Art de vivre

Au Pontet, le bar à bières O’Beers fait mousser les after work

On doit l’ouverture récente du nouveau comptoir à bières O’Beers du Pontet, à deux amis d’enfance, Julien Birant et Jacky Reymaud. L’aventure commence début juin 2017 pour ces trentenaires énergiques : « J’étais commercial depuis 15 ans dans la grande distribution », raconte Julien. « Et moi, j’étais entrepreneur en façade, et tous les deux on avait envie de changer de vie » enchaîne Jacky. Julien réfléchissant à construire un bar à bières, c’est lors d’un week-end entre amis qu’il fait part de son projet à Jacky. Ce dernier, enthousiaste, est d’accord pour tenter le pari de l’association.
O'BeersÉtant tous les deux novices, ils décident d’apprendre sur le tas tout en entamant une étude de marché grandeur nature, en visitant les bars à bières du Sud-Est, de Lyon, de Paris et de Belgique. Ainsi ce road-trip leur a-t-il permis de découvrir les différentes variétés de bières, concepts et ambiances « mais pour être de vrais connaisseurs en matière de mousse, nous avons suivi une formation d’une semaine chez un biérologue à Lille » explique Jacky.

Après un an de recherches et de tests, ils ouvrent enfin mi-juin les portes de leur établissement dans la zone commerciale du Pontet « ce lieu on l’a choisi car c’est la plus grande zone commerciale de France et d’autant plus qu’en centre-ville d’Avignon les locaux sont petits et on souffre d’une pénurie de places de parking. Après quelques mois d’ouverture l’essentiel de notre clientèle se compose de salariés qui viennent à la fin de leur journée de travail. Ce qu’ils aiment ici, c’est déguster de la bonne bière dans un endroit convivial et chaleureux » dit Julien.
Le binôme propose au comptoir près de 130 références de bières françaises, américaines, hollandaises et belges, de la blonde à la blanche en passant par la brune classique, brune IPA ou triplement IPA, soit très houblonnée. Puis en terminant par des bières trappistes c’est-à-dire brassées par des moines. Le stock est limité environ 6 à 9 bouteilles « tous cela dans le but de faire découvrir aux clients différentes bières et pour démontrer à la société de consommation que les ruptures de stocks ne sont pas bien graves ; au contraire elles incitent les clients à s’ouvrir à de nouvelles saveurs et nous évitons la monotonie » raconte Julien. Les amateurs de bière dégustent les pépites de la maison via des tireuses en libre-service et à gauche du comptoir Julien et Jacky ont élaboré une cave à bière comptant 200 références dont la plus surprenante reste la bière écossaise Brewmeister Snake Venom, tirant à 67,5 degrés ! Chaque bière s’accompagne de planches de charcuteries et fromages, « mais nous ne souhaitons pas proposer plus car la cuisine, ce n’est pas notre métier ».

Marie Riera

O’Beers, 320, avenue de Saint-Tronquet, Le Pontet ; infos au 04 90 01 94 17

Visite de la micro-brasserie la Bête à Bière

En vente chez O’Beers, les bières de Jean-François Marin sont brassées à Entraigues-sur-la-Sorgue. Du brassage à l’embouteillage, à la découverte de la magie mousseuse…
O'Beers 1 : le brassage « Dans la cuve de brassage je mets de l’eau et mes graines d’orges maltées qui sont trempées et remuées. L’orge malté contient de l’amidon qui est transformé en sucre. Tout cela s’effectue à une température comprise entre 60 et 65°C » raconte Jean-François Marin.
2:  la filtration Le moût est ensuite filtré et versé dans la cuve tampon, ce qui donne un jus d’orge très concentré. A la fin de la filtration des résidus se déposent, il faut alors le rincer avec de l’eau à 75°C. Cette technique permet d’extraire le sucre obtenu dans le dépôt mais aussi d’augmenter le rendement.
3 : la cuisson du moût « Je vais pomper le moût d’orge stocké dans la cuve tampon pour le transvaser dans la cuve d’ébullition. Pendant une heure je le fais bouillir, et j’incorpore en même temps du houblon amérisant et au cours des 10 dernières minutes j’ajoute le houblon aromatique. Chauffer le moût permet de l’aseptiser » dit le brasseur. Puis le jus est ensuite refroidi instantanément grâce à des échangeurs à plaque.
4 : la fermentation Le moût est disposé en cuve où on lui rajoute de la levure. Le processus de fermentation dure une semaine. A la fin de cette étape il n’y a plus d’oxygène dans le fermenteur et on obtient de l’alcool. Jean-François laisse la bière reposer pendant 3 semaines pour qu’elle gagne en goût.
5 : l’embouteillage Au bout d’un mois est venu le moment de l’embouteillage. La bière n’étant plus gazeuse, le brasseur rajoute entre 5 et 6 g de sucre par litre de bière. « Elle est ensuite bouchée puis le sucre avec la levure vont reproduire du CO2, c’est ce qu’on appelle la refermentation en bouteille et je laisse les bouteilles une semaine en cave avant la vente ».
Jean-François Marin, 18, hameau du pavillon de Flore à Entraigues-sur-la-Sorgue ; infos au 06 85 49 84 07.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Portugal à Marseille. Dans le cadre de la saison croisée France-Portugal de l’Institut français, les grandes Tables ICI vous proposent de (re)découvrir la cuisine portugaise avec deux événements : le grand Marché Bacalhau! et un dîner barbecue le lendemain sur le toit perché de la Friche.
☻ Bacalhau ! Le grand Marché du Portugal adopte les couleurs du Portugal : sélection de vins et spiritueux portugais, les fameuses pasteis de nata, les céramiques typiques et produits d’épiceries fines. Les cheffes Rosario Pinheiro et Jenifer Abrantes mettent à l’honneur la morue en plusieurs déclinaisons, Romain Chartrain (de Azul concept store) proposera des grands classiques de la cuisine portugaise, et Sonia Isidro servira une assiette végétarienne.
• Lundi 4 juillet de 16h à 22 heures à la Friche Belle-de-Mai
­☻ Le lendemain, 5 juillet, participez au grand dîner-barbecue pour 450 personnes ! 80 tables partagées et une vingtaine de barbecues géants seront montés pour cette soirée sur le toit-terrasse de la Friche. Gigantesque. La carte sera élaborée par Rosario Pinheiro, Jenifer Abrantes, Sonia Isidro, Sergio Vaz, Romain Chartrain (de Azul concept store) et Julien Reynouard pour la carte des vins. Le menu sera composé d’une salada de bacalhau com grão de bico, Chips de pele de bacalhau, salada de pimento assado, Pão com chouriço, Frango Assado com piri piri, Arroz Doce, Pudim et Línguas de bacalhau.
• Réservations impératives en cliquant ici.

Du gin en Bib. Le gin de la Distillerie de Camargue, le fameux Bigourdan, est désormais disponible en bag-in-box 3 litres. Et pourquoi un Bib ? Parce que c’est pratique, plus léger, plus facile à stocker, à expédier. C’est écologique, le carton ça se recycle plus facilement que le verre. C’est économique : la preuve : 68 € le litre en bouteille et 185 € le Bib 3 litres. Enfin, protégé de la lumière et de l’oxygène il est moins soumis aux effets de l’oxydation. Et c’est pour qui ? Pour les professionnels de la restauration, du bar, de la nuit, de l’événementiel. Les mariés de l’été, les fêtards, les peinards, les fidèles, les marins à quai, les alpins au chalet, les baigneurs sur le sable.
Dégustation et vente à la Distillerie de Camargue, 12, rue Frédéric-Mistral à Arles. Infos au 06 85 03 71 05.

Street Food festival, le bilan. Le SFF a fait le plein de festivaliers, de bons produits et de bonnes ondes sur l’esplanade de la Major, le week-end des 17, 18 et 19 juin à Marseille.  25 000 personnes sont venues goûter au meilleur des spécialités locales proposées par quelque 50 issus des quatre coins du département : 32 propositions culinaires sucrées ou salées, sourcées avec soin parmi les producteurs  locaux, 8 domaines viticoles, 7 brasseurs, 2 torréfacteurs. Le chef Pierre Reboul était également présent pour un cooking-show des plus étonnants et fidèle à son image, avec une cuisine singulière, énergique et généreuse.

Mazzia au 50 Best Les organisateurs du World’s 50 best restaurants ont annoncé ce 14 juin l’entrée du chef marseillais Alexandre Mazzia dans le fameux classement des 50 Best. C’est lors d’un repas servi ches Heston Blumenthal à Londres qu’AM a reçu le One to watch award, à savoir le trophée de « l’établissement à suivre ». Ces Oscars de la gastronomie sont décernés tous les ans par la revue britannique Restaurant qui a l’humilité de récompenser les meilleures tables du monde.