Marseille

► Dîner des mécènes. Pour financer la rénovation de sa statue monumentale, la basilique  de Notre-Dame de la Garde annonce la tenue de plusieurs « Dîners des mécènes » afin de soutenir financièrement cette campagne de travaux. Programme de la soirée : visite privée de la basilique de 19h à 20h + dîner bouillabaisse autour d’une seule grande table de 50 personnes de 20h30 à 23h sur la terrasse des ex-voto avec vue sur le ville (dîner au Restaurant en cas de mauvais temps). Tarif : 100 € TTC – hors boisson. Sur le prix du dîner, 35 € sont reversés à la basilique pour la rénovation de la statue, cette sommes est éligible à un reçu fiscal pour déduction d’impôts. Uniquement sur réservation pour 50 personnes. Caution bancaire demandée de 65 € TTC par personne, annulation gratuite 48 heures à l’avance.
• Réservations : www.lerestaurant-ndg.fr
Deux dates disponibles pour le moment : jeudi 6 juin et jeudi 4 juillet
Pour vos dons à la basilique en vue de sa restauration, cliquer ici

 

Cavaillon

Festival Confit ! 2024 en vue.- La 2e édition du festival confit ! de La Garance (scène nationale de Cavaillon) se déroulera du mercredi 22 au dimanche 26 mai 2024. Le temps d’une semaine, Chloé Tournier et toute l’équipe de la Garance, convient tous les publics à un festival de rencontres et de convivialité hors des sentiers habituels du théâtre. Autour de spectacles et d’expériences inédites, ici inspirées de la Provence de Giono ou là du Liban d’Hiba Najem – une artiste à découvrir d’urgence – tous les sens et les arts sont sollicités : le regard, l’ouïe, la poésie, l’odorat, le goût et le toucher. Cette année, ce sont 4 femmes qui s’emparent du vivant sous toutes ses formes et vont au contact du territoire et des publics à l’image de Vivantes la création portée par la compagnie BRUMES, ou de la randonnée-spectacle de Clara Hédouin « Que ma joie demeure », avec le regard complice du chef Emmanuel Perrodin.
Inscriptions ici.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Street food festival #4.- Pour cette année olympique, le Street food festival mettra à l’honneur les cuisines du monde. Durant trois jours, près de 50 restaurateurs, artisans de bouche, glaciers, vignerons et brasseurs exerçant tous dans les Bouches-du-Rhône vous feront voyager sur les 5 continents en profitant d’une vue imprenable sur la Méditerranée. Comme en 2023, une programmation musicale sera proposée durant les trois soirées, avec un point d’orgue le vendredi 14 juin pour une programmation exceptionnelle orchestrée par Radio Star. Le Street food festival entre dans la programmation de Marseille Provence Gastronomie imaginée par Provence Tourisme, sous l’impulsion du Département des Bouches-du-Rhône et de la Métropole Aix-Marseille-Provence. Pour limiter les files d’attente sur les stands, les paiements sur l’ensemble du festival se feront uniquement par l’intermédiaire d’une carte bancaire ou d’une carte cashless.
Esplanade de la Major (Marseille, 2e arr.), les 13, 14 et 15 juin de 17h à 1h.

En direct du marché

Quebec, le soda emblème des soirées pizza-OM sort du confinement

Un soir de match de l’OM. Le téléphone des pizzaiolo sonne sans arrêt, tout le monde commande des pizzas. Et partout on répète la même chose : pour 2, 3 ou 4 pizzas commandées, une ou deux bouteille(s) de quebec offerte(s)… Tout le monde a connu ça, du moins tous ceux qui habitent le quart Sud-Est de la France. Un temps disparue des écrans radars, la marque aux ours revient sur le devant de la scène grâce à… trois Marseillais !

quebec
« Notre volonté était de rajeunir la marque tout en conservant ses codes, adopter un ton sudiste et la raccrocher à notre région », explique Romain Sanna (lamour.studio) qui a travaillé avec Kevin Guedj et Laurie Bouvier (klau-studio.com) sur le projet. Les trois amis ont confié à l’illustrateur Figure de Poulpe le soin de redessiner le packaging qui conserve ses fameux ours devenus au fil des ans, emblématiques. « Y’en a qui sont venus au quebec parce qu’ils jouaient au foot, quand je jouais avec les collègues de Saint-André, quand on revenait du stade, on dépensait quelques francs pour boire du québec sur la place » sourit Romain Sanna. Un témoignage qui enfonce le clou : quebec est une marque que tous les Marseillais et les Méridionaux connaissent. Qui, dans le Sud-Est n’a jamais bu un verre de quebec ? Tout le monde a eu en main cette bouteille et bu ce breuvage  dont les origines demeurent sinon mystérieuses, du moins embrouillées.

« Si t’as joué au foot avant et que tu bois ça, ça mousse dans la bouche »

« On sait que la marque est née à Aix en 1954 mais on ignore tout de son créateur, dit Romain qui a beaucoup enquêté pour travailler à sa relance. La marque a ensuite fait l’objet de ventes-rachats successifs, de la Centrale des Boissons jusqu’à Hamoud Boissons (groupe Selecto) ce qui a, un temps, laissé croire qu’il s’agissait d’un cola algérien. Le dernier propriétaire en date est basé non loin de Saint-Etienne, ce sont les Sources Parot » énumère Sanna. Le quebec n’est pas un cola, c’est un quebec tant son goût est unique, une sorte de tutti frutti incomparable à ce qui existe sur le marché ; son seul point commun avec les autres sodas : son caractère gazeux. De nombreux témoignages évoquent les joutes organisées de l’Estaque aux Martigues où les compétiteurs gagnaient leur poids en quebec, « signe de l’enracinement de la marque aux ours dans le quotidien des gens d’ici ».

Depuis 66 ans, quebec peut se vanter d’avoir toujours ramé à contre-courant des règles du marketing, contredisant toutes les lois enseignées dans les écoles. « C’est une force et une faiblesse car tout le monde connaît la marque mais ses contours restent flous. Au fil de nos enquêtes, on s’est rendu compte que ce sont les grands-parents qui font découvrir le soda à leurs petits enfants, ce sont eux les vecteurs de la transmission. Finalement, quebec c’est une marque familiale qui se perd dans la légende »

A (re)découvrir en grandes surfaces et chez votre pizzaiolo préféré, un soir de match.

1 Comment

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Ah ce Québec !!! Je me vois encore enfant mettant en commun nos pièces pour s’acheter ce précieux breuvage… Aujourd’hui, ce sont mes enfants qui me finissent « mes » bouteilles. Merci à ces trois Marseillais de faire perdurer cette marque. Etant marseillais moi-même, je vois une croisade pour que soda fabriqué en France par des ouvriers français perdure à jamais, face aux envahisseurs américains. Vive le Québec !