Art de vivre

Epicurium, le musée vivant voit grand pour les années à venir

Epicurium c’est un musée, un jardin, un lien permanent avec la nature, un site tout entier voué au végétal, « de la terre à l’assiette » comme le stipule la profession de foi de cette association née en 2010. « Notre but est de faire découvrir aux enfants comme aux adultes le monde des fruits et légumes ainsi que les herbes aromatiques et le rôle des abeilles », avance Maud Farel, la directrice qui parle d’un « musée vivant car il y a toute une découverte ludique et sensorielle axée sur le végétal ».
epicurium2021 marquera un tournant dans l’histoire d’Epicurium puisque l’association s’installera à Cavaillon dans la zone « éco positive » dénommée Natural’Lub. Il en sera fini du site de Montfavet qui accueillait le concept depuis les premières heures, en 2010. A l’initiative de ce projet le pôle de compétitivité Terralia qui traite de l’agroalimentaire, mais aussi Institut national de la recherche agronomique (Inra) et l’université d’Avignon.

Cours de cuisine et vente à prix cassés
Concrètement, cet espace de découverte est divisé en plusieurs parties : « Tout d’abord il y a le musée avec une exposition permanente présentant les différents fruits et légumes ainsi que leurs origines, modes de culture et de conservation. Il y a ensuite un espace extérieur, soit la partie pratique du musée, avec la visite du potager et du verger. Près de 9 000 m2 de jardin à découvrir et entretenus par Clément Crochant le jardinier, raconte-t-elle. Il y a aussi des activités culinaires pour les enfants de 3 à 12 ans durant les vacances scolaires. Appelé l’atelier Petit Chef, il consiste à réaliser des préparations sucrées adaptées aux saisons, des tartes à la prune en été par exemple ». Des cours de cuisine pour les adultes sont aussi organisés le samedi matin environ 5 fois par an, au prix de 100 € par personne.
epicuriumEn fonction des dates, les cours de cuisine diffèrent. Ils sont organisés autour d’un thème et d’un chef invité. Par exemple en février dernier, Michel Meissonier a élaboré un menu truffe alors qu’en septembre l’atelier conduit par Christian Etienne a travaillé sur le thème de la tomate. « Je pense que les chefs apprécient le fait de cueillir les fruits et légumes depuis le potager et de les transformer dans l’heure qui suit », analyse Maud Farel. Et comme rien ne se perd à Epicurium, lorsque certains fruits et légumes ne sont pas utilisés, ils sont mis en vente à la boutique à des prix défiants toute concurrence.
Lors de leur prochain déménagement à Cavaillon, Epicurium gagnera en surface pour couvrir 10 hectares de terrain : « Ainsi on proposera des paniers de fruits et légumes aux commerçants des environs. L’équipe s’agrandira de même car à nous quatre, cela ne suffira plus. Notre but est de nous développer tout en continuant à proposer un service de qualité«  promet la directrice.

Marie Riera

 Epicurium, 100, rue Pierre-Bayle à Avignon ; infos au 04 32 40 37 71. Tarifs : 7,50 € gratuit pour les moins de 6 ans.

Maud Farel, une littéraire au potager

Maud Farel est la directrice d’Epicurium depuis le 11 juin dernier. Agée de 28 ans Maud n’est pas issue du sérail ; de formation littéraire, elle est titulaire d’un master en médiation culturelle. Evoluant dans le milieu de l’art contemporain, elle débute sa carrière en organisant ses propres expositions : ‘J’ai aussi été auto-entrepreneur dans la culture en réalisant des livrets d’accueil et des visites guidées… explique-t-elle. Je suis arrivée un peu par hasard dans ce monde et c’est surtout par le biais des rencontres personnelles que je suis me suis prise d’intérêt pour le règne végétal. On peut dire que c’est une autre façon de voir la culture » résume la jeune femme. Maud Farel intègre l’association sous la présidence de Pauline Grisson qui lui confie la communication et la médiation. Au départ de la directrice, le poste lui échoit. « Chaque année, on essaie de proposer de nouvelles activités et animations que ce soit pour les scolaires, pour les groupes ou les individuels. Je suis aussi en charge de la mise en œuvre financière des projets, détaille-t-elle. L’ouverture du nouveau site d’Epicurium à Cavillon permettra de développer nos différents projets mais surtout l’équipe et moi-même aimerions devenir le premier site national de référencement de découverte des fruits et légumes ». 

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Portugal à Marseille. Dans le cadre de la saison croisée France-Portugal de l’Institut français, les grandes Tables ICI vous proposent de (re)découvrir la cuisine portugaise avec deux événements : le grand Marché Bacalhau! et un dîner barbecue le lendemain sur le toit perché de la Friche.
☻ Bacalhau ! Le grand Marché du Portugal adopte les couleurs du Portugal : sélection de vins et spiritueux portugais, les fameuses pasteis de nata, les céramiques typiques et produits d’épiceries fines. Les cheffes Rosario Pinheiro et Jenifer Abrantes mettent à l’honneur la morue en plusieurs déclinaisons, Romain Chartrain (de Azul concept store) proposera des grands classiques de la cuisine portugaise, et Sonia Isidro servira une assiette végétarienne.
• Lundi 4 juillet de 16h à 22 heures à la Friche Belle-de-Mai
­☻ Le lendemain, 5 juillet, participez au grand dîner-barbecue pour 450 personnes ! 80 tables partagées et une vingtaine de barbecues géants seront montés pour cette soirée sur le toit-terrasse de la Friche. Gigantesque. La carte sera élaborée par Rosario Pinheiro, Jenifer Abrantes, Sonia Isidro, Sergio Vaz, Romain Chartrain (de Azul concept store) et Julien Reynouard pour la carte des vins. Le menu sera composé d’une salada de bacalhau com grão de bico, Chips de pele de bacalhau, salada de pimento assado, Pão com chouriço, Frango Assado com piri piri, Arroz Doce, Pudim et Línguas de bacalhau.
• Réservations impératives en cliquant ici.

Du gin en Bib. Le gin de la Distillerie de Camargue, le fameux Bigourdan, est désormais disponible en bag-in-box 3 litres. Et pourquoi un Bib ? Parce que c’est pratique, plus léger, plus facile à stocker, à expédier. C’est écologique, le carton ça se recycle plus facilement que le verre. C’est économique : la preuve : 68 € le litre en bouteille et 185 € le Bib 3 litres. Enfin, protégé de la lumière et de l’oxygène il est moins soumis aux effets de l’oxydation. Et c’est pour qui ? Pour les professionnels de la restauration, du bar, de la nuit, de l’événementiel. Les mariés de l’été, les fêtards, les peinards, les fidèles, les marins à quai, les alpins au chalet, les baigneurs sur le sable.
Dégustation et vente à la Distillerie de Camargue, 12, rue Frédéric-Mistral à Arles. Infos au 06 85 03 71 05.

Street Food festival, le bilan. Le SFF a fait le plein de festivaliers, de bons produits et de bonnes ondes sur l’esplanade de la Major, le week-end des 17, 18 et 19 juin à Marseille.  25 000 personnes sont venues goûter au meilleur des spécialités locales proposées par quelque 50 issus des quatre coins du département : 32 propositions culinaires sucrées ou salées, sourcées avec soin parmi les producteurs  locaux, 8 domaines viticoles, 7 brasseurs, 2 torréfacteurs. Le chef Pierre Reboul était également présent pour un cooking-show des plus étonnants et fidèle à son image, avec une cuisine singulière, énergique et généreuse.

Mazzia au 50 Best Les organisateurs du World’s 50 best restaurants ont annoncé ce 14 juin l’entrée du chef marseillais Alexandre Mazzia dans le fameux classement des 50 Best. C’est lors d’un repas servi ches Heston Blumenthal à Londres qu’AM a reçu le One to watch award, à savoir le trophée de « l’établissement à suivre ». Ces Oscars de la gastronomie sont décernés tous les ans par la revue britannique Restaurant qui a l’humilité de récompenser les meilleures tables du monde.