Art de vivre

Epicurium, le musée vivant voit grand pour les années à venir

Epicurium c’est un musée, un jardin, un lien permanent avec la nature, un site tout entier voué au végétal, “de la terre à l’assiette” comme le stipule la profession de foi de cette association née en 2010. “Notre but est de faire découvrir aux enfants comme aux adultes le monde des fruits et légumes ainsi que les herbes aromatiques et le rôle des abeilles”, avance Maud Farel, la directrice qui parle d’un “musée vivant car il y a toute une découverte ludique et sensorielle axée sur le végétal”.
epicurium2021 marquera un tournant dans l’histoire d’Epicurium puisque l’association s’installera à Cavaillon dans la zone “éco positive” dénommée Natural’Lub. Il en sera fini du site de Montfavet qui accueillait le concept depuis les premières heures, en 2010. A l’initiative de ce projet le pôle de compétitivité Terralia qui traite de l’agroalimentaire, mais aussi Institut national de la recherche agronomique (Inra) et l’université d’Avignon.

Cours de cuisine et vente à prix cassés
Concrètement, cet espace de découverte est divisé en plusieurs parties : « Tout d’abord il y a le musée avec une exposition permanente présentant les différents fruits et légumes ainsi que leurs origines, modes de culture et de conservation. Il y a ensuite un espace extérieur, soit la partie pratique du musée, avec la visite du potager et du verger. Près de 9 000 m2 de jardin à découvrir et entretenus par Clément Crochant le jardinier, raconte-t-elle. Il y a aussi des activités culinaires pour les enfants de 3 à 12 ans durant les vacances scolaires. Appelé l’atelier Petit Chef, il consiste à réaliser des préparations sucrées adaptées aux saisons, des tartes à la prune en été par exemple”. Des cours de cuisine pour les adultes sont aussi organisés le samedi matin environ 5 fois par an, au prix de 100 € par personne.
epicuriumEn fonction des dates, les cours de cuisine diffèrent. Ils sont organisés autour d’un thème et d’un chef invité. Par exemple en février dernier, Michel Meissonier a élaboré un menu truffe alors qu’en septembre l’atelier conduit par Christian Etienne a travaillé sur le thème de la tomate. « Je pense que les chefs apprécient le fait de cueillir les fruits et légumes depuis le potager et de les transformer dans l’heure qui suit”, analyse Maud Farel. Et comme rien ne se perd à Epicurium, lorsque certains fruits et légumes ne sont pas utilisés, ils sont mis en vente à la boutique à des prix défiants toute concurrence.
Lors de leur prochain déménagement à Cavaillon, Epicurium gagnera en surface pour couvrir 10 hectares de terrain : « Ainsi on proposera des paniers de fruits et légumes aux commerçants des environs. L’équipe s’agrandira de même car à nous quatre, cela ne suffira plus. Notre but est de nous développer tout en continuant à proposer un service de qualité promet la directrice.

Marie Riera

 Epicurium, 100, rue Pierre-Bayle à Avignon ; infos au 04 32 40 37 71. Tarifs : 7,50 € gratuit pour les moins de 6 ans.

Maud Farel, une littéraire au potager

Maud Farel est la directrice d’Epicurium depuis le 11 juin dernier. Agée de 28 ans Maud n’est pas issue du sérail ; de formation littéraire, elle est titulaire d’un master en médiation culturelle. Evoluant dans le milieu de l’art contemporain, elle débute sa carrière en organisant ses propres expositions : ‘J’ai aussi été auto-entrepreneur dans la culture en réalisant des livrets d’accueil et des visites guidées… explique-t-elle. Je suis arrivée un peu par hasard dans ce monde et c’est surtout par le biais des rencontres personnelles que je suis me suis prise d’intérêt pour le règne végétal. On peut dire que c’est une autre façon de voir la culture” résume la jeune femme. Maud Farel intègre l’association sous la présidence de Pauline Grisson qui lui confie la communication et la médiation. Au départ de la directrice, le poste lui échoit. « Chaque année, on essaie de proposer de nouvelles activités et animations que ce soit pour les scolaires, pour les groupes ou les individuels. Je suis aussi en charge de la mise en œuvre financière des projets, détaille-t-elle. L’ouverture du nouveau site d’Epicurium à Cavillon permettra de développer nos différents projets mais surtout l’équipe et moi-même aimerions devenir le premier site national de référencement de découverte des fruits et légumes”. 

Infos express

Brunches du dimanche À partir du 27 septembre, et jusqu’à la fin de l’année, La Benvengudo propose aux gourmands (et aux lève-tard) un brunch concocté par la chef Julie Chaix. Sous forme de buffet, les hôtes disposeront d’une sélection de mets salés et sucrés, cuisinés à partir de produits locaux et de saison. Une pause gourmande parfaite avant de partir se balader dans le village des Baux-de-Provence. Brunch servi tous les dimanches de 11h30 à 15h, prix : 49 € par personne. Infos au 04 90 54 32 54.

Glenn Viel, chef du restaurant l’Oustau de Baumanière, aux Baux-de-Provence, a été élu « chef de l’année 2020 » par ses pairs à l’occasion de la 34e édition des Trophées du magazine Le Chef ce lundi 21 septembre. Né en janvier 1980 dans une famille de militaires, son aventure à Baumanière a démarré en 2015 quand Jean-André Charial, le propriétaire, l’a appelé pour redonner vie à ce restaurant mythique. Dès son arrivée, Glenn Viel a mis en place une cuisine écoresponsable avec le développement d’un potager bio, de ruches ainsi qu’une ferme pédagogique. En janvier 2020, il décroche sa 3e étoile. Il est aussi distingué au titre de la “gastronomie durable”, lancé par le guide rouge qui honore les restaurants ayant une démarche écoresponsable. Côté pâtisserie, c’est Brandon Dehan du même restaurant qui est distingué. Originaire de Noyon dans l’Oise, il avait été désigné jeune chef pâtissier de l’année en 2019 par le guide Gault et Millau. Ce sont les chefs référencés dans le Guide Michelin qui votent chaque année pour élire les meilleurs de la profession lors de cette 34e édition des Trophées du magazine Le Chef, seule élection des professionnels de la gastronomie française par leurs pairs.

Samedi 10 octobre « Plus beau village de France » du nord Vaucluse, Séguret organise toute la journée, une dégustation des vins du village, une découverte de nombreux artistes et créateurs du village, une découverte de boulange à l’ancienne avec démonstration en direct (confection de pains, de brioches et de tartes au sucre à l’ancienne dans le four banal du village). A 10 h, accueil au portail de la Bise pour la remise du programme de la journée. À 10 h, 11 h, 15 h et 18 h : visites guidées du village médiéval au départ du portail de la Bise. Durée environ 1h (3 € par adulte et gratuit pour les mineurs).
10 h 30 et 15 h 30 : atelier « la vie des Abeilles » suivi d’une dégustation des miels bio de Jérôme Busato au château Cohola à Sablet. A 11 h et 16 h : atelier « les 3 goûts de l’huile d’olive en Provence » à l’atelier les 3 Souquets à Séguret.  12 h : dégustation des bières artisanales de Jean-Pierre Meffre de Chante-Grenouille. A 16 h 30 : cooking show sur le thème des Traditions de Séguret avec présentation de plusieurs mini recettes (au restaurant Le Mesclun – durée 1 h, gratuit, 20 personnes max). 17 h 30 : petit historique sur le métier de santonnier avec explication des différentes étapes de création artisanale d’un santon avec Denis Voeux. Plus d’informations au 04 90 46 91 06.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter