élevé. En d’autres termes, on dépense moins mais plus souvent et davantage dans les commerces de proximité et de bouche. Cela s’explique notamment par l’accès aux produits locaux, à portée de main dans cette région. Les études révèlent aussi la place importante des végétaux de substitution : ils sont 24% plus consommés dans le Sud-Est que dans le reste de l’Hexagone.

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux